The Leftovers, saison 2 : la possibilité d'une vie

The Leftovers, l'une des séries les plus passionnantes et mystérieuses du moment, vient d'achever sa deuxième saison sur HBO. Analyse.

the-leftovers

©HBO

C’est un peu comme si on commençait par le début, à l’origine de la vie, à l’origine de l’histoire humaine. Un peu à la manière de Terrence Malick dans Tree of Life, Damon Lindelof puise aux origines, avec une première scène aux allures bibliques pour trouver un sens à son histoire, ou pour en donner un à ses personnages. En plein tremblement de terre, une femme des cavernes donne naissance à son enfant. Sa tribu n’en sortira pas vivante. Pour elle, la vie continue et la conduit finalement à une mort tragique.

Publicité

On avait pourtant quitté la première saison avec tant de questions. Que s’est-il passé, la nuit du 14 octobre ? Où se trouvent ces 2% de la population disparus lors du Sudden Departure ? Des questions qui resteront sans réponse. Comme le suggère Iris DeMent dans le générique, "Let the mystery be" : il faut garder le mystère. Il faut du moins vivre avec. Kevin Garvey, sa fille et sa nouvelle compagne, Nora Durst, étaient alors en prise avec un deuil sans fin. Dans cette saison 2, ils affrontent leurs démons et prennent leur destin en main.

Après le chaos

Cette deuxième livraison déroute. Elle tient en haleine et nous inclut dans le mouvement impulsé par la détermination des personnages et une intrigue originale. Elle nous emmène toujours là où on ne l’attend pas, en l'occurrence à Jarden, petite bourgade du Texas rebaptisée Miracle, où les habitants ont été épargnés par la grande disparition. Jarden est un lieu de pèlerinage moderne.

La famille Murphy, fraîchement débarquée, nous introduit dans cette société apocalyptique à la recherche de sens. Ce n’est qu’à la fin du season premiere que déboussolés, on retrouve la famille Garvey, récents acquéreurs de la propriété voisine des Murphy.

Publicité

patti

©HBO

Et puis, le fil narratif se déroule ; de questions en réponses qui ouvrent sur de nouvelles questions. Il y a Patti Levin, leader silencieuse des Guilty Remnant. Après son suicide, elle hante Garvin, dans un flot de paroles, jusqu’à ce que mort s’en suive.

Cette saison 2 s'offre une incursion très lynchienne avec cet hôtel lugubre, représentation réelle de la mort ou simple produit de l’imagination du héros. On peut y déceler un clin d’œil à l'oeuvre de David Lynch, d'autant que l'excellent Justin Theroux incarne dans Mulholand Drive et Inland Empire deux rôles plutôt similaires à celui de Kevin Garvey. Et il y a aussi le réveil en deux temps de Mary Jamison, épouse du révérend Matt Jamisson, paralysé depuis le jour de la grande disparition.

Publicité

Le dernier épisode se présente comme un beau condensé de l'intrigue développée dans cette deuxième saison. Il offre une conclusion assez banale mais rassurante, comme un souffle d’apaisement après le tumulte d’une séquence de vie agitée. La famille Garvey aurait-elle posé les fondations d’un avenir stable ? L'avenir nous le dira, peut-être.

Note de la saison : 4/5

Par Willy Alliot Jacques, publié le 10/12/2015

Copié

Pour vous :