Cinq pépites à retenir du Festival Séries Mania

Le Festival Séries Mania a refermé ses portes dimanche. Après 10 jours d'intense marathon, on fait le point sur nos coups de coeur. 

#1 NSU German History X (Allemagne)

german-2

Elle a reçu le prix des blogueurs lors de la cérémonie de clôture de Séries Mania. Un prix amplement mérité pour sa créatrice Gabriela Sperl, tant cette mini-série prend aux tripes. Elle s'attaque à un sujet coup de poing, la montée du racisme en Allemagne après la chute du Mur de Berlin et jusqu'au début des années 2000. Le premier épisode suit la radicalisation de Beata Zschäpe, une jeune femme paumée, séduite par le discours de l'extrême-droite. Accusée de plusieurs meurtres, la vraie Beata a défrayé la chronique lors d'un procès très médiatisé en Allemagne.

Publicité

Dans le premier épisode de NSU German History X, la caméra ne lâche pas l'excellente actrice Anna Maria Mühe, qui incarne la fougueuse Beate avant et pendant sa radicalisation et son implication dans le groupuscule néo-nazi "Clandestinité national-socialiste" (NSU). Cet épisode adopte donc le point de vue de Beata, sans jamais cautionner ou juger ses actes, qui parlent d'eux-même. Ce traitement réaliste s'avère d'une redoutable efficacité. Le résultat est aussi glaçant que fascinant. L'histoire de Beata avec deux jeunes hommes du NSU, Uwe Böhnhardt et Uwe Mundlos, prend des airs de Jules & Jim cauchemardesque. On espère de tout coeur que cette mini-série au format peu commun (3 épisodes de 90 min chacun, co-dépendants mais aux points de vue différents) trouvera son chemin dans les grilles de programmation française.

#2 Nobel (Norvège)

nobel

On a trouvé le successeur de la superbe The Honourable Woman d'Hugo Blick avec ce thriller nordique, qui explore les intérêts norvégiens en Afghanistan à travers le personnage d'Erling, un soldat des forces spéciales de retour au pays, et sa femme, qui travaille au Ministère des Affaires Étrangères.

Publicité

Réalisation soignée, enjeux géopolitiques élevés, casting sans faute : ce premier épisode haletant promet une série complexe et passionnante. On attend avec impatience sa diffusion en France.

#3 El Marginal (Argentine)

Grand Prix du jury international présidé par David Chase, El Marginal est une petite bombe signée Sebastian Ortega, producteur et scénariste argentin passionné par l'univers carcéral. Le pitch, un ex-policier infiltre la prison de San Onofre pour tenter de découvrir qui retient en otage la fille d'un juge - annonçait un nouveau Oz.

Publicité

Et si la violence est évidemment une composante inévitable de la série, El Marginal a le bon goût d'adopter un ton tragi-comique qui n'appartient qu'à elle. Elle se joue des clichés sur la prison (notamment sur les homosexuels) avec espièglerie. Un must-see, qui devrait bientôt arriver en France.

#4 Cleverman

Un peu à la manière des séries sociétales et fantastiques anglaises type Misfits ou le récent The Aliens, cette série australienne imagine un futur proche réaliste avec une touche de fantastique : des mutants à la force considérable, considérés comme des sous-humains, tentent de survivre à l'oppression des humains. La clé vers un monde meilleur pourrait venir des aborigènes australiens, et du "Cleverman", qui a le pouvoir de réconcilier les deux mondes.

Publicité

Voilà une série qui porte bien son nom. Divertissante et intelligente, elle nous plonge dans la culture peu connue et si intrigante des aborigènes australiens, et notamment la façon dont ils utilisent le conte. A travers Cleverman, Ryan Griffen pointe évidemment du doigt la situation actuelle des aborigènes, qui en bavent autant que les Indiens d'Amérique mais sont moins médiatisés, en Europe du moins. Le parallèle entre les mutants et les conditions des réfugiés de guerre est aussi bien présent.

#5 Au-delà des murs

murs

Cocorico ! La frenchie Au-delà des murs figure dans notre top. L'honneur est sauf. Dernier bébé du duo de scénaristes Hervé Hadmar et Marc Herpoux, ce petit bijou atmosphérique met en scène une femme au passé traumatisant, qui se voit léguer une maison par un vieil homme qu'elle ne connait pas. Cette bâtisse cache bien des secrets...

Les Revenants ont clairement ouvert la voie à un projet comme Au-delà des murs, mini-série fantastico-merveilleuse qui affiche comme références le jeu vidéo Silent Hill ou le film La Maison du Diable. La qualité de la mise en scène (superbe photographie), le jeu des acteurs et la tension instaurée font d'Au-delà des murs une vraie réussite. La série sera diffusée bientôt sur Arte.

On aussi aimé la dramédie Irresponsable (OCS), les "whodunit" soignés The Kettering Incident et Beauséjour (Arte), la comédie australienne The Family Law ou encore le thriller écologique argentin Cromo. Côté US, on vous conseille vivement les nouveautés The Path et The Girlfriend Experience (OCS).

Par Marion Olité, publié le 25/04/2016

Pour vous :