Daniel Wu as Sunny – Into the Badlands _ Season 2, Episode 3 – Photo Credit: Antony Platt/AMC

Sunny reviendra casser des gueules dans la saison 3 d'Into the Badlands

AMC a renouvelé sa série d'arts martiaux, injustement méconnue dans nos contrées, pour seize nouveaux épisodes.

©️ AMC

Nous sommes nombreux à apprécier les séries rythmées et sanguinaires, où la baston prévaut clairement sur l'intrigue. Et nous sommes par conséquent nombreux à nous plaindre des combats trop chorégraphiés, parasités par des bruits de coups exagérés et désuets (poke Marvel's Iron Fist et Arrow). Mais outre-Atlantique, l'un des shows de la chaîne câblée AMC parvient à mélanger habilement ces deux aspects. Il s'agit d'Into the Badlands, qui vient d'être renouvelée pour une troisième saison élargie de six épisodes par le diffuseur de The Walking Dead.

Publicité

La série nous plonge dans un monde post-apocalyptique découpé en plusieurs territoires à la manière de Game of Thrones. Chaque région est protégée et contrôlée par un baron, qui détient à sa solde une armée de combattants appelés les "clippers" (sécateurs en VF, rien que ça). Ces guerriers impitoyables ont pour seul objectif d'obéir au doigt et à l'œil de leur baron. Mais l'un des meilleurs de sa génération, Sunny (Daniel Wu), va décider de s'élever contre cette dictature pour vivre sa vie comme il l'entend.

Tigre et Mad Max

Autant vous prévenir tout de suite, âmes sensibles s'abstenir. Têtes tranchées en deux, bras cassés, arrachages d'yeux rythment le quotidien de Sunny et ses compagnons. Mais toute cette violence brute est sublimée par des affrontements de toute beauté façon Tigre et Dragon. La série comporte également de nombreuses références aux univers du genre, Mad Max en tête.

Publicité

Autour de Sunny naviguent des personnages hauts en couleur comme M.K. (Aramis Knight), un orphelin aux pouvoirs mystiques incommensurables, ou encore Waldo (Stephen Lang), un ancien "clipper" en chaise roulante toujours aussi agile au combat. Mais la meilleure surprise dans Into the Badlands reste les protagonistes féminins, badass comme jamais. Les personnages de la Widow (Emily Beecham) et de la jeune Tilda (Ally Ioannides) héritent régulièrement des scènes de baston les plus violentes et stylées.

Les créateurs de la série, Alfred Gough et Miles Millar (les papas de Smallville), ont choisi d'exploser leur intrigue en saison 2, envoyant leurs personnages aux quatre coins du monde. Avec l'ajout de l'hilarant Nick Frost (la trilogie Blood and Ice Cream de Simon Pegg), Into the Badlands a pris une autre direction qui plaît toujours autant aux spectateurs américains. Selon Deadline, le show attire en moyenne 3,6 millions de curieux à chaque épisode, soit une progression stable (qui s'avère encore meilleure sur la tranche des 25-54 ans) depuis la saison initiale.

La saison 2 d'Into the Badlands, en cours de diffusion aux États-Unis, reste inédite en France.

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 26/04/2017

Copié

Pour vous :