Découvrez les évasions de prison les plus spectaculaires de l’histoire

Orange is the New Black repart pour une troisième saison en exclusivité sur Netflix. Cela fait déjà quelques 26 épisodes que Piper Chapman est bloquée derrière les barreaux avec une faune carcérale pour le moins farfelue. De quoi avoir la bougeotte. On s’est donc penché sur les méthodes d'évasion les plus folles pour pouvoir s'évader avec panache.

Les occasions de prendre la poudre d’escampette se font rare depuis l’époque de Spaggiari où il suffisait de sauter de la fenêtre du bureau du juge pour retrouver son complice en moto. Mais certains arrivent encore à créer l'exploit, à l'image de la récente évasion de deux new yorkais par le tunnel de leur prison. Comment s'y prend-t-on finalement ?

La classique : le tunnel

nazi-prison-escape-tunnel-merl

Publicité

  • La méthode 

Cela vient peut-être de notre côté animalier, mais toute personne enfermée pense d’abord à creuser ou emprunter des conduits existants. L’exercice requiert en premier temps une connaissance parfaite des lieux, au risque de finir comme Andy Dufresne dans Les Evadés à ramper dans le conduit des eaux usées sur des centaines de mètres.

  • Les exemples spectaculaires 

Publicité

En 1944, le « comité X » composé d’un peu moins de 80 soldats alliés tenta de s’évader du camps de prisonniers Stalag Luft III en creusant un immense tunnel. Des poutres en bois soutenaient les fondations, des lampes éclairaient les lieux tandis que des pompes à air permettaient d’amener suffisamment d’air pendant la réalisation de l’ouvrage. Manque de chance, le tunnel débouchait à l’orée d’un bois à la vue des gardes. Il suffit qu’un seul des 77 soldats soit repéré durant sa sortie pour qu’une immense battue vienne briser les rêves d’évasion des soldats.

Mais certains eurent plus de chance avec l'option du tunnel comme Richard Lee McNair qui réussit à s’enfuir par les gaines d’aération de sa prison, ou les quelques 480 prisonniers Afghan qui s’enfuirent de leur prison par un tunnel aussi long que trois stades de foot. Qui a dit matons corrompus ?

La voie des airs : l’hélicoptère 

Publicité

 

  • La méthode 

La majorité des toits de prison sont plats, l’intégralité des sols est surveillée car les hommes ne volent pas. Les deltaplanes et autres avions ont besoin d’espace pour décoller. Il reste par conséquent l’hélicoptère.

  • Les exemples spectaculaires

Publicité

Il n’est peut-être pas approprié de dire « cocorico » dans ces cas, mais on sait s’évader avec classe dans l’hexagone. Dans le genre têtu, Pascal Payet a tout de même réussi à s’évader à trois différentes reprises de plusieurs maisons d’arrêts à bords d’hélicoptères volés par ses complices ; profitant même une fois pour embarquer quelques camarades avec lui.

Mais tout cela n’égale pas la romance vécue par Monsieur et Madame Vaujour. La désormais ex-épouse du détenu avait alors pris des cours de pilotage d’hélicoptère pour venir chercher son mari en plein Paris à la prison de la santé. On verse une petite larme.

Pour les bébés nageurs  : le grand bain 

alcatraz

  • La méthode 

Après la voie souterraine et la voie des airs, prenons un peu le large. Durant longtemps, les prisons situées au bord de l’eau eurent la réputation d’être les plus difficiles à quitter par la petite porte… et pourtant il n’y a pas que Picsou et Nicolas Cage dans Volte Face qui parvinrent à créer le miracle.

