Anatol Yusef as DeBlanc, Tom Brooke as Fiore – Preacher _ Season 1, Pilot – Photo Credit: Lewis Jacobs/AMC

L'entrée tonitruante des premiers bad guys de Preacher

Le violent combat opposant Cassidy à DeBlanc et Fiore a marqué le deuxième épisode de Preacher.

preacher-jesse

Mauvais timing pour se prendre une cuite. (©️Lewis Jacobs/AMC)

"See", le deuxième épisode de Preacher, la série adaptée du comic éponyme, a vu débarquer de manière fracassante DeBlanc et Fiore, deux soi-disant chasseurs de vampires qui cachent bien des secrets sous leur couvre-chef de cow-boy.

Publicité

Alors que Jesse Custer (Dominic Cooper) et Cassidy (Joseph Gilgun) prenaient un énième verre au sein de l'église d'Annville, le cocktail explosif (alcool + liquide de refroidissement d'une clim, rien que ça) du vampire irlandais a couché sur place le révérend. Une occasion rêvée pour DeBlanc et Fiore, aperçus brièvement dans l'épisode pilote, de tenter de s'emparer de Genesis, l'entité "extra-terrestre" qui s'est logée dans le corps de Jesse.

Cassidy se retrouve alors nez à nez avec les deux agents qu'il pensait être à sa recherche. La scène de combat qui suit nous confirme les démonstrations de violence dont est capable Preacher.

On avait eu le droit à un premier aperçu des effusions de sang lors de l'introduction de Cassidy et de Tulip (Ruth Negga) dans le pilote. Le show d'AMC semble bien parti pour devenir l'une des séries les plus insolentes du moment.

Publicité

DeBlanc et Fiore, deux bad guys bien mystérieux

Anatol Yusef as DeBlanc, Tom Brooke as Fiore - Preacher _ Season 1, Pilot - Photo Credit: Lewis Jacobs/AMC

DeBlanc et Fiore, pas vraiment des gueules d'ange à première vue. (©️Lewis Jacobs/AMC)

Après avoir pris une raclée monumentale par Cassidy, s'être faits découper en plusieurs morceaux puis enterrés, DeBlanc (Anatol Yusef, vu dans Boardwalk Empire) et Fiore (Tom Brooke, Good Morning England) sont étrangement apparus en pleine santé à la fin de l'épisode. On les voyait expliquer au shérif Root que le gouvernement est à la recherche d'un fugitif (Genesis ?), comme s'ils avaient ressuscité, reprenant le cours de leur mission.

Le comic nous en apprend davantage sur ces deux chasseurs, qui ne se concentrent pas vraiment sur les suceurs de sang. DeBlanc et Fiore sont en fait des anges appelés les "Adelphi". Ils étaient en charge de surveiller Genesis au ciel, et sont désormais descendus sur Terre dans le but de ramener l'entité divine.

Publicité

La tâche se complique quand ils se rendent compte que Genesis s'est réfugiée dans le corps de Jesse. Ils doivent alors trouver un moyen de les séparer, plus élaboré que cette berceuse sympathique, chantée par DeBlanc et censée attirer l'entité dans un récipient. Ils opteront pour la tronçonneuse, choix désapprouvé par Cassidy qui va empêcher leur massacre, pour en commettre un autre juste derrière.

Massacre à la tronçonneuse

cassidyfight-feat

Cassidy version Leatherface. (©️Lewis Jacobs/AMC)

La scène du combat opposant Cassidy à DeBlanc et Fiore dans l'église est d'une violence jouissive. À la fois bordélique, sanguinaire et brutale, elle respecte l'essence cruelle et blasphématoire du comic Preacher de Garth Ennis et Steve Dillon.

Publicité

Cette abondance de sang, de membres arrachés et de scènes gores, esthétisantes et très second degré, évoquent immanquablement la filmo de Quentin Tarantino et de son pote Robert Rodriguez. On pense notamment à des oeuvres cultes des nineties comme Une nuit en enfer, Reservoir Dogs ou plus récemment leur diptyque Grindhouse.

L'utilisation de la tronçonneuse par DeBlanc et Fiore ranime également le classique de Brian De Palma, Scarface. L'idée que cette machine énervée devienne une ennemie à part entière lorsqu'elle échappe des mains de son usager renforce la bouffonnerie de la scène.

Du côté des séries, on pense évidemment à Ash vs Evil Dead et sa scène de tronçonneuse volante dans le season premiere, ou encore Banshee et ses scènes de combats inégalables. Clay Burton, Chayton ou encore Calvin ont fait usage de leur poings, haches, pics à glace de manière grossière mais terriblement efficace.

La série de Cinemax, qui montrait un étalage impressionnant de méchants variés et cruels, trouve en Preacher un concurrent qui s'annonce prometteur.

Par Adrien Delage, publié le 08/06/2016

Copié

Pour vous :