De The Mist à Marvel’s The Defenders, les nouvelles séries et saisons à ne pas rater cet été

Rangez vos lunettes de soleil et votre crème solaire, cet été, on fait le plein de nouvelles séries à dévorer d’urgence.

summerseries-feat

En règle générale, l’été est réputé pour être une période creuse par les sériephiles les plus aguerris. Mais ça, c’était avant cette ère de Peak TV dans laquelle nous nous trouvons, où l’offre abondante de programmes sériels risque de venir compromettre nos séances de bronzage. Le cru estival 2017 comprend tout un lot de nouvelles séries et saisons que Biiinge s’est efforcé de récapituler dans une liste (non exhaustive, of course). De juin à août, on a déniché de quoi vous occuper. You’re welcome.

Publicité

Les nouvelles séries

Publicité

Missions (dès le 1er juin, sur OCS)

Après des mois de voyage, un équipage financé par un philanthrope pété de thunes approche enfin de la planète rouge. Pensant être les premiers à poser les pieds sur Mars, les membres de cette mission spatiale apprennent qu’ils ont été devancés par un vaisseau concurrent. Pire, leurs compétiteurs semblent avoir mystérieusement disparu et ce qui devait être un record pour le Guinness devient finalement une mission de sauvetage. Une rareté dans notre Hexagone, Missions se présente comme l’une des toutes premières séries de science-fiction françaises. En dépit d’un budget moindre, le rendu final est plus qu’honnête et on peut au moins saluer la volonté d’OCS de s’aventurer en terres inconnues.

Publicité

I’m Dying Up Here (dès le 4 juin, sur Showtime et Canal+ Séries)

Rembobinons jusqu’au Los Angeles des années 1970, période connue pour avoir démocratisé les spectacles de stand-up aux États-Unis. Goldie, propriétaire d’un comedy club au cœur de la Cité des Anges, s’entoure d’humoristes amateurs pour animer ses soirées. Ces individus plein d’espoir ne rêvent que d’une chose : percer et devenir le comédien numéro un. Avec Jim Carrey à la production et la multirécompensée Melissa Leo devant la caméra, I’m Dying Up Here part avec un sacré potentiel.

Publicité

Daytime Divas (dès le 5 juin, sur VH1)

Elles sont cinq : Maxine, Heather, Kibby, Mo et Nina. Tous les jours, elles se partagent la parole dans The Lunch Hour, un talk-show fictif diffusé chaque après-midi sur un network américain. En apparence, ces businesswomen avérées s’entendent très bien. Une fois les caméras éteintes, les ego de chacune s’entrechoquent et tous les coups sont permis. Inspirée du véritable talk-show américain The View, Daytime Divas possède a priori tous les ingrédients pour combler le manque causé par l’annulation subite de Devious Maids il y a plusieurs mois de ça. Un plaisir coupable en puissance.

Claws (dès le 11 juin, sur TNT)

Scream Queens officiellement morte et enterrée, la décapante Niecy Nash s’envole à l’autre bout du pays pour devenir gérante d’un nail bar mafieux. Sous le soleil de la Floride, son personnage, Desna, se sert de son business de manucures pour s’affairer à des choses pas très légales en arrière-boutique. En d’autres termes, c’est la rencontre entre le milieu du bling-bling et de l’esthétique avec l’univers de la mafia et le blanchiment d’argent. Initialement proposée à HBO, Claws est produite par Rashida Jones, à qui l’on doit notamment la complètement loufoque Angie Tribeca.

Blood Drive (dès le 14 juin, sur Syfy)

Dans un monde post-apocalyptique ravagé par une pénurie de pétrole, Arthur Bailey, un policier légèrement niais, est forcé de faire équipe avec une femme dangereuse dans une course de voitures qui l’est tout autant. La petite nuance ? Les véhicules en question fonctionnent au sang humain. Ah oui, il y a aussi des monstres surréalistes, des sectes et des cannibales. Le tout est couronné de scènes abusivement gores et un tantinet too much, qui devraient ravir les fans des longs-métrages "grindhouse" remis au goût du jour par Tarantino et Rodriguez.

The Mist (dès le 22 juin, sur Spike TV)

Bridgeville, petite bourgade américaine comme on se l’imagine, est subitement victime d’un épais brouillard qui empêche les habitants de vaquer à leurs occupations. Pire encore, cette brume douteuse recèle tout un tas de créatures ultradangereuses qui se mettent à buter ceux qui oseront s’en approcher. Un groupe de personnes se retrouve alors coincé dans un supermarché à devoir faire face à cette menace inattendue. Déjà porté sur le grand écran en 2007, The Mist est un roman culte de Stephen King. Son œuvre a réussi à se frayer un chemin jusqu’au monde des séries, avec Frank Darabont (The Walking Dead) encore aux commandes.

