Dans les coulisses de la saison 2 d’Irresponsable, placée sous le signe de la maturité

Biiinge s’est rendu sur le tournage de la saison 2 d’Irresponsable, la série d’OCS à la sauce Judd Apatow. Le moins que l’on puisse dire c’est que le passage à l’âge adulte va être obligatoire pour Julien, joué par Sébastien Chassagne.

© OCS

Vous aviez aimé le premier chapitre des péripéties de l’adulescent Julien et de son fils Jacques ? Rassurez-vous, OCS a commandé une deuxième fournée d’épisodes narrant la vie paumée du personnage de Sébastien Chassagne qui squatte chez sa mère en banlieue parisienne. À peine est-il revenu dans sa ville natale qu’il découvre que son ex, l’amour de sa vie, a eu un enfant de lui. Âgé maintenant de 15 ans, Jacques va découvrir à ses dépens qu’avoir un père jeune n’est pas si cool qu’on le croit.

Publicité

La pilule passe doucement mais sûrement en première saison et la relation entre Julien et son ex Marie semble désormais au beau fixe pour le bien de Jacques, qui se rapproche de plus en plus de son père. On avait donc laissé un Julien bien décidé à reprendre sa vie en main, même si on sait très bien que le jeune homme attire toujours les problèmes…

Pour découvrir les coulisses de cette deuxième saison, Biiinge avait rendez-vous le matin du 15 juin 2017, au café Le Cardinal à la Porte de Saint-Cloud. Un van nous y attendait pour nous emmener sur le lieu de tournage, mais surprise ! Nous ne prenons pas la direction de Chaville, lieu de naissance de Julien (et accessoirement du créateur et showrunner de la série, Frédéric Rosset) et de tournage d’Irresponsable. Nous nous rendons en fait au Vésinet dans les Yvelines où s’affaire toute l’équipe de la dramédie d’OCS.

Devenir enfin adulte

© Mégane Choquet/Biiinge

Publicité

Le décor n’a rien à voir avec ce à quoi nous étions habitués dans la première saison puisque la maison du Vésinet est une énorme demeure bourgeoise au milieu d’un beau et grand jardin. En plein mois de juin, le soleil offre un bel éclairage sur l’impressionnante architecture de la maison et nous nous installons en terrasse pour attendre l’équipe. On s’arme d’un peu de patience puisque nous arrivons en plein tournage d’une scène compliquée de partie de baby-foot pour laquelle la caméra doit virevolter autour des acteurs dans une pièce étroite. Julien semble très énervé, ce qui ne fait qu’aiguiser notre curiosité.

Au vu de la complexité de la scène, il paraît normal que Frédéric Rosset, le créateur et showrunner d’Irresponsable, soit présent pour chapeauter cette journée de tournage, qui sera la dernière pour lui pour cette saison 2 : "En écrivant [cette séquence], on savait que la mise en place serait compliquée en termes de logique d’acteurs, on doit faire vachement attention à la continuité, au fait que les acteurs doivent avoir des réactions logiques par rapport à l’action précédente. Mais l’équipe s’en sort très bien."

La pression est donc maximale, d’autant plus que quatre acteurs jouent dans cette séquence, dont un petit nouveau qui fait son apparition. Difficile pour Frédéric Rosset d’en dire plus sur ce nouveau personnage, interprété par Sam Karmann (La Cité de la peur), sans spoiler l’intrigue de la nouvelle fournée d’épisodes. En ce qui concerne Julien, le personnage principal interprété par Sébastien Chassagne, cette deuxième saison, que Frédéric Rosset a coécrit avec sa sœur Camille, s’annonce mouvementée pour lui :

Publicité

"Pour l’écriture du personnage de Julien, il y avait deux motivations. C’était d’abord de l’emmener dans des zones d’inconfort dans lequel on ne l’avait pas trop amené en saison 1. Le but du jeu, c’est de le pousser un peu plus dans ses retranchements. On aborde plus son rapport au boulot [en fin de saison 1, il travaille enfin comme pion au collège, ndlr], sa situation un peu compliquée avec sa mère.

Ensuite, on voulait vraiment développer plus les personnages secondaires et leur donner des intrigues propres, que ce soit Jacques, le fils, Marie, l’ex, et Sylvie, la mère, avec pour chacun un épisode centré sur leur point de vue."

