Comment Grey’s Anatomy a mis en lumière les violences domestiques

Quoi que l’on pense de Grey’s Anatomy, la série a toujours eu le mérite d’aborder avec force et conviction les sujets de société les plus douloureux.

© ABC

Entre deux catastrophes, et au beau milieu des cœurs éplorés du Seattle Grace Hospital, Grey’s Anatomy peut se targuer d’avoir mis les pieds dans le plat un nombre considérable de fois. Son pouvoir, pour amener des sujets un peu tendus mais diablement d’actualité, c’est d’entrer dans des millions de foyers par la petite lucarne. Alors, forcément, à la lumière des récents événements qui ont secoué Hollywood, il était certain que Grey’s Anatomy finirait, d’une façon ou d’une autre, par mettre en lumière le mouvement Time’s Up.

Publicité

Avec l’épisode initialement intitulé "Four Seasons in One Day", et diffusé ce jeudi 18 janvier sur ABC, la série créée par Shonda Rhimes poursuit un combat qu’elle s’est engagée à mener depuis des années : parler des violences conjugales à une heure de grande écoute. Pour l’occasion, sa showrunneuse Krista Vernoff a choisi de donner à cet épisode un autre titre, bien plus percutant : "1-800-799-7233". Il s’agit du numéro de téléphone de la National Domestic Violence Hotline, un centre d’écoute pour venir en aide aux victimes de violences domestiques.

Une idée qui lui a été soumise par l’acteur incarnant le Dr Andrew DeLuca, Giacomo Gianniotti. Avant le break hivernal de la saison 14, Jo Wilson (Camilla Luddington) assistait au retour de son mari violent, le Dr Paul Stadler (joué par Matthew Morrison). Le midseason premiere de Grey’s Anatomy, diffusé ce jeudi 18 janvier, verra donc les conséquences de ces terrifiantes retrouvailles.

Par Delphine Rivet, publié le 16/01/2018

Copié

Pour vous :