I Love Dick : la nouvelle dramédie de Jill Soloway est brillante

Amazon a lancé la saison des pilotes en cette fin de mois d'août. Parmi eux, la très prometteuse I Love Dick, signée Jill Soloway. 

À intervalles réguliers, la plateforme américaine met en ligne des pilotes de séries, et demande aux internautes de les noter. Selon la réception publique, mais aussi critique, elle décide alors d'accorder ou non une saison entière au projet. Elle vient donc de mettre en ligne la série de super-héros décalée The Tick, la comédie méta Jean-Claude Van Johnson avec JCVD, et I Love Dick. Cette dernière est l'adaptation du livre éponyme de Chris Kraus paru en 1997, mélange subtil de mémoires et de fiction.

Publicité

L'histoire raconte comment la rencontre d'un professeur charismatique (c'est un critique d'art dans le roman) va bouleverser Chris, une réalisatrice qui accompagne son mari, Sylvère, à Marfa, Texas, où vit une communauté universitaire haute en couleur. Elle va commencer à écrire des lettres au fameux Dick, qui prend les traits de Kevin Bacon dans la série.

Les amateurs du travail de Jill Soloway – la brillante showrunneuse de Transparent, l'une des séries les plus importantes de ces dernières années – ne seront pas dépaysés. On retrouve dans ce pilote aussi bien ses thèmes de prédilection que ce style "ciné indé", cette façon de sublimer des scènes de la vie quotidienne, qui classe le show dans la catégorie des dramédies. Il est question dans I Love Dick de désir, d'obsession, de sexe et des difficultés du couple au quotidien. Et surtout de la femme, de sa place dans la société, de sa relation aux hommes et de ses aspirations. C'est l'excellente Kathryn Hahn (vue dans Transparent) qui incarne Chris dans tous ses états. 

IMG_2902.CR2

© Amazon

Publicité

Face à elle, le revenant Kevin Bacon bouffe l'écran. Il faut dire qu'il est filmé avec amour (ces scènes d'une coolitude absolue où on l'aperçoit sur un cheval, nu dans une piscine avec vue sur la campagne texane), ce même amour que ressent déjà Chris pour lui. Son personnage est aussi sexy qu'exaspérant.

En une scène, la plus réussie du pilote, Jill Soloway nous fait comprendre pourquoi Dick obsède Chris, et dans une moindre mesure, son mari Sylvère. Les trois sont attablés au restaurant, en triangle. Répondant à une question de Dick, Chris lui explique son métier, réalisatrice, et ses récents déboires : elle n'a pas pu sortir son film au festival de Venice, à cause de problèmes sur les droits musicaux. Elle lui explique que son film parle "d'un couple, enfin d'une femme en couple, qui représente toutes les femmes, et de comment la société peut broyer leurs espoirs".

Dick lui répond assez sèchement que son film "a l'air horrible". Avant d'ajouter que si tant de films réalisés par des femmes ne voient jamais le jour, c'est parce qu'au final "la plupart des films réalisés par des femmes sont mauvais." Dick (diminutif de Richard qui signifie également "abruti" ou "connard" en anglais, mais désigne aussi le pénis) ne s'appelle pas comme ça pour rien. On ne sait pas vraiment s'il tient ces propos pour provoquer Chris, pour lui montrer à quel point son mari (qui ne réagit pas et, pire, rit avec lui) est un gros naze ou s'il les pense vraiment, mais cette scène contient tous les éléments qui peuvent faire d'I Love Dick une série brillante.

Publicité

dick-2

©Amazon

Plus tard dans l'épisode, Chris se souvient de cette scène alors qu'elle ressent le besoin d'écrire sa première lettre, dont l'on a eu des aperçus tout au long de l'épisode. On revit de son point de vue le comportement étrange ou détestable de Dick et en même temps l'irrésistible attirance de Chris pour cet homme.

Il fallait tout le charisme de Kevin Bacon pour nous faire comprendre pourquoi Chris s'éprend d'un tel "dick". On a déjà un début de réponse : parce qu'il va l'amener à se remettre en question, artistiquement et intimement. Et on aimerait vraiment découvrir comment. Ne reste plus qu'à croiser les doigts pour que la série de Jill Soloway obtienne une saison entière.

Publicité

Par Marion Olité, publié le 26/08/2016

Copié

Pour vous :