GLOW (dès le 23 juin, sur Netflix)

Tandis qu’Orange Is the New Black est en passe d’attaquer son cinquième tour de piste, sa créatrice Jenji Kohan ne chôme pas et ajoute une nouvelle série prometteuse à son écurie. Inspirée de l’émission éponyme ayant vraiment existé dans les 80’s, GLOW retrace les galères de Ruth Wilder, une comédienne trentenaire qui cumule les auditions ratées. Elle saisit alors l’opportunité de se défouler sur le ring, devenant catcheuse amateure pour un programme télévisé qui a tout d’un reality-show.

Gypsy (dès le 30 juin, sur Netflix)

Dans le genre du NSFW, la psychologue Jean Holloway place la barre un cran au-dessus. Mère de famille épanouie et bien sous tous rapports, elle cultive des relations nocives avec bon nombre de ses patients, frôlant (dépassant parfois) la limite de la légalité. Pour sa toute première œuvre sérielle, la créatrice Lisa Rubin se paye l’excellente Naomi Watts (Mulholland Drive) en tête d’affiche dans la peau de cette psy professionnelle qui est tout le contraire de professionnelle.

Snowfall (dès le 5 juillet, sur FX)

Los Angeles dans les années 1980, ce n’était pas que paillettes et glamour. Cette période-là est surtout assimilée à la mise sur le marché (illégale, ça va de soi) de la cocaïne. Les conséquences de cette poudre blanche ont été particulièrement néfastes sur la classe pauvre de la ville côtière. À tel point que FX a décidé d’en faire une série, Snowfall, qui tentera de dépeindre au mieux l’enfer qu’a représenté la commercialisation de ces stupéfiants dans la Cité des Anges. Si vous n’êtes pas entièrement conquis par ce pitch, la présence de John Singleton (Boyz’n the Hood) aux commandes devrait finir de vous convaincre.

Will (dès le 10 juillet, sur TNT)

William Shakespeare en train de s’enflammer sur du rap ? Peu probable IRL, on vous l’accorde. Et pourtant, on tient là l’un des éléments principaux de Will. Cette série aussi WTF qu’audacieuse entreprend de revisiter la vie du célèbre dramaturge d’une façon atypique. Du haut de ses vingt ans, le jeune Shakespeare est plus chaud que jamais et déter à s’octroyer une place au sein de la scène punk-rock londonienne de l’époque. Si sa montée en puissance ne sera pas sans embûches, il pourra tout de même compter sur son talent et ses envolées lyriques assurément contemporaines.

The Bold Type (dès le 11 juillet, sur Freeform)

Jane, Kat et Sutton sont trois amies et collègues inséparables, bossant pour un organe de presse féminine dans la même veine que Cosmopolitan. À l’image des fashionistas originelles de Sex and the City, leur quotidien est rythmé par des dilemmes professionnels comme sentimentaux. Fort heureusement, ce trio survolté peut compter sur son amitié quoi qu’il advienne.

Salvation (dès le 12 juillet, sur CBS)

Après Under the Dome et Zoo, le network américain CBS est déterminé à lancer une série estivale digne d’un téléfilm diffusé les mercredis sur M6. Un jeune diplômé du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et un spécialiste des technologies réputé viennent de faire la découverte du siècle : un astéroïde est en passe d’entrer en collision avec la Terre… dans six petits mois. À partir de là, on devrait se retrouver avec des héros pleins de bons sentiments et des magouilles politiques.

Friends From College (dès le 14 juillet, sur Netflix)

Anciens diplômés de la prestigieuse université d'Harvard, plusieurs amis sont désormais en plein dans la quarantaine et mènent des vies diamétralement différentes. Là où certains ont rencontré le succès après leur années fac, d'autres cumulent les échecs. Dernière comédie de l'écurie Netflix, Friends From College s'efforcera d'explorer avec humour l'évolution de l'amitié à travers les années ainsi que la difficulté de gérer son quotidien d'adulte sans vouloir toujours grandir.

Raven’s Home (dès le 21 juillet, sur Disney Channel)

© Disney Channel

© Disney Channel

Une dizaine d’années après son départ du petit écran, la star de Phénomène Raven s’apprête à revenir sur le devant de la scène pour de nouvelles visions catastrophiques. Désormais maman divorcée, l’exubérante Raven Baxter embarque ses deux enfants, Booker et Nia, afin de vivre sous le même toit que sa grande amie de longue date, Chelsea, et son propre fils. Si ce postulat de base promet déjà des quiproquos en pagaille, la situation risque de se compliquer lorsque Booker va commencer à développer le même don de prémonition que sa mère. Ah, nostalgie, quand tu nous tiens !

Midnight, Texas (dès le 24 juillet, sur NBC)

Amateurs de True Blood, réjouissez-vous. L’auteure Charlaine Harris est de retour avec une nouvelle adaptation de ses bouquins, cette fois-ci la saga Midnight, Texas. À Midnight, petite ville texane, les créatures surnaturelles sont légion. Manfred, un médium capable d’entrer en contact avec les esprits, met pour la première fois les pieds dans cette bourgade un brin spéciale. Cependant, une légende existe sur la ville, stipulant qu’une guerre va éclater entre les différentes factions.

