©HBO

David Tennant et Jennifer Garner nous parlent de Camping, la nouvelle série de Lena Dunham

On a rencontré le couple phare de Camping, la nouvelle série de Lena Dunham, la créatrice de Girls, qui débute ce lundi 15 octobre sur OCS City.

© HBO.

Après le succès de Girls, Lena Dunham et Jenni Konner étaient forcément attendues au tournant pour leur prochaine série. Les deux femmes ont effectué un choix étonnant, en adaptant pour HBO la série anglaise Camping, écrite par Julia Davis. Elle met en scène une poignée de personnages qui vont passer un week-end pour le moins agité en forêt pour fêter les 45 ans de Walt, marié à Kathryn, une femme obsédée par le contrôle. À leur côté, une sœur trop effacée et son mari, des amis en pleine crise de la quarantaine ou encore une hippie sexuellement libérée qui va créer la zizanie.

Publicité

Dans le rôle du couple dysfonctionnel, on retrouve deux têtes connues du petit écran : Jennifer Garner et David Tennant. Alors qu’on leur fait face lors d’un après-midi ensoleillé typique de Los Angeles, le choix de casting devient évident. Ces deux-là ont une complicité évidente et une bonne humeur communicative, à l’opposé de leurs personnages, que d’aucuns pourraient vite taxer de très agaçants. D’ailleurs, à la question de savoir pourquoi ils ont dit oui à cette série, ils répondent en cœur : "Pour l’écriture, et la complexité des personnages."

"Je suis reconnaissante d’avoir la chance de pouvoir incarner une femme compliquée, qui n’essaie pas d’être douce et chaleureuse. Je pense que j’ai perdu pas mal de temps à tenter d’être comme ça, plus que ce que je n’aurais dû [rires]. […] Il y a plein de moments où j’avais envie, naturellement, d’adoucir la scène, mais Jenni et Lena me disaient : 'Ce n’est pas ce qu’elle est'. Tu dois servir le personnage, tu ne dois pas te comporter comme si c’était toi dans cette scène. C’est vrai ! Si le lead du show était un homme, on en parlerait différemment. On parlerait d’antihéros au lieu de personnage antipathique", explique Jennifer Garner.

Certes, l’actrice marque un point. Et il faut donner du temps à Camping pour commencer à l’apprécier, ce qui veut dire aller au-delà des premiers épisodes, où chaque personnage semble personnifier un cliché (la maman control freak, la sœur effacée, le mari castré, la free spirit…) avant d’être creusé davantage.

Publicité

"Jenni et Lena sont très courageuses d’écrire des personnages qui gênent les gens"

"Ce que font si bien Jenni et Lena, c’est créer des personnages qui possèdent de multiples couches. Et il faut retirer une couche après l’autre pour véritablement comprendre ce qui se passe en profondeur chez ce personnage. Kathryn et Walt ont eu une relation épanouissante qui n’a pas pris le bon chemin. Ils ont cessé de communiquer et ont pris de très mauvaises habitudes. Ils ont commencé à se retrancher dans des émotions individuelles. On les rencontre à ce moment-là, mais je pense que tout ça trouve sa source dans un réel amour. Walt réprime ce qu’il pense et garde tout pour lui, et cela devient toxique", analyse David Tennant.

Ceux qui connaissent l’acteur pour ses performances rock’n’roll dans Doctor Who, Jessica Jones ou Broadchurch (et celle à venir dans Good Omens, qui s’annonce démoniaque…) risquent de tomber des nues en découvrant son personnage de mari pleutre – il n’ose jamais dire la vérité à sa femme – et frustré dans Camping.

"C’était un soulagement de jouer quelqu’un qui manque autant de confiance en lui [rires]. C’était un délice ! J’adore la variété que m’apporte ce job. Je peux incarner un personnage très mâle alpha, très en contrôle d’une situation d’un côté, puis je passe à Walt et j’essaie de comprendre d’où il vient, où est sa confiance en lui, si jamais il en a quelque part… C’est toute la beauté de ce métier !"

Jennifer Garner rebondit : "Tu as une façon de te tenir dans Camping… Je n’avais jamais vu ça dans tes personnages précédents. Quand je pense à la façon dont tu es dans Broadchurch, tu es si altier, et là [elle imite à la perfection Walt, avec ses épaules rentrées et son bob un peu ridicule… tout le monde rit dans la pièce, David le premier, ndlr]. C’est du génie !"

Publicité

Where is my mind

©HBO

Sur un ton comique, Camping aborde mine de rien des thèmes qui font écho aux sujets de prédilection de Lena Dunham : les maladies chroniques et la détresse psychologique. La showrunneuse souffre d’endométriose et de fibromyalgie, deux maladies mal connues, mal traitées, qui commencent à peine à être médiatisées. Dans un post récent sur Instagram (un autre sujet abordé avec humour dans la série), elle comparait son quotidien avec celui de Kathryn dans Camping.

"Je ne pense pas que Kathryn souffre de maladie mentale, mais plutôt de détresse mentale, explique Jennifer Garner. […] C’est toujours bon de rappeler que des gens traversent parfois des choses que l’on n’imagine même pas. Il y a un moment où Kathryn dit : 'J’aimerais avoir un cancer pour que les gens soient désolés pour moi.' C’est horrible de dire ça évidemment, mais je pense que beaucoup de gens qui souffrent de maladies invisibilisées doivent ressentir quelque chose comme ça."

Publicité

Une réplique provoc signée 100 % Lena Dunham, qui n’est pas sans rappeler une de ses bourdes (pour rester polie) les plus fameuses, quand elle avait expliqué lors du podcast Woman of the Hour qu’elle aurait aimé avoir subi un avortement pour mieux défendre la cause. Alors certes, Camping est mille fois moins personnel que Girls pour Lena Dunham, qui ausculte là des quarantenaires en crise, alors qu’elle en a à peine 30, là où Julia Davis, créatrice de la série originale, a passé la quarantaine. Ce qui tend à démontrer que pour écrire une bonne dramédie réaliste, genre sériel bien particulier, il vaut mieux savoir de quoi l’on parle, voire l’avoir vécu.

Ce Camping-là n’est pas une éclatante réussite, mais ce n’est pas non plus un échec complet. Parce que Dunham et Konner y font, avec un peu moins de brio certes que dans Girls, ce qu’elles font de mieux : elles nous tendent un miroir qui dévoile nos pires travers, qui nous montre la façon dont on se comporte parfois, les petitesses, les cruautés entre femmes… Voilà ce qui dérange autant. Personne n’a envie de regarder ses défauts avec un miroir grossissant. Et pourtant, c’est diablement intéressant. Jennifer Garner ne dit pas autre chose : "Jenni et Lena ont été très courageuses d’écrire des personnages qui gênent les gens et en même temps, elles demandent à leur audience de s’accrocher avec eux. Il y a quelque chose de reconnaissable dans chaque personnage. Ce n’est peut-être qu’une petite partie, mais je connais des hommes comme Walt qui souffrent en silence et continuent de faire de leur mieux, et je connais évidemment des personnes comme Kathryn. On en connaît tous."

Composée de huit épisodes, Camping est diffusée sur HBO et en France sur OCS City en US+24.

Par Marion Olité, publié le 15/10/2018

Copié

Pour vous :