© Syfy

Les enquêtes sanglantes et barrées de Happy! reviendront dans une saison 2

Syfy a renouvelé sa série WTF pour une deuxième saison.

© Syfy

La saturation de séries sur le petit écran pousse les showrunners, scénaristes et réalisateurs à se dépasser et à laisser libre cours à leur imagination pour se démarquer. Ainsi, on assiste à des expériences télévisuelles transcendantes voire jamais vues sur la petite lucarne, comme en témoignent la saison 3 de Twin Peaks, Legion et la trop vite annulée Blood Drive. Mais en 2017, une petite pépite encore plus déjantée que ces trois dernières a créé la sensation : Happy!.

Publicité

Cette adaptation du comics éponyme créé par Grant Morrison et Darick Robertson a explosé les audiences de Syfy. La série attirait plus d’un 1,7 million de téléspectateurs en moyenne, tandis que le pilote était cité 212 millions de fois sur Twitter lors de sa diffusion en décembre 2017. C’est tout simplement le meilleur score enregistré par la chaîne depuis le season premiere de The Magicians en 2016. Logiquement, Syfy a renouvelé Happy! pour une saison supplémentaire de huit épisodes, voire plus.

Christopher Meloni (Man of Steel) campe Nick Sax, un ex-flic corrompu et désabusé qui se transforme en tueur à gages pour éradiquer la criminalité qui gangrène sa ville. Retrouvé à moitié mort après une sanglante fusillade, il fait la rencontre de Happy (Patton Oswalt), une licorne bleue ailée qui lui demande son aide. La créature est en fait l’ami imaginaire d’une petite fille kidnappée par un Père Noël terrifiant qui n’en est pas à son premier enlèvement.

Trash, excentrique, ultraviolente, déjantée… Beaucoup d’adjectifs servent à définir Happy!, petit bijou de grand n’importe quoi jouissif, porté par un duo très attachant. La série reste encore inédite en France, même si le Syfy de l’Hexagone devrait la diffuser prochainement et qu’une plateforme de streaming pourrait grandement s’intéresser à ce show ultraefficace et d’excellente facture. La saison 2 devrait débarquer en 2019.

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 30/01/2018

Copié

Pour vous :