Damien : le Diable joue au plus malin dans la suite de La Malédiction

Adaptée du film La Malédiction, la série Damien connaît un lancement peu convaincant sur A&E avec un pilote loin d'être abouti.

En 1976, le film La Malédiction (The Omen en VO), réalisé par Richard Donner et sur une idée originale du romancier David Seltzer, laissait son empreinte sur le cinéma d'horreur, trois ans après L'Exorciste. L'histoire de cet enfant, le jeune Damien Thorn, âgé de cinq ans, qui s'avère être la réincarnation de Satan, en avait fait frissonner plus d'un à l'époque.

Publicité

Aujourd'hui, le manque d'originalité criant de la télévision américaine a enfanté un nouveau remake/spin-off/sequel d'une célèbre franchise. Damien reprend donc l'histoire, à notre époque, de ce garçon devenu adulte.

Pas très douée en maths, la série raconte donc la soudaine prise de conscience de Damien, âgé de 30 ans, mais quarante ans tout juste après les événements qui ont marqué son cinquième anniversaire et une partie de son enfance. On choisira de passer outre ce petit déraillement chronologique pour nous concentrer sur ce qui pèche le plus dans Damien : l'écriture.

Un projet entre de bonnes mains

Sur le papier pourtant, le projet était alléchant. Initialement commandée par Lifetime, il atterrit en fin de compte sur A&E (qui appartient au même groupe). Jusqu'ici, c'est cohérent : la chaîne câblée diffuse Bates Motel, elle aussi adaptée d'un monument du cinéma à suspense.

Publicité

damien

Et c'est une petite dream team qui a été assemblée pour donner vie à cette suite de La Malédiction. Glen Mazzara en tête, l'ex-showrunner de The Walking Dead, qui avait succédé à Frank Darabont et avait été viré deux ans plus tard par AMC, supervise l'écriture et la production de Damien. C'est aussi lui qui a signé ce pilote.

Derrière la caméra, Shekhar Kapur, réalisateur du film Elizabeth, l'Âge d'or, et qui a su, avec le peu qu'on lui donnait, faire du pilote de Damien une relative réussite sur le plan visuel. C'est déjà ça.

Pour la bande son, Damien a fait appel au maestro Bear McCreary qui, de The Walking Dead à Outlander en passant par Black Sails, a commis parmi les plus beaux scores de la télé. Il a su infuser une atmosphère particulière au pilote avec ses notes mystiques et ses chants grégoriens aussi beaux que flippants.

Publicité

Captain obvious

1280x720-WJX

A priori donc, tout était là. Hélas, Damien, ou du moins son pilote, manque d'ambition, de mordant et de consistance. Son introduction, dont l'exacte scène sera remise à la fin, est immédiatement suivie d'un flashback. Un effet de style qui aurait effectivement une raison d'être... si ces prémices avaient seulement le moindre intérêt.

Au lieu de venir nous chercher, de titiller notre intérêt, ce pilote traîne ses guêtres pour nous expliquer ce que l'on sait déjà. Que l'on ait vu ou pas La Malédiction, il devient assez rapidement évident que le héros, incarné par Bradley James (Merlin), est la réincarnation de Satan.

Publicité

Pourquoi ces souvenirs refoulés ? Pourquoi reviennent-ils maintenant ? Est-ce annonciateur de quelque chose ? Tant de questions... qui resteront sans réponse ici, le pilote préférant ménager son suspense jusqu'au bout, pour une révélation que l'on a devancée depuis 30 minutes.

Car ce héros, celui qui a des flashbacks de son enfance empruntés au film, qui est suivi par trois pitbulls tout droit sortis des Enfers, et à qui il arrive des trucs vachement étranges quand même... Ce héros là et son 666 tatoué sur la peau est peut-être... le Diable.

Un héros (littéralement) sans histoire

Caxw5chW8AAnJNk

Sinon, la série coche une à une toutes les cases du genre : un personnage annonciateur, les chiens de l'enfer, le héros qui vient régler ses comptes avec Dieu en beuglant dans une église...

Sans oublier ce bon vieux trope particulièrement énervant du mystérieux personnage qui a toutes les réponses, est visiblement là pour les donner au héros dans le but d'empêcher l'apocalypse, mais se borne à disparaître à chaque fois dans des répliques énigmatiques. Pas très charitable comme attitude.

La caractérisation du personnage est quasi absente et/ou totalement superficielle. Seules des informations qui servent le récit et l'action sont mises sur le tapis : Damien a oublié son enfance, il est la réincarnation du Malin. A l'issue du pilote, on a beau savoir qu'il est le Diable en personne, on ignore pourtant tout de ce héros, qui il est au fond. Ce qui serait pourtant essentiel pour nous donner envie de le suivre.

Une série qui peine à trouver sa voie

Le pilote s'acharne à installer une ambiance horrifique, ce qu'elle parvient à peine à accomplir, et plie sous le poids d'une mythologie déjà établie. Damien est tiraillée entre la peur de trop en dire pour ceux qui ont vu le film, et celle de ne pas en dire assez pour ceux qui ne l'ont pas vu.

Dès lors, il devient difficile pour la série de se focaliser sur ce qui est pourtant le plus important : sa propre histoire. Or, à la fin du pilote, on n'est pas tellement plus avancés sur la voie que la série et son héros vont emprunter.

Ces débuts manquent sérieusement de niaque et d'originalité, avec un pilote qui ne va pas au bout de ses idées et ne parvient jamais totalement à nous faire frissonner. Dans un paysage télévisuel bien pourvu en séries de genre, A&E aura du mal à se démarquer en proposant quelque chose d'aussi peu consistant.

On a connu le Diable dans de meilleures dispositions...

Note : 2/5

Par Delphine Rivet, publié le 09/03/2016

Copié

Pour vous :