Merci à Cersei Lannister d’avoir sauvé la saison 7 de Game of Thrones

L’essence de Game of Thrones, c’est elle.

Un regard qui respire la sérénité (on déconne). (©️ HBO)

Il est conseillé d’être à jour sur la série avant de poursuivre la lecture de cet article.

Publicité

La saison 6 de Game of Thrones s’achevait par la terrible vengeance de Cersei Lannister et nous offrait dans la foulée le season finale le plus puissant de l’histoire de la série de fantasy. "Light of the Seven" résonne encore dans nos oreilles, tandis que la femme la plus puissante de Port-Réal savoure son millième verre de vin rouge. Après le suicide de son dernier enfant encore en vie, Tommen, l’éternelle femme de l’ombre du clan Lannister décide de prendre les rênes de Westeros, reléguant son frère/lover au rang de second rôle (en termes de pouvoir du moins). Il faut dire que quelque temps plus tôt, elle se retrouvait enfermée par le Grand Moineau, dénudée sur la place publique, sans que Jaime puisse y faire quoique ce soit. C’est donc sans lui qu’elle s’en sortira et qu’elle accomplira son acte de vengeance le plus spectaculaire.

Dans cette septième saison, Lena Headey réalise un nouveau tour de force. En peu de scènes – l’action se déroulant principalement autour des Marcheurs Blancs et de l’irrésistible attraction entre Daenerys et Jon – l’actrice accompagne avec toujours autant de talent l’évolution de son personnage. On aurait tendance à l’oublier tant Cersei influence l’échiquier politique du royaume des Sept Couronnes depuis de nombreuses années, mais la voilà maintenant reine de Westeros. Au passage, notons qu’il aura fallu que tous les hommes du clan Lannister passent leur tour (par la mort, le désintérêt pour le pouvoir de Jaime, "la trahison" de Tyrion), qu’elle perde tous ses enfants et qu’elle subisse un viol (remember, sur la tombe de son fils Joffrey) pour en arriver là.

Le regard des autres

"On va pas se mentir, on a connu des jours meilleurs, brother." (©️ HBO)

Publicité

Cersei Lannister arrive donc à un moment où elle réalise que tous les hommes qui l’entourent, ceux de sa propre famille y compris, ne lui arrivent pas la cheville. Son accession au Trône de fer s’accompagne d’un changement de look : fini les robes qui volent au vent, et la crinière de princesse Disney. Elle arbore une robe noire aux écailles de croco et une fourrure noire qui lui couvre la silhouette. On peut aussi supputer qu’après son humiliante "Walk of Shame" de la saison 6, elle ait une envie toute relative de montrer la moindre parcelle de son corps à un peuple qui lui a jeté des tomates et lui crachait dessus quelques semaines plus tôt. Son corps (de rêve), Cersei ne le montrera qu’à celui qui partage sa vie, Jaime.

Un petit point capillaire s’impose. Alors oui, cette coupe "Playmobil, en avant les histoires" n’est pas des plus heureuses, mais elle a au moins un mérite, celui de montrer que Cersei n’est plus là pour plaire physiquement à qui que ce soit. Elle se comporte comme le ferait son père ou son ex-mari Robert Baratheon. Pensez-vous que ces hommes de pouvoir en avaient quelque chose à faire de leur coiffure ?

Il en va de même pour sa vie sentimentale, toujours tumultueuse. Sollicitée par Euron Greyjoy (pour des raisons stratégiques, mais ça, elle le sait), elle explique à son amant Jaime qu’elle est prête à annoncer publiquement leur relation. Le regard des autres, Cersei l’a affronté dans les pires conditions. Peu importe ce que la plèbe pensera de leur union incestueuse. Tant qu’elle détient le pouvoir, personne ne pourra rien contre eux.

Publicité

La reine du game

Au-delà de sa personnalité qui la place du côté des méchants dans Game of Thrones, la position de Cersei dans cette saison 7 est assez unique en son genre. Voilà une reine qui joue avec les codes du genre masculin, possède une sexualité, et ne se laisse dicter sa stratégie par personne. A contrario, Daenerys, la "Mère des dragons", est sacralisée, et change de stratégie en écoutant tour à tour Tyrion et Jon Snow. La Main de Cersei, Qyburn, la conseille sur l’opérationnel, en ressuscitant La Montagne ou en déterrant la super-arbalète tueuse de dragons. De son côté, la reine tient les cordons de la bourse et adopte sa propre tactique pour contrecarrer l’ennemi.

Et puis, on doit clairement aux Lannister les scènes les plus sensationnelles de la saison. Après l’échange mémorable entre Jaime et feu Olenna Tyrell, on retiendra du season finale les retrouvailles émotionnellement intenses entre Tyrion et Cersei, puis le face-à-face final sous haute tension entre la reine et son grand amour interdit, qui finit par prendre la tangente, sans savoir à quelle sauce il va être mangé. À chaque fois, la séquence est tellement forte (chapeau aux grands acteurs que sont Peter Dinklage, Lena Headey et Nikolaj Coster-Waldau) qu’on se demande si ses deux frères vont s’en sortir vivants.

Publicité

Perdus dans un blockbuster américain, les showrunners David Benioff et D.B Weiss ont parfois sacrifié la cohérence des personnages sur l’autel de l’action. Ainsi, plusieurs protagonistes secondaires passés maîtres dans l’art subtil de la realpolititk de Westeros ont péri un peu rapidement (big up à Olenna Tyrell et Littlefinger) quand Daenerys délaissait une stratégie patiemment élaborée pendant quasiment 10 ans pour les beaux yeux de son neveu d’un homme dont elle venait de faire la connaissance. Le personnage de Cersei Lannister, au contraire, possède une trajectoire et des motivations claires, ce qui se traduit par des actions cohérentes.

Plaçons-nous deux secondes du côté de Queen Cersei voulez-vous. D’un point de vue stratégique, elle a diablement raison de laisser le clan Targaryen-Stark en panade devant les White Walkers, comme elle l’explique si bien. S’ils gagnent, ils reviendront amoindris à Port-Réal et elle aura alors sa chance de les vaincre. S’ils perdent, il sera toujours temps de tirer la sonnette d’alarme aux quatre coins de Westeros pour prendre les armes ou, au pire, de délocaliser le pouvoir sur une île puisque nos amis les Marcheurs Blancs ont apparemment un gros souci : ils ne savent pas nager (mais peut-être savent-ils monter sur un bateau, bref, c’est une autre question). Elle a tout à gagner à jouer au général de Gaulle ("Je vous ai compris !!") devant Daenerys et à préparer en douce son coup avec Euron. Alors, certes, ce n’est pas très très fair-play tout ça, mais si 7 saisons de Game of Thrones nous ont appris quelque chose, c’est que le Trône de fer ne s’acquiert ni se conserve à la loyale.

Entre tactiques de bâtard et tragédie shakespearienne (famille ! Inceste ! Vengeance ! Haine !), Cersei Lannister a envoyé du lourd cette saison, et tout ça l’air de rien. Pourquoi ? Parce qu’elle représente l’essence du Game of Thrones que l’on a suivie pendant six saisons.

Par Marion Olité, publié le 31/08/2017

Copié

Pour vous :