©Canal+

Le Bureau des légendes traîne sa parano en Russie dans un début de saison 4 prometteur

Malotru is back et il est toujours insaisissable.

©Canal+

À la fin de la saison 3, on avait quitté notre espion dissident à deux doigts de se faire choper par la DGSE. Mais finalement prévenu par son amour impossible, Nadia El-Mansour, du piège qui l’attendait, il poursuivait sa cavale, à bord d’un bus roulant vers une destination inconnue. La saison 4 reprend quelque temps après. L’équipe est sur le pied de guerre sur différentes missions, qui vont la mener vers Moscou, lieu plébiscité par le milieu des hackers et des cryptographes, où, le hasard faisant bien les choses, s’est aussi replié Malotru.

Publicité

Alors que Marina Loiseau est envoyée dans un institut de sismologie placé sur un campus, où se réunissent les petits génies informatiques russes, Marie-Jeanne Duthilleul, nouvelle directrice du Bureau des légendes, doit faire face aux conséquences de la mort de Henri Duflot. Un nouveau venu, JJA, chef de la DSEC (la direction de la sécurité de la DGSE), vient observer minutieusement la façon dont tout le monde travaille. Complètement parano et obsédé par la traque des agents doubles, il a pour but avoué de faire virer tous ces agents qui sont "tombés amoureux de Malotru", comme l’explique poétiquement Marc Lauré, le directeur du renseignement de la DGSE, à Marie-Jeanne.

©Canal+

Incarné par Mathieu Amalric, ce grand malade au regard glaçant paraîtrait presque cliché, si ce personnage n’était en fait inspiré d’une terreur ayant réellement existé, James Jesus Angleton, chef du contre-espionnage américain, qui a semé la zizanie au sein de la CIA pendant plus de 20 ans. On retrouve donc en ce début de saison 4 tout ce qui fait le sel de la série d’Éric Rochant : des intrigues plausibles car basées sur une recherche documentaire minutieuse (les curieux pourront se procurer le livre Le Bureau des légendes décrypté qui vient de sortir pour en savoir plus), nos personnages favoris secoués par de nouveaux événements et de nouvelles missions avec en toile de fond un univers géopolitique à la fois opaque et passionnant. Et on nous emmène cette fois découvrir les méthodes des services secrets russes, aussi bien anciennes (les vieux du KGB) que modernes.

Publicité

Figure quasi christique du Bureau des légendes, Malotru représente à lui seul toutes les faiblesses (la faille est toujours humaine) et la grandeur des agents. Déchiré entre ses sentiments et son métier de super-espion, l’homme est à la recherche d’une rédemption et de ses compagnons d’armes, avec lesquels il pourrait enfin entamer un douloureux processus de deuil, une fois conscient de la mort d’Henri Duflot, avec lequel il entretenait une relation privilégiée (c’est le moins que l’on puisse dire, l’ex-directeur a finalement donné sa vie pour sauver Malotru). Cette saison fera aussi la part belle à la géniale Marie-Jeanne, qui se retrouve à la tête d’un service menacé d’implosion, entre des agents endeuillés et manipulés par JJA et la présence supposée d’une taupe évoluant au sein du Bureau. Sans compter le cas Malotru, officiellement rebaptisé "pain in the ass" par les services secrets américains. Voilà les prémices d’une saison russe qui s’annonce aussi palpitante qu’émotionnellement retorse.

La saison 4 du Bureau des légendes est diffusée tous les lundis sur Canal+, à compter du 22 octobre.

Par Marion Olité, publié le 22/10/2018

Copié

Pour vous :