© Mégane Choquet/Biiinge

Après ces quelques confidences sur le canapé du salon, nous pouvons chacun notre tour assister à quelques prises de la scène compliquée de baby-foot, dans laquelle Julien révèle son impuissance face à de nouvelles contraintes familiales. Il va être confronté à tous ses proches au quotidien puisqu’il travaille dans le collège de son ex, où son fils étudie également. Quant à sa mère Sylvie, elle part enfin à la retraite et se retrouve donc constamment à la maison. Le jeune homme, vite étouffé, va être obligé de se remettre en question et de tenter de se responsabiliser.

Publicité

La deuxième saison démarre sept mois après la fin du premier chapitre, ce qui laisse le temps à Julien de prendre un peu de recul afin d’être (un peu) plus autonome et indépendant, comme l’indique Sébastien Chassagne : "Il est toujours aussi irresponsable, mais il est plus meurtri par ce qui lui arrive. Il sent qu’un réseau de dépendance s’est créé autour de lui. Du coup, faire des conneries tout seul, qui engage la culpabilité ou la vexation des autres, ça lui donne un peu plus de poids, je dirais."

L’adolescence telle qu’elle est

© Mégane Choquet/Biiinge

Le montage de la deuxième saison commence alors que le tournage n’est pas encore fini à la mi-juin. Si l’équipe espère pouvoir vite livrer cette deuxième fournée d’épisodes à OCS, il a été difficile de trouver des disponibilités avec tous les acteurs pour débuter le tournage. Sébastien Chassagne a notamment tourné dans d’autres séries, telles que Quadras, le nouveau show made in M6, et la saison 6 d’Engrenages de Canal+. Quant à Théo Fernandez, qui interprète Jacques, il a été casté pour un projet d’envergure, à savoir le film Gaston Lagaffe, réalisé par Pierre-François Martin-Laval et dont la sortie est prévue pour 2018.

Ce jeune acteur prend donc son envol depuis Irresponsable, même s’il était heureux de retrouver ses partenaires de jeu et d’incarner son personnage d’adolescent en pleine construction identitaire. Nous en avons discuté avec lui lors de la pause déjeuner un peu tardive (il était un peu moins de 17 heures) :

"[Irresponsable] brise tous les codes tout en restant crédible. Le rôle de Jacques est super parce qu’il montre une souffrance. La jeunesse est plus profonde que ce qu’on nous montre d’habitude, à savoir les soirées, les réseaux sociaux, etc. Jacques a des difficultés dans le milieu social, comme beaucoup d’adolescents et je pense que beaucoup d’entre eux peuvent s’identifier à lui, et encore plus dans cette deuxième saison, parce qu’elle l’explore plus en profondeur et offre une vision moins primaire des ados que celle qu’offre le cinéma d’aujourd’hui."

© Mégane Choquet/Biiinge

Après une enfance sans père, Jacques se voit imposer une figure paternelle tardivement et doit donc s’accommoder des frasques de Julien. Cette situation le fait gagner en maturité, qu’il avait déjà développée dans la première saison. Les nombreuses situations familiales, scolaires, amicales et amoureuses auxquelles il sera confronté le pousseront à devenir un adulte plus rapidement que ses camarades. De manière générale, tous les personnages tournant autour du Tanguy des temps modernes vont grandir un peu plus avec lui et chaque téléspectateur peut s’identifier à eux, comme l’indique Théo Fernandez :

"C’est une série familiale, presque documentaire, dans le bon sens du terme. Elle ne peut pas plaire à tout le monde mais elle peut toucher plein de générations. La saison 2 d’Irresponsable va s’axer sur d’autres personnages que Julien, dont celui de Jacques. Il va lui arriver beaucoup de choses, il aura beaucoup d’obstacles à franchir grâce à l’écriture intelligente de Fred et Camille Rosset mettant en avant des problèmes de société peu abordés en temps normal. Jacques va vous réserver pleins de surprises."

Avec l’expérience d’une première saison sous le coude, Frédéric Rosset, ancien étudiant de la Femis au sein de la section série, a réussi à trouver le bon équilibre dans l’écriture du scénario de la deuxième fournée d’épisodes avec sa sœur Camille. Les nouvelles péripéties de Julien, Jacques et compagnie, placées sous le signe de la maturité, promettent des scènes hilarantes mais aussi et surtout des moments forts en émotion.

Par Mégane Choquet, publié le 29/12/2017

Pour vous :