Moment fort : les femmes ont pris le pouvoir aux Emmy Awards 2017

Très politisée, cette cérémonie des Emmy Awards a mis en avant les femmes, dans toute leur diversité. Et ça fait du bien.

Cette 69e édition des Emmy Awards a été dominée par des femmes, qu’elles soient scénaristes, actrices, productrices ou réalisatrices. De manière générale, les séries récompensées en disent long sur le contexte politique actuel aux États-Unis. Au-delà de leurs qualités incontestables, les grandes gagnantes The Handmaid’s Tale et Big Little Lies mettent en lumière des personnages féminins puissants. Elles sont oppressées, agressées et en danger mais solidaires, fortes et combatives, si bien qu’elles forcent l’admiration et sont une source d’inspiration. Formidablement écrits et réalisés, ces deux shows ont dominé la soirée et insufflé un vent de fraîcheur et de mobilisation encourageant.

Publicité

Les actrices, Elisabeth Moss, Nicole Kidman et Laura Dern, pour ne citer qu’elles, ont obtenu des récompenses amplement méritées. Pour The Handmaid’s Tale, c’est la réalisatrice Reed Morano qui a été primée pour l’épisode "Offred", pilote glaçant qui nous immerge dans le monde de Gilead, créé par Margaret Atwood. La romancière à succès a été célébrée par l’équipe et le public lors de la remise du prix de la meilleure série dramatique. Quant à Big Little Lies, il est nécessaire de rappeler que Nicole Kidman et Reese Witherspoon sont les productrices exécutives de cette adaptation du livre écrit par Liane Moriarty.

Nicole Kidman a, elle, profité de son discours de remerciements pour rappeler la réalité des violences conjugales et des agressions faites aux femmes partout dans le monde. Autre moment fort de la soirée, le discours de Lena Whaite, qui a coécrit l’un des meilleurs épisodes de la deuxième saison de Master of None avec Aziz Ansari. Dans "Thanksgiving", on découvre un peu plus la personnalité et la vie de Denise, le personnage que Lena Whaite interprète.

Publicité

L’écriture et la mise en scène de l’épisode, comme un roman-photo, offrent un regard bienveillant et moderne sur l’homosexualité et l’évolution de Denise dans une famille matriarcale. Lena Whaite n’a pas hésité à mettre en avant les droits des femmes, la communauté LGBTQ+ et la communauté noire afin d’exprimer son bonheur :

"Plus que tout, ma famille LGBTQIA – je vois chacun d’entre vous. Les choses qui nous rendent différents sont nos super-pouvoirs. Chaque jour lorsque vous franchissez la porte, mettez votre cape imaginaire et sortez pour conquérir le monde parce que le monde ne serait pas aussi beau si vous n’y existiez pas."

Elle est d’ailleurs la première femme afro-américaine à remporter le prix du meilleur scénario pour une série comique. Par ailleurs, le règne sans conteste de Veep se confirme encore cette année, alors que la prochaine saison sera la dernière. La talentueuse et indétrônable Julia-Louis Dreyfus a une nouvelle fois été brillante dans cette série comique et moderne. Cette dernière a d’ailleurs évoqué le fait que les scénaristes voulaient aborder le thème de l’impeachment dans cette saison mais qu’ils avaient peur que quelqu’un d’autre n’en parle en premier. Coucou Trump.

Publicité

Enfin, comment ne pas parler de l’épisode "San Junipero" de la série Black Mirror, primée deux fois en tant que meilleur scénario et meilleur téléfilm. Il avait fait sensation en s’éloignant des chapitres dystopiques habituels de Charlie Brooker. Nous avions chaviré pour l’histoire d’amour entre deux femmes que tout oppose, Kelly et Yorkie, dans une réalité virtuelle. Et on se réjouit que cet épisode ait reçu deux belles récompenses. Who run the world?

Par Mégane Choquet, publié le 18/09/2017

Copié

Pour vous :