La double vie de Julia Louis-Dreyfus

Découverte dans Seinfeld, la comédienne américaine Julia Louis-Dreyfus joue depuis 2012 le rôle de Selina Mayer, vice-présidente gaffeuse dans la série de HBO Veep. Un rôle sur-mesure pour une actrice dont le charisme irradie, et les vannes fusent. 

Julia Louis-Dreyfus est Selina Mayer dans "Veep", la succulente série d'HBO - Crédit Image

Julia Louis-Dreyfus est Selina Mayer dans "Veep", la succulente série d'HBO - Crédit Image HBO

Samedi dernier, au dîner des correspondants, Julia Louis-Dreyfus a assuré. En compagnie de Joe Biden, celle qui campe la vice-présidente Sélina Mayer dans la série de HBO Veep, a offert une ballade désenchantée et fine dans les arcanes de la célèbre "aile-ouest" du pouvoir américain. Pendant les sept minutes d'une vidéo diffusée à l'occasion du rendez-vous mondain, l'actrice donne la réplique à l'actuel vice-président des Etats-Unis, se moque de House Of Cards, se promène en cabriolet jaune et croise sur sa route certaines des personnalités américaines les plus éminentes.

Publicité

Une confusion volontaire entre fiction et réalité qui fait également l'originalité d'une émission dont la couverture médiatique en France reste assez maigre, et ce en dépit de sa qualité.

Un peu de The West Wing pour le décor et les discussions de couloirs, un poil de House of Cards pour le cynisme de mise, mais surtout beaucoup de dérision, Veep, série diffusée sur HBO depuis avril 2012 (la saison est à voir en France sur OCS), donne à voir un cocktail détonnant de réalisme, de petits mots, et de comiques de situation.

Publicité

Un show couronné de succès outre-Atlantique notamment en raison du charisme indéniable de sa tête d'affiche, Julia Louis-Dreyfus. Une actrice dont le parcours est à l'image de sa présence à l'écran : sans fausse note.

La voie royale de Julia Louis-Dreyfus

Née à New York en 1961 d'une mère écrivaine et d'un père aujourd'hui homme d'affaires, Julia Louis-Dreyfus abandonne rapidement les études de théâtre qu'elle entreprend à l'université Northwestern.

Après des débuts dans The Second City, célèbre groupe d'improvisation de Chicago (on y retrouve à l'époque dorée Steve Carell, Amy Poehler ou encore Stephen Colbert), elle rejoint à 21 ans le Saturday Night Live, véritable vivier qui lui offrira ses premiers galons dans la comédie américaine. Une position confirmée par sa présence au casting de Seinfeld (elle y joue Ellen Baines, l'un des principaux personnages) dont le souvenir des neufs saisons (entre 1989 et 1998) reste encore vivace dans les mémoires des "sériephiles" les plus avertis.

Publicité

Inscrit dans le marbre glaçant de l'histoire, le nom de Julia Louis-Dreyfus se promène pendant les années qui suivent entre projets mineurs (elle a donné sa voix pour le dessin animé 1001 pattes) et trucs inachevés. L'héritage de la saga semble comme trop écrasant pour son interprète, à tel point qu'on parle d'une malédiction "post Seinfeld" pour ces principaux protagonistes.

Une popularité, due pour beaucoup à la création de Jerry Seinfeld, que l'actrice constate encore aujourd'hui comme elle le rapporte, non sans humour, à NPR lors d'une interview en mai 2012 :

Publicité

Les gens sont très à l'aise et viennent souvent me prendre dans leurs bras ce que je comprends très bien. Je suis dans leurs salons depuis longtemps. De plus, je ne suis pas très imposante physiquement et donc pas vraiment intimidante.

Une malédiction brisée en 2006 avec le lancement de Old Christine, série primée aux Emmy Awards pour la prestation de sa principale interprète. Et surtout par Veep.

Julia Louis-Dreyfus vs. Sélina Mayer

C'est en effet grâce à la série diffusée sur HBO depuis avril 2012, créée par Armando Iannucci, que la popularité de l'actrice a rebondi.

Julia Louis-Dreyfus en couverture de Rolling Stone pour le numéro d'avril - Crédit Image Rolling Stone

Julia Louis-Dreyfus en couverture de Rolling Stone pour le numéro d'avril - Crédit Image Rolling Stone

Elle y campe Sélina Mayer, femme politique expérimentée, qui se retrouve sur le ticket présidentiel suite à son échec aux primaires. Ravalant son ambition, entourée d'une équipe aux dents longues malgré leur incompétence plus qu'épisodique, Sélina navigue tant bien que mal dans un univers impitoyable, oscillant entre pose "niaise" et mise en scène de sa poigne. C'est d'ici que provient le ressort comique de la série. Car, comme elle le dit si bien à NPR, "[le personnage] use bien souvent de son pouvoir mais en reste la plupart du temps privé".

Certains vont même jusqu'à affirmer que ce mélange d'amateurisme, de jurons, de bourdes rattrapées et d'anxiété presque comique est plus proche de la réalité du milieu politique que du machiavélisme qu'affiche Kevin Spacey dans House Of Cards. 

Veep : confusion et jeu de réflexion

Mais la force de Veep, outre le charisme évident de son interprète (elle qui  faisait la couverture de Rolling Stone le mois dernier) réside surtout dans la confusion que la série instaure entre fiction et réalité. Après avoir consulté plusieurs anciens n°2 de l'exécutif américain, comme Al Gore, Julia Louis-Dreyfus saisit parfaitement les contradictions inhérentes à la fonction vice-présidentielle.

Cette confusion voulue s'applique même aux apparitions publiques de la star. Récemment, elle s'est immiscée au beau milieu du dîner des correspondants, et a prononcé un discours lors de la cérémonie des Emmy Awards accompagnée de Tony Hale, son bag man dans la série Veep (une sorte d'assistant Mary Poppins qui, à longueur d'épisode, sort de son sac les accessoires dont a besoin sa boss diva).

Petits mots, parallèles possibles avec des évènements politiques, tout est fait pour créer la confusion et une méta-narration. Plus uniquement de la fiction, pas vraiment de la retranscription fidèle de l'actualité politique américaine, Veep est un jeu de réflexion habile dont Julia Louis-Dreyfus est la clé.

Elle qui pourrait devenir la première présidente des Etats-Unis. Toute fiction gardée.

Julia Louis-Dreyfus est à l'affiche de All About Albert, dernier film posthume du regretté James Gandolfini. On peut la voir également dans Picture Paris, un film sur "l'amour et les croissants" d'après sa description sur Twitter 

Par Tomas Statius, publié le 07/05/2014

Copié

Pour vous :