LOS ANGELES, CA – SEPTEMBER 17: Actor Donald Glover poses in the press room at the 69th annual Primetime Emmy Awards at Microsoft Theater on September 17, 2017 in Los Angeles, California. (Photo by Jason LaVeris/FilmMagic)

Moment fort : les gagnants des Emmys ont fait coucou à Donald Trump

La cérémonie des Emmys, qui s’est déroulée dans la nuit du dimanche 17 septembre au Microsoft Theater de Los Angeles, était placée sous le signe de l’indignation.

Voilà huit mois que Donald Trump a été élu le 45e président des États-Unis et la colère des Américain·e·s ne faiblit pas, la faute à une politique qui ne cesse de soulever l’indignation générale. En témoignent les nombreuses piques envoyées par les différent·e·s gagnant·e·s de cette 69e édition des Emmys. Le présentateur Stephen Colbert n’a pas hésité à tacler Trump dès qu’il le pouvait. Il a même été jusqu’à accuser, avec humour, l’assemblée d’avoir fait en sorte que l’ancien businessman accède au pouvoir, ce dernier étant simplement jaloux de ne pas avoir eu d’Emmy. On rappelle que Donald Trump était à la tête de la téléréalité The Apprentice, plusieurs fois nommée aux Emmy Awards.

Publicité

L’animateur américain, craignant de faibles audiences, a aussi surpris son monde en invitant pendant son monologue Sean Spicer, l’ex porte-parole de la Maison-Blanche qui a démissionné de ses fonctions en juillet dernier. Ce dernier a été complice d’une nouvelle pique envoyée au Président : Spicer a promis à Colbert "la plus grande audience jamais vue" pour cette édition des Emmys, faisant référence à une fausse déclaration qu’il avait faite en janvier 2017, en parlant de l’inauguration de Trump comme de la plus populaire de tous les temps. Une affirmation rapidement démentie par les médias américains.

Par ailleurs, plusieurs gagnants n’ont pas hésité à évoquer le président dans leur discours de remerciements, tels Donald Glover : "Je voudrais remercier Trump, car c’est grâce à lui si les personnes noires sont les plus opprimées, c’est grâce à lui que je suis là ce soir." Alec Baldwin, récompensé pour son interprétation de Donald Trump dans le Saturday Night Live, a balancé de son côté un : "Voilà enfin votre Emmy, Monsieur le Président."

Les minorités à l’honneur

Publicité

Un esprit d’ouverture et de contestation a flotté pendant tout le long des Emmys, que ce soit dans les choix des votants ou les discours des gagnants. Les séries qui ont été récompensées ont permis de mettre en avant les violences faites aux femmes (Big Little Lies, The Handmaid’s Tale) ou encore les minorités. Ainsi Donald Glover devient le premier artiste noir à remporter la statuette de la "Meilleure réalisation pour une comédie", et Lena Whaite la première femme afro-américaine à remporter le prix du "Meilleur scénario pour une série comique", aux côtés d’Aziz Ansari, pour l’épisode "Thanksgiving" de la saison 2 de Master of None. Ils ne sont pas les seuls talents issus de la diversité à avoir été récompensés puisque Riz Ahmed et Sterling K. Brown ont aussi remporté la statuette de meilleur acteur dans leur catégorie, tout comme Donald Glover reparti avec deux Emmys.

On retiendra aussi de cette cérémonie RuPaul, la célèbre drag-queen célébrée ici comme l’icône des Emmys en se déguisant en la fameuse statuette dorée. Un ultime pied de nez à Donald Trump et sa clique d’ultraconservateurs.

Par Marion Olité, publié le 18/09/2017

Copié

Pour vous :