This image is embargoed until 00.01 Tuesday 3rd November 2015 From Rainmark Films The Frankenstein Chronicles on ITV Encore Pictured:… Lire la suite

Jekyll and Hyde vs The Frankenstein Chronicles : Le retour des monstres

Alors que l'ambiance de Noël se fait déjà sentir, la chaîne britannique ITV reste à l'heure d'Halloween en diffusant en parallèle deux créations originales inspirées de grands classiques de l'horreur, Jekyll and Hyde et The Frankenstein Chronicles. Deux nouvelles séries qui offrent l'occasion de mieux réinventer de grands classiques.

Un justicier à la force surhumaine et au passé trouble, une organisation secrète aux motivations ambiguës, une lutte contre le mal dans la grande métropole... Vous avez dit Bruce Wayne ? Le héros de Jekyll and Hyde ( avec un Tom Bateman à la mâchoire carrée comme il se doit) fait davantage penser à un personnage de comics qu'à un scientifique victorien torturé.

Rebootée par ITV, la célèbre nouvelle de R.L. Stevenson devient ce que le Sherlock Holmes de Guy Ritchie est au détective d'Arthur Conan Doyle : une version survitaminée et déjantée de l'original, qui se s'embarrasse pas avec une quelconque fidélité aux détails, ni même à l'esprit de l'œuvre. La série Jekyll de Steven Moffat (2002) collait bien plus à l'essence de l'œuvre originale.

Publicité

Downton Abbey avec des monstres

Publicité

"C'est un peu Indiana Jones meets Doctor Who qui rencontre Sherlock", admet sans complexes Tom Bateman, l'interprète du Dr. Jekyll et de son double maléfique, Mister Hyde. Charlie Higson, scénariste de la série, l'a lui-même qualifiée non sans humour de "Downton Abbey avec des monstres". Sans aller aussi loin, force est d'admettre que cette nouvelle version punchy d'un mythe intemporel installe efficacement son propre univers.

L'ambiance sombre et gothique de l'œuvre de Stevenson est abandonnée au profit d'un cocktail d'action et d'aventure, ancré dans la mouvance des séries de super-héros et des monstres de série B.

Publicité

jekyll-and-hyde

Le scénariste Charlie Higson a pris le parti plutôt malin de situer l'action dans le Londres des années 1930. Un choix intéressant, qui permet de rajeunir l'histoire tout en conservant un côté rétro qui sied à ses références de comics. À l'image de son héros, la série se rend parfois coupable de schizophrénie.

Jekyll and Hyde patauge joyeusement dans un surnaturel grand-guignolesque, où l'acteur britannique culte Richard E. Grant s'en donne à cœur joie dans le rôle du chef d'un service ultra-secret. En parallèle, la série ne rechigne pas à une violence assez graphique, qui a valu à ITV un tollé de plaintes à l'encontre sa case de diffusion (18h30, le dimanche), traditionnellement réservée à des fictions plus familiales.

Publicité

Inspector, it's alive !

Reboot, quand tu nous tiens... Dans la foulée de Jekyll and Hyde, ITV a lancé de façon plus confidentielle une nouvelle version d'un grand classique de la littérature d'horreur, Frankenstein. Adaptée, réadaptée, parodiée jusqu'à l'overdose, l'œuvre de Mary Shelley était presque devenue has-been sur nos écrans. Il semblerait que 2015 soit l'année de la résurrection puisque la diffusion de The Frankenstein Chronicles coïncide avec la sortie dans les salles obscures de Docteur Frankenstein, avec James McAvoy et Daniel Radcliffe.

Là où la version cinéma joue la carte de l'humour et de l'action, The Frankenstein Chronicles renoue avec l'esprit original du roman. L'histoire est traitée de façon sobre et réaliste, à mille lieux des films de série B auxquels Frankenstein a fini par être associé.

A l'instar de Jekyll and Hyde, The Frankenstein Chronicles se sert de son matériau initial comme point de départ. Elle en conserve l'époque et certains protagonistes (dont, en une pirouette méta, Mary Shelley herself), mais transforme un mythe de science-fiction pré-victorien en une série procédurale, sombre et intrigante. Le créateur de la série, Benjamin Ross, a conservé l'aspect lugubre du roman et son contexte social et scientifique.

frankenstein-chro

Dans le Londres du 19ème, l'inspecteur John Marlott (Sean Bean, le regretté Ned Stark de Game of Thrones) est appelé à enquêter sur une série de crimes hors du commun lorsque des cadavres recomposés font surface l'un après l'autre. Un scientifique fou serait-il à l'œuvre ? Tout en restant relativement proche de l'histoire de départ, l'angle policier de The Frankenstein Chronicles permet d'en transposer les enjeux et d'ajouter une dose de suspens bienvenue.

En 2014, la série américaine Penny Dreadful avait initié ce mélange audacieux de mythes populaires, réinventés dans une série résolument gothique et cauchemardesque. On pense aussi à Sleepy Hollow qui s'inscrit dans la même filiation. Jekyll and Hyde et The Frankenstein Chronicles assument leur parti-pris de transposer l'histoire dans un autre registre. Cette volonté de jouer avec les codes va de pair, paradoxalement, avec un certain conformisme.

©Rainmark Films

Dans leurs domaines respectifs, aucune des deux séries n'est franchement révolutionnaire. Jekyll and Hyde applique les codes de la série de héros presque à la lettre, tandis que The Frankenstein Chronicles se conforme au format de la série policière. Mais ces créations efficaces ont le mérite de réécrire des histoires universelles pour mieux les réactualiser et les mettre à portée d'une nouvelle génération. Grâce à elles, le mythe revit et persiste – increvable, dirait-on, à l'image de ses monstres.

-Jekyll and Hyde Note >>> Note : 3/5 (saison 1, 10x45min, en diffusion sur ITV)
-The Frankenstein Chronicles >>> Note : 3/5 (saison 1, 6x45min, en diffusion sur ITV, bientôt sur Canal +)

Par Adèle David, publié le 25/11/2015

Copié

Pour vous :