The Sinner (dès le 2 août, sur USA Network)

Jeune maman tout ce qu’il y a de plus ordinaire, Cora fait un acte d’une violence extrême et incontrôlée qui ne lui ressemble absolument pas. Le pire dans l’histoire, c’est qu’elle ne sait pas pourquoi elle en est venue à commettre l’irréparable. Aux antipodes de son rôle dans la très puritaine 7 à la maison, Jessica Biel revient dans le monde sériel sous les traits d’une femme complètement désemparée.

What Would Diplo Do? (dès le 3 août, sur Viceland)

diplo-feat

Oubliez Dawson, James Van Der Beek prévoit de revenir aux séries en pilotant, aussi bien devant que derrière la caméra, la première fiction originale de Viceland. L’acteur culte des 90’s interprétera une version alternative du DJ américain Diplo dans What Would Diplo Do?. Aucun trailer n’est encore disponible, mais pensez bien qu’on guette la sortie de ces premières images.

Mr. Mercedes (dès le 9 août, sur Audience Network)

© Audience Network

© Audience Network

Brady Hartsfield, un tueur fou à lier et calculateur, prend pour cible Bill Hodges, un inspecteur de police à la retraite, en lui envoyant des lettres et autres e-mails cryptiques. Lorsque les choses deviennent plus sérieuses, l’ancien flic n’a d’autre choix que de reprendre du service pour amener le serial killer devant la justice, quitte à devoir contourner la loi. Vendue comme une série policière bien dark, M. Mercedes est la deuxième adaptation d’une œuvre de Stephen King pour ce cru estival.

Marvel’s The Defenders (dès le 18 août, sur Netflix)

Après nous avoir fait découvrir leurs aventures individuelles aux quatre coins de New York, Netflix rassemble les justiciers qui vont unir leur force pour tabasser de nouveaux adversaires. À la tête de ce peloton malveillant, Sigourney Weaver dans un rôle jusqu’ici gardé secret. Ce qui est certain, c’est qu’on a sacrément hâte de voir Jessica Jones bastonner des ennemis, épaulée par Daredevil, Luke Cage et Iron Fist.

Disjointed (dès le 25 août, sur Netflix)

Le cannabis, c’est un business qui cartonne et Kathy Bates l’a bien pigé. Après nous avoir foutu la trouille dans plusieurs saisons d’American Horror Story, l’actrice récompensée s’improvise dealeuse de "drogues douces" dans Disjointed. Elle campe ici le personnage de Ruth, une fervente militante pour la dépénalisation de la weed, qui est également propriétaire avec son fils d’un dispensaire d’herbe médicinale. Connaissant les productions Netflix, ça risque d’être de la bonne.

Les nouvelles saisons

Bien évidemment, l’été 2017 sera aussi l’occasion de retrouver nos séries favorites, plus ou moins connues, dans des fournées d’épisodes inédites. Du côté des States, les sériephiles pourront alors retrouver les œuvres suivantes, classées par date de sortie.

En mai/juin

mayjune

Animal Kingdom (saison 2, dès le 30 mai)
Kingdom (saison 3, dès le 31 mai)
Flaked (saison 2, dès le 2 juin)
Fear The Walking Dead (saison 3, dès le 4 juin)
Queen of the South (saison 2, dès le 8 juin)
Orange Is the New Black (saison 5, dès le 9 juin)
Dark Matter (saison 3, dès le 9 juin)
Wynonna Earp (saison 3, dès le 9 juin)
Orphan Black (saison 5, dès le 10 juin)
The Ranch (saison 2, dès le 16 juin)
Turn: Washington Spies (saison 4, dès le 17 juin)
Queen Sugar (saison 2, dès le 20 juin)
Wrecked (saison 2, dès le 20 juin)
The Night Shift (saison 4, dès le 22 juin)
Power (saison 4, dès le 25 juin)
Preacher (saison 4, dès le 25 juin)
Younger (saison 4, dès le 28 juin)
Zoo (saison 3, dès le 29 juin)
Killjoys (saison 3, dès le 30 juin)

En juillet/août

julyaugust

The Fosters (saison 5, dès le 11 juillet)
Suits (saison 7, dès le 12 juillet)
The Strain (saison 4, dès le 16 juillet)
Game of Thrones (saison 7, dès le 16 juillet)
Shooter (saison 2, dès le 18 juillet)
Ballers (saison 3, dès le 23 juillet)
Insecure (saison 2, dès le 23 juillet)
Ray Donovan (saison 5, dès le 6 août)
Broad City (saison 4, dès le 23 août)

Par Florian Ques, publié le 22/05/2017

Copié

Pour vous :