Game of Thrones : comment le discours de Jon Snow fait écho à la présidence de Donald Trump

"Paroles, paroles, paroles."

© HBO

Le dernier épisode de la saison 7 de Game of Thrones a été riche en rebondissements et en manœuvres politiques, comme en témoigne la rencontre au sommet entre les personnages les plus influents de la série, tels que Jon Snow, Cersei Lannister et Daenerys Targaryen. Le but de ce rendez-vous était de sceller une alliance contre les Marcheurs blancs, malgré leurs nombreux différends et leur soif de pouvoir. Pour convaincre la reine du royaume des Sept Couronnes, Jon et sa Suicide Squad ont risqué leur vie afin de ramener une preuve de l’existence de la menace glaciale et Daenerys a perdu Viserion. L’enjeu était donc de taille.

Publicité

Après une démonstration digne du télé-achat, avec le tuto "Comment tuer un Wight ?", Jon Snow réussit à rallier Cersei à leur cause mais cette dernière lui demande une allégeance totale envers elle. Le roi du Nord, ayant déjà juré fidélité à Daenerys, ne peut accéder à sa requête, ce qui amènera Cersei à quitter les discussions. Davos, Daenerys et Tyrion, les alliés de Jon, ne comprennent pas son attitude, Tyrion l’incitant même à mentir pour arriver à ses fins. Si les manigances politiques sont monnaie courante dans Game of Thrones, Jon, lui, tient à son intégrité :

"Je ne prêterais pas un serment que je n’honorerai pas. Vous pouvez me parler de mon père, me dire que cette attitude lui a valu la mort. Mais si les fausses promesses se multiplient, les paroles n’ont plus de sens. Il n’y a plus de réponses, seulement des mensonges. Et les mensonges ne nous aideront pas."

Et ce discours survient dans un contexte politique américain difficile, sous la présidence de Donald Trump, habitué des discours foireux et nocifs. Entre la fiction et la réalité, il n’y a qu’un pas et Liam Cunningham, qui interprète Ser Davos, a d’ailleurs révélé à Variety que le tournage de cette scène avait une résonance particulière avec la situation des États-Unis, dans la tête de tous les acteurs de la série à ce moment-là :

Publicité

"Le discours que Jon Snow tient sur la nature des mensonges, et ce qui arrive quand on ne tient pas sa parole, nous l’avons filmé le jour même où un certain président des États-Unis d’Amérique a été élu et cela a eu un incroyable impact pendant que nous filmions.

Les résultats avaient juste été annoncés le matin où nous avons filmé cette scène en particulier – ce jour où nous avons tourné avec Kit Harington. Nous avons sûrement répété cette scène. Mais c’était la première fois que Kit Harington prononçait ces mots sur le plateau. Donc cette scène a eu une certaine résonance."

La fiction rejoint d’autant plus la réalité quand on sait que le discours de Jon Snow a inspiré Anthony Scaramucci, l’ancien directeur de la communication de la Maison-Blanche, qui a quitté ses fonctions il y a un mois. "The Mooch", connu pour ses réactions sanguines, a en effet twitté une partie du speech du roi du Nord, sur l’importance de l’honnêteté. Il a ensuite cité son post en expliquant que ce message est une critique envers la classe politique, et par extension le gouvernement de Donald Trump, qui effraie chaque jour un peu plus le peuple américain.

Publicité

Les mensonges et les discours nauséabonds du président des États-Unis se succèdent alors que des événements tragiques s’enchaînent, des manifestations de Charlottesville à la montée du néonazisme. Si les paroles du président sont dangereuses, il est clair qu’en termes de stratégie politique, il ne ferait pas le poids face à une Cersei ou à un Tyrion. Dans Game of Thrones, Donald Trump n’aurait pas fait long feu. 

Par Mégane Choquet, publié le 30/08/2017

Copié

Pour vous :