  • Les exemples spectaculaires 

Tout le monde connaît Alcatraz, la célèbre prison qui inspira le film avec Clint Eastwood. Une bande de joyeux compères réussit à y creuser un tunnel avec de simples cuillères renforcées avec l’argent contenu dans les pièces, pour finalement s’échapper en bateau. Comment couvrir le bruit des travaux ? Ils « travaillèrent » durant les heures d’ateliers musicaux de la prison. Comment s’échapper sans éveiller l’attention ? Avec des têtes en papier mâché, de vrais gosses. Un radeau les attendait à la sortie, mais on ne retrouva jamais les évadés, vivants ou morts.

Vous souvenez vous de l’excellent Midnight Express ? L’Américain qui inspira le film travaillait sur le port de la prison où il fût enfermé pour trafic de haschisch, et décida un jour de 62 de tout simplement voler une barque pour ramer vers la liberté.

Team Fantômas : l’art du déguisement

pay-inmates-seducing-prison-wardens

  • La méthode 

Pas besoin d’être James Bond pour savoir que rentrer ou sortir de lieux sécurisés dépend de votre passe-droit. Les prisonniers en n'ont par essence aucun, il faut donc changer votre identité.

  • Les exemples spectaculaires

Les exemples d’évasions réussies du camps d’Auschwitz sont hélas extrêmement rares, mais restent d'incroyables récits de survie. Après s’être cachés quatre jours et quatre nuits derrière un stock de buches, leurs corps couverts de tabac et d’essence pour masquer leur odeur des museaux des berges allemands, Alfred Wetzler s’évada du camp de la mort avec Rudolf Vrba. Ils prirent tout d’abord la peine de se déguiser en soldats locaux pour ensuite rejoindre la Pologne en se repérant à l’aide d’un atlas pour enfant.

Moins sombre cette fois, c’est en février dernier que trois détenues brésiliennes eurent l’audace de séduire les très professionnels gardiens de l’établissement en enfilant des tenues affriolantes pour annoncer une belle orgie arrosée au whisky. Le lendemain matin, les gardiens se réveillaient ligotés et quelques 28 détenues manquaient à l’appel. Un réveil difficile pour les matons.

Méthode agence tous risques : la prise d’otages

riots

  •  La méthode 

Pour les jusqu’au-boutistes, rien ne vaut une bonne émeute comme dans Tueurs Nés. Cette méthode permet de semer un trouble infernal dans l’établissement, vous menant ainsi à la sortie (ou au mitard). C’est une idée qui a du sens mais comporte tout de même un facteur risque assez conséquent.

  • Les exemples spectaculaires 

John Dillinger s’évada de sa prison dans les années 30 en fabriquant un faux pistolet dans un bout de bois qu’il peigna en noir avec du cirage. Cette "arme" fut apparemment suffisamment dissuasive pour impressionner les gardiens qui n’avaient visiblement pas la vue d’une grande acuité.

Que l’on soit un membre de l’IRA incarcéré dans le fameux Maze irlandais ou, comme Dieter Dengler, prisonnier dans un camp militaire de la jungle vietnamienne, vous voilà prisonnier de soldats armés jusqu’aux dents. Il vous faudra alors pas mal d’audace pour vous saisir des armes ennemies et tenter une sortie en fonçant dans le tas. C’est jouable, mais ça relève du miracle. Avez-vous vu Rescue Dawn ? C’est un bon exemple de situation où vos chances d’évasion ne sont pas nulles, mais presque inexistantes.

houdini

Pour conclure

On termine ici ce tour des méthodes classiques pour fuir un lieu de rétention. Si vous ne vous sentez pas capables d’utiliser la force, il vous restera l’habilité du Houdini des taulards, Alfred Hinds qui parvint à reproduire de mémoire une copie de la clé de sa cellule ; ou l’agilité de Choi Gap-Bok qui parvint à se faufiler par la trappe du plateau repas.

L'idéal étant de se tenir à l'écart des problèmes, et personne ne vous reprochera d'attaquer la saison 3 d'Orange is the New Black qui est déjà disponible en exclusivité sur Netflix.

Par Geoffroy Villeneuve, publié le 16/06/2015

Copié

Pour vous :