Cleverman, la série qui donne une voix aux Aborigènes Australiens

Découverte lors du dernier Festival Séries Mania, la série Cleverman vient de débuter aux États-Unis sur SundanceTV. Elle met notamment en lumière la culture aborigène australienne. 

Vous avez aimé District 9 ? Alors foncez sur cette nouvelle série venue tout droit d'Australie. Créée par Ryan Griffen, elle prend place dans un futur proche, aux alentours de la banlieue de Sydney. Les Australiens doivent plus ou moins cohabiter avec les "Velus", sorte de X-Men poilus à la force considérable, paradoxalement considérés comme des sous-humains. Ils sont parqués dans des zones de confinement, ou pire, des centres de détention où l'on pratique la torture.

Publicité

"Je voulais que Cleverman ait une dimension politique"

Publicité

La série met aussi en scène les Aborigènes et le mythe du "Sage" (le "Cleverman"), doté d'un pouvoir qui lui permet de dépasser les barrières entre vivants et morts, passé et futur. Le pilote, dense, s'attache à nous présenter tous ces différents personnages. Il manque parfois de clarté, mais la mythologie posée est assez passionnante pour se laisser embarquer.

Évidemment, avec un pitch pareil, le sous-texte politique est omniprésent et assumé par Ryan Griffen.

Je voulais que Cleverman ait une dimension politique et que les Aborigènes Australiens tiennent une place importante. On a été voir les Aînés pour avoir la permission de raconter leurs histoires. Toute l’intrigue autour du Sage était délicate pour eux. Il y avait une grande sensibilité.

Nous avons aussi fait appel à un 'designer aborigène' pour bien conserver cette authenticité, expliquait-il lors de son passage à Séries Mania en avril dernier. 

Publicité

Si l'intrigue de Cleverman peut sembler quelque peu nébuleuse au premier abord, c'est aussi parce que la série a voulu rester fidèle à la culture aborigène, où les récits restent mystérieux, ne donnent pas de lieu ou de temporalité précise. Le rêve ainsi que la connexion entres morts et vivants y tiennent une place primordiale.

cleverman(©ABCTV)

L'histoire brutale des Aborigènes, réduits en esclavage lors de la colonisation britannique, résonne intensément dans Cleverman.

Publicité

Les scènes de torture sont des références à ce qu’il s’est passé au début de la colonisation en Australie, tous ces massacres qui ont eu lieu. Dans la région d’où je viens, près de Sydney, il y avait des lois qui permettaient de chasser les Aborigènes.

L’idée était de dénoncer les injustices perpétrées par le gouvernement australien.

Les "Velus" dans cette histoire figurent les Aborigènes d'Australie, mais pas seulement : "J’ai pensé personnellement aux Aborigènes, mais selon sa sensibilité, on peut aussi y voir un parallèle avec les réfugiés, ou une vision de l’inégalité des classes. Cela rend le récit universel.", commentait Ryan Griffen. 

L'homme ne croyait pas si bien dire. Au moment de la diffusion de la série en Australie, sur ABC TV, le pays faisait face à la crise de migrants. Sa politique très dure en la matière (les demandeurs d'asile sont placés dans des centres de rétention hors du pays) est montrée du doigt à l'international, et divise les Australiens.

Déjà renouvelée pour une saison 2, Cleverman est sans doute la série la plus ambitieuse qui ait vu le jour récemment en Australie. Le cast se compose d'indigènes australiens à plus de 80%, mais aussi de quelques pointures internationales telles que Iain Glen (Jorah Mormont dans Game of Thrones) ou Frances O'Connor (The Missing). Si le show a clairement pour but de célébrer 60 000 ans d'histoire aborigène, sa réussite tient aussi à sa modernité (son hip hop, intrigue centrée sur les jeunes, touche de fantastique).

Réconcilier la jeunesse et les traditions, les Australiens avec leurs origines tout en proposant un divertissement de qualité à la riche mythologie, telle est la délicate mission que s'est donnée Cleverman. Une mission bien partie pour être un succès.

Note du pilote : 3/5

Par Marion Olité, publié le 08/06/2016

Copié

Pour vous :