Le créateur de BoJack Horseman rend un hommage poétique à Marge Simpson

Raphael Bob-Waksberg s'est fendu d'une série de tweets poétiques, dans lesquels il explore la vie de la matriarche de la famille Simpson.

margesimpson-feat

©️ FOX

Publicité

Raphael Bob-Waksberg, le showrunner de BoJack Horseman est passé maître dans l'art d'explorer les sentiments. La preuve, il a offert à son cheval un corps d'humain et une palette d'émotions variées, allant de la dépression à un fou rire incontrôlable.

Fan des Simpson, il a décidé d'utiliser son talent pour rendre hommage à un personnage qu'il adule : Marge Simpson. À l'aide de son compte Twitter, Raphael Bob-Waksberg a rédigé une série de tweets centrés sur la femme d'Homer. Il les a regroupés sur son Tumblr, ajoutant être particulièrement "fier" que sa "fanfiction ait décollée".

Le showrunner a débuté son ode avec une simple question, à propos de la vie sociale de Marge :

Publicité

Publicité

Traduction : "Est-ce que Marge a des ami(e)s ?"

De cette simple interrogation, Raphael Bob-Waksberg décide de lui dédier un "poème de cinquante tweets". Dans celui-ci, il explore de manière déchirante l'ennui quotidien qu'une mère au foyer peut ressentir. En voici quelques extraits :

Publicité

Traduction : "Qui sont les ami(e)s de Marge ? Helen Lovejoy est-elle une amie ? Sarah Wiggum ? Agnes Skinner ?"

Traduction : "À qui Marge déballe ses secrets autour d'un café pendant les froides journées ? Qui rit aux blagues de Marge ? Qui connaît Marge, sincèrement et réellement ?"

Traduction : "Qui, pendant une promenade matinale, voit un grand buisson bleu, envoie une photo à Marge, 'ça m'a fait penser à toi' ? Certainement pas Lenny, Kirk ou Luann."

Traduction : "Et pourtant elles étaient là, se tenant les mains, silencieusement, secrètement, pendant que leurs enfants hurlaient et que leurs maris faisaient cuire les hot-dogs."

Traduction : "Marge errait en pleine nuit, une tâche jaune au beau milieu d'une couche d'étoiles blanches, et elle se sentait, comme elle le ressent si souvent, seule."

Traduction : "Marge la regarda — 'Maude ?' et Maude secoua la tête"

Traduction : "Et Maude murmura ceci : "Ce n'est pas le calme avant la tempête qui m'effraie. C'est le calme qui suit."

Par Adrien Delage, publié le 18/08/2016

Copié

Pour vous :