Le retour d'Idris Elba dans la peau de John Luther a un goût amer

Attendu de longue date, la quatrième saison de Luther vient d'être diffusée en Angleterre. Un retour pas complètement satisfaisant. 

On avait quitté John Luther en deuil après la mort de son collègue Justin Ripley, et toujours emberlificoté dans sa relation aussi fascinante que dérangeante avec la tueuse Alice Morgan (Ruth Wilson). Cette saison 4 express, composée de deux petits épisodes, reprend alors que l'inspecteur le moins orthodoxe de Londres a pris une retraite anticipée.

Publicité

Sur le point de disparaître avec Alice (on nous balance une belle ellipse en annonçant que les deux entretiennent finalement une relation amoureuse jusqu'ici seulement suggérée en pointillés), il apprend soudainement sa mort de la bouche de son remplaçant et de sa collègue, Emma Lane (Rose Leslie, plus connue pour son rôle d'Ygritte dans Game of Thrones). Et de commencer à enquêter sur cette sois-disante disparition, tandis qu'un nouveau serial killer terrifie Londres et l'oblige à reprendre du service.

Evidemment, l'entêtant générique de Luther sur la musique hypnotisante de Massive Attack, l'ambiance cotonneuse de la série, la silhouette du toujours très charismatique Idris Elba nous avaient manqué. Tous les ingrédients du polar sombre lancé par Neil Cross sont présents, mais ils n'ont plus la même saveur. Le nouveau psychopathe ne se distingue pas des précédents portraits de tueur dépeints dans le show. Et il y a le cas très révélateur d'Alice Morgan.

Un seul être vous manque

alice-morgan

Publicité

Embarquée dans la très belle série The Affair depuis deux ans, Ruth Wilson a du passer son tour. Elle était déjà très peu présente dans la troisième saison. Mais Luther peut-il survivre sans la truculente Alice Morgan ? A la vue de ces deux épisodes, la réponse est non. Au lieu de s'en débarrasser pour laisser le champ libre à de nouvelles antagonistes, les scénaristes ont choisi un compromis très étrange.

Luther se lance dans une enquête pas franchement passionnante sur la pseudo-mort de sa bien-aimée. Il sort régulièrement la photo de son amante de sa poche. Le fantôme d'Alice plane, et empêche les nouveaux personnages de s'épanouir pleinement.

Dans le rôle du nouveau bras droit de Luther, Rose Leslie s'en tire avec les honneurs mais reste trop en retrait. Reliée à la mort d'Alice, le personnage de Megan Cantor (Laura Haddock) ne dévoile son potentiel que très tardivement et ne tient pas la comparaison face à son écrasant modèle.

Publicité

luther-season4

Cette saison 4, très bancale, se termine en queue de poisson monumentale. A force de vouloir ménager la chèvre et le chou, aucun choix n'est fait de la part de Neil Cross. La porte reste ouverte pour un éventuel retour d'Alice (sait-on jamais si l'irremplaçable Ruth Wilson veut revenir un jour, pourquoi pas pour un film Luther).

On se consolera en appréciant une fois de plus le jeu impeccable d'Idris Elba, même si on a un connu un John Luther plus volontaire et en lutte contre ses démons. Privé d'Alice, il traverse ces deux épisodes comme un zombie. Espérons donc que cette saison quelque peu paresseuse ne soit pas la dernière pour l'ombrageux inspecteur, qui mérite de tirer sa révérence sur une apothéose.

Publicité

Note de la saison 4 de Luther : 2/5

Par Marion Olité, publié le 31/12/2015

Copié

Pour vous :