Luke Cage botte des culs dans un premier trailer énervé

Hip-hop et cassage de gueule à foison sont au programme de ce trailer officiel de Marvel's Luke Cage.

Alors que Netflix avait mis à l'honneur l'équipe des Defenders pendant la Comic Con de San Siego, la plateforme américaine nous offre cette fois un aperçu de trois minutes de Marvel's Luke Cage. Le héros infrangible s'illustre dans un trailer où le flow tranchant d'El-P de Run the Jewels et les références à Biggie Smalls sont de sortie.

Publicité

Luke Cage s'élance de tout son poids pendant trois minutes, où os disloqués et verres brisés jonchent chaque plan. Sombre, brutal et intrépide, le héros se prépare à défoncer des mâchoires à la pelle. On entrevoit rapidement les raisons de l'origine de ses pouvoirs. Reste à savoir si cette renaissance sera le début des aventures de Marvel's Luke Cage, ou si ces événements seront présentés via des flashbacks.

La présence régulière de Claire (Rosario Dawson) témoigne que les liens entre les différentes séries Marvel/Netflix sont de plus en plus étroits. L'infirmière avait d'ailleurs évoqué auprès de Foggy sa rencontre avec un "homme incassable" dans la saison 2 de Marvel's Daredevil. Preuve que Marvel's Luke Cage est une nouvelle occasion de préparer l'arrivée du groupe des Defenders.

La série s'est attiré les services de Cheo Hodari Coker, une légende du journalisme hip-hop et scénariste du film Notorious B.I.G, en tant que showrunner. Marvel's Luke Cage s'apprête clairement à s'inspirer des années 1990 et de la culture urbaine dans laquelle Cheo Hodari Coker a baigné. L'homme avait d'ailleurs comparé le drama à The Wire, précisant que le show était "un puissant mélange entre un drame sombre, le hip-hop et des actes de super-héros à l'ancienne".

Publicité

Netflix a également dévoilé un poster du bonhomme, qui le représente tel qu'il est : à l'épreuve des balles.

marvel-luke-cage-poster

©️ Netflix

La saison 1 de Marvel's Luke Cage sera disponible en intégralité dès le 30 septembre sur Netflix.

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 09/08/2016

Copié

Pour vous :