Inhumans est bien le cinglant et véritable premier échec de Marvel

Même Iwan Rheon n’arrive pas à sauver ce naufrage annoncé. Attention, spoilers.

©️ ABC

Depuis Iron Man et le lancement du Marvel Cinematic Universe en 2008, Kevin Feige se frotte les mains. Son MCU a rapporté des milliards de dollars à Marvel Studios et Disney, et sa franchise de super-héros continue d’attirer les foules en masse dans les salles obscures. Du côté de Marvel Television, la joie est moindre. Les projets d’Ike Perlmutter et Jeph Loeb déçoivent de plus en plus. Seules les séries de Netflix tiennent bon, malgré les déceptions critiques rencontrées par Marvel’s Iron Fist et Marvel’s The Defenders.

Publicité

Agent Carter avait été annulée après deux saisons tandis qu’Agents of S.H.I.E.L.D. ne cesse de voir son audience diminuer au fil des années. Malgré tout, ces deux shows avaient des qualités dont une certaine vision artistique, des véritables connexions avec le MCU ciné et des personnages relativement bien écrits. C’est tout ce qui fait défaut à Marvel’s Inhumans, nouvelle production de la Maison des Idées lancée sur ABC, qui confirme son plantage complet après une campagne promotionnelle ratée à tous les niveaux.

D’un ennui inhumain

Les critiques américains ont été particulièrement virulents à l’égard d’Inhumans. Variety a notamment décrété qu’à côté de la série, "Marvel’s Iron Fist ressemblait à Citizen Kane"… Et il est très difficile de ne pas leur donner raison. La direction artistique du showrunner Scott Buck est franchement fade et kitsch, ce qui est paradoxal comparé à la qualité des images filmées en IMAX. Où est passé le budget de la série ? Les effets spéciaux sont passables (les fans des comics crieront au scandale en voyant la version CGI de Gueule d’or), les décors en papier mâché et la perruque de Medusa ne vaudraient même pas un cosplay à la Comic-Con de Ploucville.

On ne comprend d’ailleurs pas pourquoi Scott Buck et son équipe sont obnubilés par l’idée de "filmer" la cité d’Attilan en prises aériennes. La résidence des Inhumains est entièrement façonnée par ordinateur, comme si le showrunner cherchait à mettre en exergue la laideur numérique de sa création.

Publicité

De l’autre côté, la mise en scène n’aide vraiment pas à rendre la série plus fun et haletante. Elle est flemmarde et par moments terriblement gênante à regarder. Les quelques scènes d’action sont majoritairement tournées en slow motion, gâchant les (rares) séquences mouvementées. Le style est lourd et surtout représentatif d’une négligence généralisée. Tout porte à croire que les acteurs manquaient de temps pour préparer leurs chorégraphies tant les combats sont bâclés et sentent le fake.

Autant appeler un chat, un chat : on s’emmerde. Les pouvoirs de la famille royale inhumaine, pourtant si puissants dans les comics, deviennent risibles dans la série. Les épisodes enchaînent les longues séquences de bavardages, inintéressants et intempestifs, ponctuant une intrigue qui ressemble vaguement à celle de Kyle XY. C’est dire l’obsolescence du produit. Cet aspect rétro implanté de manière complètement involontaire nous renvoie à l’âge de pierre des séries. Si même les passages musclés sont à jeter dans une série Marvel, alors que reste-il vraiment à regarder pour apprécier le spectacle ringard proposé ?

Publicité

Un défi trop grand pour Marvel Television ?

Au milieu de cette purge sur la Lune, Iwan Rheon surnage et tente de sauver les meubles. Dans son costume en latex de Maximus, il surjoue la colère et la dualité du personnage, mais les lecteurs des comics lui pardonneront. Dans les B.D., le frère de Flèche noire en fait aussi des tonnes. Mais surtout, l’ex-Ramsay de Game of Thrones (et Simon de Misfits) insuffle un peu de vie dans une série morne et sans grand intérêt.

Inhumans était-elle l’œuvre inadaptable ultime pour la Maison des Idées ? L’univers et les protagonistes des Inhumains sont particulièrement complexes à retranscrire sur le petit écran. En premier lieu parce que leur leader est muet et excessivement puissant, si bien qu’Anson Mount donne tout (dont une certaine dose de burlesque involontaire) pour transmettre des émotions à travers ses yeux. Mais c’est un nouveau raté pour ce roi du monolithisme que l’on identifie difficilement. On ne parle même pas des animations grotesques des cheveux de Medusa, que Scott Buck et son équipe cherchent ensuite à couper pour lui donner un faux air de badass façon Charlize Theron dans Mad Max : Fury Road. Et sûrement pour éviter des surplus budgétaires qu’il n’avait déjà pas à la base.

Les Inhumains qui gravitent autour de la famille royale n’ont rien de palpitant, quand leur character design n’est pas à vomir. Scott Buck et les pontes de Marvel Television font certainement face à un défi d’adaptation qu’ils ont sous-estimé. Un projet auquel ils ont cessé de croire en cours de route. Ou alors, la recette miracle de la Maison des Idées commence sérieusement à s’épuiser et les exigences des spectateurs ont été revues à la hausse. Inhumans restera une belle leçon pour Marvel Television, un échec qui saura les remettre à leur place. Une série médiocre qui les forcera à prendre un peu de recul, à comprendre que personne n’est éternel, pas même la plus riche et luxuriante écurie de comics de notre époque.

Publicité

En France, la saison 1 de Marvel’s Inhumans reste inédite.

Par Adrien Delage, publié le 02/10/2017

Copié

Pour vous :