The Catch, la nouvelle arnaque de Shonda Rhimes

Le "Shondaland" poursuit son expansion. Après Grey's Anatomy, Scandal et How to get away with murder, la team menée par Shonda Rhimes a lancé son dernier bébé, The Catch. A-t-on été pris au piège ?

Le style Shonda Rhimes, on aime ou on déteste. Calibré pour cartonner auprès d'un large public, les séries de la showrunneuse la plus influente du petit écran US sont reconnaissables à leur rythme effréné, leurs tics visuels, et leurs arcs narratifs criminalo-soapesques plutôt accrocheurs, il faut bien l'avouer. Shonda Rhimes, c'est un peu comme les rom com des années 90 à leur meilleur niveau. Un plaisir coupable pour certains, en tout cas indéniablement très divertissant.

Publicité

Sans surprise, The Catch coche toutes les cases requises pour appartenir au monde merveilleux du "Shondaland" : une intrigue et des personnages sexy, une femme forte, un monde glamour où règnent les faux semblants (coucou Scandal), de quoi placer des épisodes avec affaires (ici d'escroquerie mais ça parle déjà de potentiels meurtres à commanditer dès le pilote) à résoudre, sans oublier la touche "amour impossible", indispensable pour tenir les romantiques en haleine.

Let's play

the-catch-grand

La série met donc en scène l'excellente Mireille Enos, qui a subi relooking express depuis ses pulls informes de The Killing pour se glisser dans les robes et les escarpins glam' d'Alice Vaughan. Sur le point de se marier, cette détective privée de luxe, forcément ultra-brillante, réalise qu'elle s'est faite arnaquer par son homme, incarné par le toujours très charismatique Peter Krause (Dirty Sexy Money, Parenthood).

Publicité

Mais quand même, il est un peu tombé amoureux d'elle au passage, sinon ce n'est pas drôle. Alice ne prend pas le temps de sécher ses larmes : elle n'a qu'une idée en tête, retrouver son ex-fiancé et lui faire passer un mauvais quart d'heure. Ou un bon quart d'heure, parce qu'évidemment, elle ne l'a pas vraiment oublié non plus. C'est parti pour le jeu vieux comme le monde du chat et de la souris, sauf qu'ici les rôles s'inversent constamment.

Le pitch de The Catch étant connu depuis un moment, ce pilote s'avère quelque peu prévisible. Il a au moins le mérite de réhabiliter la technique du split screen, portée disparue depuis 24 et Ocean's Eleven. Son sujet sexy et divertissant (donc 100% Shondaland compatible), l'arnaque à grande échelle, permet d'utiliser ce procédé classe mais un peu vieillot de division de l'écran, pour suivre ce que font les uns et les autres au même moment, ou accentuer le brio des escroqueries.

Le split screen est parti pour être le gimmick visuel de ce show, à l'instar des flashbacks / flashforwards verts épileptiques de How to get away. Shonda Rhimes est passée maîtresse dans l'art de faire du neuf avec du vieux. S'en est fascinant.

Publicité

the-catch

Moins antipathique que les personnages de HTGAWM, ceux de The Catch sont aussi moins caractérisés pour le moment, mis à part nos deux héros et une bad girl (Sonya Walger, Penny dans Lost). La série repose en grande partie sur les épaules de Mireille Enos, et sur son alchimie évidente avec Peter Krause. La science du casting qui fait mouche de Shonda Rhimes a encore frappé.

Alors évidemment, comme dans toute prod "Shondaland" qui se respecte, les personnages vivent dans des appartements indécents, tout le monde est habillé comme dans une boutique Dior, et les facilités scénaristiques s'accumulent. Cela dit, The Catch est "catchy", plus qu'un White Collar, autre série d'arnaque récente, un peu trop pépère pour son genre.

Publicité

La série réjouira les amoureux du style reproduisible à l'infini de la showrunneuse, qui tient ici une place de producteur exécutive, le show étant imaginé par Jennifer Schuur (nouvelle dans la grande famille) et Allan Heinberg (Scandal, Grey's Anatomy). Les autres lèveront les yeux aux ciel et brandiront bien haut une pancarte "produit formaté".

On peut aussi se demander combien de temps la recette magique de Shonda Rhimes peut encore tenir sans lasser les téléspectateurs. La réception publique de The Catch apportera un début de réponse.

Note du pilote  : 2,5 / 5

Par Marion Olité, publié le 30/03/2016

Copié

Pour vous :