Ludivine Sagnier (Esther Aubry)

Ludivine Sagnier (The Young Pope) : "Esther est un personnage pur, intense et radical"

À l'occasion du lancement de The Young Pope sur Canal+, Ludivine Sagnier nous a accordé une interview. Le temps d'explorer son rapport à la religion et ses projets à venir.

Ludivine Sagnier (Esther Aubry) (© 2015 Sky/HBO/Wildside/Canal+)

Ludivine Sagnier incarne Esther Aubry dans The Young Pope. (© 2015 Sky/HBO/Wildside/Canal+)

Biiinge | On ne vous avait plus vue dans une série depuis Napoléon (2002). Qu'est-ce qui a vous a donné envie de retourner sur le petit écran ?

Publicité

Ludivine Sagnier | Pour moi, cette série n'était rien de plus qu'un petit boulot, comme un stage. Ce n'était pas une ambition artistique. C'est marrant, parce qu'on ne peut pas vraiment répondre à cette question. Parfois, quand on parle de la carrière d'un acteur, on dit : "Alors, vous avez décidé de faire ça, et ensuite de faire ça, puis de revenir à ça...". Tout n'est pas prémédité, il y a beaucoup de hasard. Je ne me suis jamais dit : "Je quitte la série, ou je veux revenir dans le monde des séries."

Je n'avais jamais réalisé que j'en avais déjà fait, c'est vous qui me le faites remarquer. Pour moi, les séries d'aujourd'hui ont un niveau de qualité bien supérieur qu'auparavant, à part quelques exceptions comme les séries de Maurice Pialat, d'Ingmar Bergman ou de Rainer Werner Fassbinder. Le monde des séries était assez pauvre, alors que maintenant on a des scénarios extraordinaires qui sont développés dans le temps, avec des profils psychologiques très bien brossés. Il n'y a aucune raison de ne pas évoluer selon les formes des projets.

Est-ce le personnage d'Esther qui vous a convaincue de jouer dans The Young Pope ?

Publicité

Non. J'avais vraiment envie d'être prise pour ce rôle. Il y avait Paolo Sorrentino, Jude Law et un scénario incroyable. Je rêvais d'en faire partie rien qu'en lisant le scénario en anglais sur mon ordinateur. À la fin de chaque script d'épisode, j'attendais impatiemment le prochain. J'étais devenue complètement "young pope addict".

Le personnage d'Esther m'a aussi beaucoup touchée. C'est un personnage très pur, très intense, très radical. Elle a une expérience de la foi assez violente, on va dire. Ça fait longtemps qu'on ne m'avait pas proposé un personnage aussi profond. C'était vraiment magnifique, j'ai adoré vivre cette expérience avec elle.

Publicité

Le cinéma de Paolo Sorrentino a tendance à explorer l'esprit masculin. Est-ce que vous sentez que c'est au détriment des personnages féminins ?

C'est vrai qu'il développe des rôles masculins très forts. Mais souvent, ce sont des hommes qui possèdent une part de féminité assez développée. Ils sont aussi plutôt faibles, lâches, cyniques, et n'assument pas forcément ce qu'ils sont. Ils sont souvent très sentimentaux alors que les femmes, moins présentes, apparaissent plutôt fortes.

Prenez le personnage de Rachel Weisz dans Youth par exemple. Au début, c'est la fi-fille à son papa toujours mise à l'écart. Puis elle balance tout ce qu'elle a sur le coeur dans la scène du massage au spa. Le personnage de Jane Fonda est hallucinant aussi. Ou même Sœur Marie dans The Young Pope. Je trouve qu'il y a des rôles féminins très, très forts dans son cinéma.

Publicité

Dans la série, il y a une facette de l'Église catholique pas forcément visible du grand public. Les religieux jouent au foot, utilisent des iPads ou fument. Est-ce que vous aussi, vous avez découvert un côté de la religion que vous ignoriez ?

Dans la série, je joue une femme pieuse et mariée. Je me suis renseignée sur cette communauté, sur la garde suisse et sur les façons de devenir garde. Je voulais vérifier la véracité de mon personnage. J'imaginais assez volontiers ce quotidien, car j'ai fait partie d'une aumônerie catholique il y a très longtemps. Déjà à l'époque, le prêtre fumait des clopes et possédait un ordinateur. C'est quelque chose qui ne m'a pas du tout choquée.

Ça fait aussi partie des éléments de comédie de la série. On rit beaucoup de les voir évoluer dans cet univers-là. Mais heureusement qu'ils ont des divertissements, déjà qu'ils ne peuvent pas faire l'amour, c'est compliqué pour eux. Ce sont des hommes et des femmes après tout.

"Jude Law est l'acteur le plus gentil et professionnel que j'ai rencontré"

Quelle est la scène qui vous a le plus marquée ? (Attention spoilers)

Le discours du Pape. Pas la première homélie, qui est un rêve, mais la deuxième. J'étais avec tous les pèlerins au milieu de la foule, on a passé la nuit sur la place Saint-Pierre. C'était un moment d'une grande intensité et Jude Law n'était pas là. Il n'y avait que sa voix enregistrée qui résonnait. C'était effrayant, c'était bouleversant, c'était très fort.

Comment s'est déroulée votre collaboration avec Jude Law ?

Il avait une responsabilité immense sur les épaules. Il avait un texte hallucinant, des vêtements qui pesaient des tonnes. Il n'avait pas le droit de s'asseoir pour ne pas faire de faux pli sur sa soutane. Il était debout tout le temps, il était épuisé mais extrêmement concentré parce qu'il avait des masses et des masses de texte à apprendre, des prières en latin, des choses très complexes. Gérer un personnage sur le long terme avec une chronologie qui n'est jamais respectée, c'est une convocation de tout l'esprit.

Et malgré ça, c'est l'acteur le plus gentil et le plus professionnel que j'ai rencontré. Il ne s'est jamais plaint en sept mois de tournage. Il a toujours été complètement à l'écoute. C'est un bonheur de travailler avec lui, vraiment.

The Young Pope est une coproduction internationale. Est-ce qu'il était parfois compliqué de communiquer avec l'équipe de tournage ?

Paolo Sorrentino avait en permanence une assistante qui parlait italien, français et anglais. Et j'ai fini par apprendre quelques phrases en italien, pour me sentir un peu plus à l'aise et poser des questions techniques. La plupart du temps on parlait en anglais, et quand j'étais énervée je parlais en français [rires].

Est-ce que vous avez envie de refaire du théâtre ?

Oui, j'ai des projets au théâtre avec Christophe Honoré. On va reprendre une création collective comme on l'avait fait en 2013 à Avignon [avec Nouveau Roman, ndlr]. Ça devrait être mis en scène l'année prochaine.

Est-ce que vous regardez des séries, et si oui, dans laquelle aimeriez-vous vraiment jouer ?

Je ne regarde pas trop de séries, mais j'aurais adoré jouer dans Extras de Ricky Gervais. J'aime bien Louie aussi de Louis C.K. Je suis une grande fan de ce genre de comédies.

Par Adrien Delage, publié le 24/10/2016

Copié

Pour vous :