Loin de chez nous : dans la tête des soldats français en Afghanistan

France 4 diffuse à partir de ce lundi 19 septembre une nouvelle série centrée sur un groupe de soldats français en Afghanistan. Prenez le temps de la découvrir. 

Ce n'est pas la première fois que l'Afghanistan est pris pour toile de fond d'une série française : la comédie Kaboul Kitchen est passée par là. En revanche, Loin de chez nous est l'une des premières séries hexagonales à s'intéresser au quotidien des soldats sur place, de leurs états d'âme à leurs petits arrangements. La gaudriole est présente, mais par petites touches.

Publicité

L'action se déroule en décembre 2012, alors que l'armée française s'apprête à retirer ses troupes d'Afghanistan, présentes depuis dix ans. Une journaliste est envoyée au camp Odessa pour suivre ces préparatifs. Sur place, elle va faire la connaissance des "Chats noirs", un groupe de soldats mené par le sergent chef Dostali, qui semble avoir son propre agenda...

Dès ses premiers plans, Loin de chez nous donne le ton : un des soldats du groupe a péri dans une fusillade et, deux mois après, les "Chats noirs" se réunissent dans la vallée d'Alasay, bandanas à moustache sur le visage. Ils partagent un breuvage pour le moins étonnant : les cendres de leur partenaire mélangées à du café. On apprendra plus tard qu'ils ne faisaient que respecter ses dernières volontés.

chez-nous-2

©Calt production/France4

Publicité

Si beaucoup de choses semblent justes dans cette série, des dérapages machos de certains soldats aux valeurs inculquées par l'armée (solidarité, fraternité, courage, motus et bouche cousue), c'est que cette série au format 26 minutes (encore assez rare en France, à part sur OCS), a été créée par un ancien militaire, Fred Scotlande. On le retrouve devant et derrière la caméra.

Il fallait oser réaliser une dramédie militaire ! La tendresse du showrunner pour ses personnages, même les plus à côté de la plaque comme le "Padre" super malaise, transpire à chaque plan. Ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont aucun défaut. On comprend rapidement que Dostali et ses hommes donnent dans la contrebande pour arrondir leurs fins de mois. Rien n'est noir ou blanc dans Loin de chez nous, et l'humour frappe au cœur des tragédies.

"Si le terrain est miné, je reste convaincu que l’humour peut être un moyen de le désamorcer. C’est aussi l’un des meilleurs alliés de la pensée. Quant à nos soldats qui sont là-bas, je suis convaincu qu’ils seront les premiers à savoir rire d’une série qui est aussi faite pour eux", explique Fred Scotlande dans sa note d'intention.

Publicité

Les premiers épisodes de Loin de chez nous abordent des sujets plutôt sensibles au sein de la grande muette : le rapport aux femmes (compliqué !), la peur de la mort, la contrebande, le manque des proches... C'est parfois un peu cliché (le bad guy est américain, les soldats ne savent pas ce que sont les règles, etc.) et le manque de moyen est manifeste. Les extérieurs ont été tournés en Espagne et le reste à Bry-sur-Marne (Île-de-France). La réalisation, qui suit les personnages au plus près, n'est pas à blâmer. Seulement, on ne peut pas tout cacher. Les scènes d'action notamment, sentent le manque d'euros.

Malgré ses petits défauts très français (le manque de moyen, l'envie d'en faire un peu trop, petits problèmes de rythme parfois), Loin de chez nous est portée par une touchante sincérité et un casting solide. On y retrouve notamment Grégory Montel vu dans Dix pour cent, Charlie Bruneau ou encore un Sébastien Lalanne sobre, échappé d'Hero Corp. Cette série reste une très bonne surprise de la rentrée 2016, que l'on vous conseille vivement de découvrir.

Par Marion Olité, publié le 19/09/2016

Copié

Pour vous :