Pourquoi les coupes de cheveux dans Dear White People ont leur importance

Débarquée en avril dernier, Dear White People s’est démarquée par son approche engagée des enjeux raciaux, jusque dans dans les choix capillaires de ses personnages.  

dearwhite-feat

Traitant des problèmes raciaux chez les Américains libéraux privilégiés, Dear White People est une oeuvre à la fois actuelle, caustique et résolument politique. Son showrunner, Justin Simien, y prolonge l’histoire qu’il avait commencé à conter dans son film éponyme sorti en 2014. Le show explore avec davantage de profondeur la plupart des personnages, chaque épisode se focalisant sur un étudiant noir à l’université de Winchester (exception faite de Gabe, qui est blanc). Cela dit, on boude encore le traitement accordé à Rashid.

Publicité

Dans les épisodes centrés sur Coco, Lionel et Sam, on remarque un thème sous-jacent, subtil, qui a en même temps une énorme influence sur le développement de ces personnages : leurs cheveux.

Coco

© Netflix

© Netflix

Pour Coco, ses cheveux naturellement crépus lui rappellent ses vulnérabilités passées comme présentes. Elle arborait sa tignasse au naturel au cours de sa première année, période durant laquelle elle a rencontré des difficultés à être acceptée et appréciée par les personnes qu’elle mettait sur un piédestal. Elle tente désespérément de camoufler son enfance au sein de la classe moyenne, raccourcit son prénom de Colandrea à Coco et s’entoure d’amis et petits amis blancs pour se distancier de son passé.

Publicité

Coco se met à porter des perruques dissimulant sa chevelure naturelle, cherchant par là à atténuer son identité de personne noire pour être plus "acceptable" auprès de ses pairs. L’une des rares fois où ses cheveux naturels sont dévoilés, elle file se cacher sous les draps tellement rapidement qu’elle frôle le torticolis. Au-delà de ça, ce qui est probablement le plus fascinant est le fait qu’elle reconnaisse uniquement la beauté de ses cheveux quand un homme la complimente à ce sujet. Pour elle, ses cheveux crépus sont une source de ridicule.

Lionel

© Netflix

© Netflix

Lionel, qui a passé l’intégralité du pilote à remettre en question aussi bien sa sexualité que sa place à l’université, se cache derrière son épaisse coupe afro et ses lunettes. Presque invisible, il est attiré en secret par son colocataire bien gaulé. Lionel est également très timide et fuit la confrontation dès que possible. Forcément, une étudiante blanche totalement irrespectueuse plante ses doigts dans sa touffe de cheveux, envahissant son espace personnel. La fille lui réplique alors : "Ça ne te dérange pas, n’est-ce pas ?".

Publicité

C’est un moment auquel la majorité des Noirs peut s’identifier : quand une personne blanche demande à toucher vos cheveux ou, pire encore, agrippe votre chevelure sans votre permission.

Avant la fin de son épisode, Lionel troque sa coupe afro pour une taille plus courte en dégradé, affirmant sa sexualité par la même occasion. Pour lui, dire adieu à sa coupe afro revient à adopter une nouvelle confiance en lui, tout en gagnant en visibilité.

Sam

© Netflix

© Netflix

Publicité

Sam est une femme métisse, constamment confuse quant à sa place dans le monde. Les Blancs la considèrent comme Noire alors que les Noirs l’accusent d’avoir le privilège d’une peau relativement claire. Le fait qu’elle soit tombée raide dingue de Gabe, étudiant plus blanc que blanc, ne l’aide pas.

Le dilemme racial auquel est confronté Sam est explicité par son choix de ne plus laisser ses cheveux non coiffés, comme nous l’ont montré les flash-back retraçant sa première année à l’université. À la place, elle choisit de coiffer ses cheveux avec un style qu’elle perçoit comme plus "afrocentré" afin de se sentir "plus noire". Sa décision va de pair avec l’offensive qu’elle entreprend contre son campus, supposé progressiste, pour faire prendre conscience aux étudiants du racisme latent auxquels font face quotidiennement les Noirs.

En parallèle, Sam peine à accepter ses propres désirs contraires, comme son appréciation de normes culturellement blanches (telles que la musique country) tout en se battant pour avoir un espace de parole 100 % noir au sein de l’université. Associée à son changement capillaire drastique, cette dualité montre qu’une délimitation simpliste des choses n’existe pas pour Sam, ni pour les autres personnages noirs.

Pour les Noir(e)s, les cheveux peuvent vouloir dire tellement de choses différentes : la liberté, le silence, le rejet, l’acceptation, le pouvoir, tout cela dépendant de la situation dans laquelle on se trouve. Les Blanc(he)s sont aussi fasciné(e)s que dérangé(e)s par les cheveux naturels et cela influence, consciemment ou non, la manière dont on perçoit nos propres cheveux. C’est là un aspect de la vie d’une personne noire que Dear White People parvient à illustrer avec brio.

L’intégralité de la série est disponible dès maintenant sur Netflix.

Traduit de l’anglais par Florian Ques

Par Olanrewaju Eweniyi, publié le 15/05/2017

Copié

Pour vous :