Facebook est prêt à payer 3 millions de dollars par épisode pour son futur Pretty Little Liars

Le célèbre réseau social plonge la tête la première dans la programmation de séries avec une stratégie bien huilée, afin de devenir un média à part entière.

pll

© ABC Family

À l'ère de la Peak TV, nous n'avons jamais eu autant de choix en matière de séries. Entre la télévision, les plateformes de vidéo à la demande et les applications sur smartphones, il nous est possible de regarder nos shows préférés sur une pléiade de médias. Et ça, Facebook l'a bien compris et compte se lancer sur le marché. Selon un compte-rendu du Wall Street Journal, le réseau social courtise plusieurs agences hollywoodiennes pour l'achat de scripts de séries originaux, étant prêt à injecter jusqu'à 3 millions de dollars par épisode dans la production. 

Publicité

Espérant proposer une première fenêtre de lancement très bientôt, Facebook veut cibler une audience bien précise : les 13-34 ans, avec une préférence pour la tranche 17-30, à savoir les utilisateurs les plus investis sur le réseau social. Pour attirer ce public défini, Facebook s'inspire des séries qui ont du succès auprès de cette cible et espère diffuser des shows du même acabit que Pretty Little Liars, Scandal ou encore la téléréalité The Bachelor. On pourra déjà s'attendre à une douzaine de shows dans la future grille de programmation du réseau social, dont Last State Standing

Cette future offre de programmes s'inscrit dans une stratégie rondement menée par Facebook, voulant concurrencer Snapchat, Instagram et Twitter. Après avoir payé des millions de dollars plusieurs sociétés de médias pour faire du live-streaming, le réseau social de Mark Zuckerberg va donc proposer plus de contenus "premium", en commençant par des séries courtes, pouvant durer de dix à trente minutes. Avec un fil d'actualité toujours plus agressif, il nous sera impossible de passer à côté des nouveaux contenus proposés par Facebook. Espérons que cette future offre sera à la fois diversifiée et de qualité. 

Par Mégane Choquet, publié le 26/06/2017