Oliver Stone planche sur une série centrée sur la prison de Guantanamo

Et un cinéaste de plus qui se lance dans l’univers des séries. 

oliverstone-feat

Si l’on en croit Variety, la Weinstein Company a acquis les droits d’une nouvelle série alléchante, Guantanamo. Avec une filmographie longue comme le bras, de Platoon à Snowden, en passant par Né un 4 juillet et World Trade Center, Oliver Stone s’est toujours intéressé aux phénomènes de société touchant les États-Unis. Il n’est donc pas étonnant que le cinéaste planche sur ce nouveau show, même s’il s’agira d’une première fois pour lui sur le petit écran. 

Publicité

La série se concentrera sur les détenus de la prison controversée et le rapport de force entre ceux qui la défendent et ceux qui la condamnent. Oliver Stone a prévu de réaliser tous les épisodes de cette première saison, qui aura pour showrunner Daniel Voll. Pour l’instant, aucune information sur le casting n’a été communiquée, ni une date de diffusion, le projet devant d’abord trouver un diffuseur. Néanmoins, le coprésident de la Weinstein Company, Harvey Weinstein, est ravi de pouvoir collaborer avec Oliver Stone, pour qui il a une grande admiration : 

"Cela a toujours été un rêve pour moi de travailler avec Oliver Stone. Je suis un fan de la première heure et il est l’un des plus grands cinéastes de tous les temps. C’est un projet explosif sur lequel tout le monde va travailler d’arrache-pied. Le travail de Daniel Voll va rendre sa collaboration avec Oliver intéressante, et il mérite qu’on s’y attarde."

Il s’agit aussi d’un grand projet pour Daniel Voll qui a travaillé sur les séries The UnitLie To Me et Blacklist. Il n’est donc pas étonnant qu’initier une série de cette envergure avec Oliver Stone le galvanise : 

Publicité

"Oliver et moi sommes très enthousiastes à l’idée de créer une série immersive, avec une réalisation cinématographique pleine de rebondissements, qui explore le côté sombre de l’Amérique poursuivant sa guerre contre le terrorisme." 

Pour rappel, la prison de Guantanamo a été ouverte après les attentats du 11 septembre 2001 pour interroger et emprisonner les criminels suspectés d’actions terroristes. Des associations de défense des droits de l’homme ont protesté contre le traitement des prisonniers du pénitencier de Cuba. L’ancien président des États-Unis, Barack Obama, avait prévu de fermer le camp, mais s’était heurté au blocage du Congrès. Avant de céder sa place à Donald Trump, il a réussi à réduire le nombre de détenus, mais il reste encore 41 prisonniers à Guantanamo aujourd’hui.

Par Mégane Choquet, publié le 23/05/2017

Pour vous :