L’ex-directeur d’Amazon Studios a renoncé à Big Little Lies, jugeant qu’on n’y voyait pas assez "de seins"

Le même homme a récemment démissionné de ses fonctions, accusé publiquement par plusieurs femmes de harcèlement sexuel.

Depuis l’affaire Weinstein, Hollywood n’est plus qu’un immense bourbier où chaque jour amène son nouveau lot d’accusations. On apprend notamment que l’ancien directeur de la programmation chez Amazon, Roy Price, aurait renoncé à commander la série de David E. Kelley, Big Little Lies, sous prétexte qu’il n’y avait pas assez de nudité. C’est lors d’une soirée informelle avec des employés de la société que Price a demandé à son staff si Reese Witherspoon et Nicole Kidman, deux des stars de la série, étaient prêtes à "montrer leurs nichons", insinuant par la suite qu’il ne commanderait pas la série si elles refusaient. C’est finalement HBO qui a mis la main sur le projet, avec le succès que l’on connaît.

Publicité

Depuis, Roy Price a dû démissionner, après avoir été suspendu de ses fonctions par la firme. Il est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs collaboratrices, dont la productrice de The Man in the High Castle, Isa Hackett. Les faits remontent à 2015, lors de la Comic-Con de San Diego, durant lequel il lui aurait dit qu’elle allait "adorer sa bite". À une autre occasion, il lui aurait crié dans l’oreille "sexe anal".

En août 2015, durant une soirée se tenant après un "table read" (séance de lecture de script, en compagnie du cast et de la production, avant le début du tournage) pour Good Girls Revolt, Roy Price aurait interrogé ses homologues féminines sur leur vie sexuelle. Elles ont par la suite décrit cette conversation comme "gênante et inconfortable". Triste ironie, la série Good Girls Revolt suivait trois personnages féminins dans leur vie professionnelle, en plein pendant la révolution féministe des années soixante.

C’est également Roy Price qui avait donné son feu vert pour développer une série intitulée Shanghai Snow, dont il a lui-même eu l’idée. Dans le brouillon obtenu par The Hollywood Reporter, le projet est décrit comme suit : "Une jeune femme nommée Cindy est vendue comme esclave sexuelle. Sous l’emprise d’un nain thaïlandais impérial et psychotique, Cindy est droguée, battue avec une machette et menacée de se faire 'baiser comme un poisson mort'". Depuis le départ de Roy Price, il y a heureusement peu de chance pour qu’un pilote voie le jour.

Publicité

Par Delphine Rivet, publié le 19/10/2017

Copié

Pour vous :