"Looking" : le pari réussi et réaliste de la série gay d'HBO

Renouvelée récemment pour une deuxième saison, la série HBO Looking, inédite en France, vaut-elle vraiment le coup ? Analyse.

looking

Les protagonistes de la série HBO Looking (Crédit Image : HBO)

Chez HBO, on exploite les concepts qui marchent. Les séries Sex and the City, Girls, et maintenant Looking, ont toutes un point commun : une "dramédie". Soit un groupe d’amis localisés dans une grande ville. Pourtant, la comparaison s’arrête là.

Publicité

Car si SATC et Girls racontent les aventures de jeunes femmes à New-York, Looking change de côte pour nous emmener à San Francisco. Les personnages principaux sont tous des homosexuels d’une trentaine d’années, que l’on suit entre déboires sentimentaux et doutes professionnels.

Mais la série va également plus loin, évoquant les notions de race, d’âge, et du jugement de la famille.

Publicité

On est surpris par les difficultés qu’a Dom (Murray Bartlett), sérial fucker d’une quarantaine d’années, à trouver une relation durable, lui qui est tellement habitué à l'appli Grindr. Idem en ce qui concerne les problèmes de Patrick (Jonathan Groff), qui recherche un garçon à présenter à sa mère WASP.

Autour d’eux évoluent des latinos et des artistes en recherche d’eux-mêmes. Les intrigues sont surprenantes et parviennent à égaliser drame et comédie. Bref, la série est une véritable bouffée d’air frais et ça fait du bien.

Car Looking suit la lignée des séries assumées gays et ne comportant pas - ou peu - de personnages hétéros. On pense notamment à Queer as Folk ou The L Word, séries phares et pionnières, représentant des relations sexuelles gays et lesbiennes à l’écran pour la première fois et ce sur plusieurs saisons. Avec un ensemble de personnages entièrement homosexuels, Looking marche dans leurs pas.

Publicité

Loin des clichés autour de la communauté homo

Tout aussi crue (comme le veux la "tradition" chez HBO), la série ne se refuse rien. Les relations amoureuses sont représentées sans pincettes. "Réalité", c’est bien le maitre mot de Looking : il y a peu de "romanticisation", et le choix de tout montrer rappelle l’attitude décomplexée de Girls qui fait tant de bien dans un univers télévisuel régit par des codes rigides.

La série est honnête, brutale, et juste. Looking offre un regard plus complet sur une communauté complexe souvent réduite au rang de cliché dans les séries télévisées. Les personnages sont bien loin du personnage homosexuel type comme Jack dans la série Will & Grace, ou Marc St. James, l’assistant "grande folle" de la série Ugly Betty. Pas non plus d’intrigues vues et revues : tous les personnages ont fait leur coming out et assument leur sexualité. Le jeu des acteurs est d’une grande finesse et les dialogues sont rafraîchissants.

Publicité

Le plus grand atout de Looking est son authenticité. Qui peut parfois paraître un peu déroutante tant ce qu’elle représente semble proche de la réalité. Il est difficile de dire, avec seulement huit épisodes diffusés, si la série saura retenir les téléspectateurs grâce à des intrigues toujours aussi intéressantes et bien écrites.

Mais cela semble bien parti : la part d’audience de la série a fait un bon de 54% depuis le début de sa diffusion en janvier, et regroupe environ 2 millions de téléspectateurs par semaine. Bref, si la série peut sembler un peu inhabituelle au premier regard, il est facile de se laisser surprendre et emmener dans l'intrigue. Attendons la suite !

A lire => Les 10 séries à ne pas manquer en 2014

Par Lorraine Besse, publié le 20/03/2014

Copié

Pour vous :