© The CW

On t’a vu : Josh Holloway sortir les crocs dans Angel

Avant d’incarner le sombre et sulfureux Sawyer dans Lost, Josh Holloway fut le premier vampire tué par Angel dans le spin-off de Buffy.

© The CW

Nous sommes en 1999. Josh Lee Holloway est âgé de 30 ans et roule sa bosse dans le milieu du mannequinat depuis le début des années 1990. Après des études avortées à l’université de Géorgie, il pose pour Dolce & Gabbana, Calvin Klein ou encore Donna Karan. Mais à la fin des nineties, il décide de retourner à son premier amour d’enfance en se lançant dans une carrière d’acteur.

Publicité

Son seul tour d’essai est une apparition dans le clip de la chanson "Cryin'" d’Aerosmith, où il incarne un voleur qui tente de dérober le sac à main d’Alicia Silverstone. Au bout du compte, il se fait littéralement attraper la main dans le sac puis tabasser par sa victime.

Ce rôle de bad guy lui collera à la peau et ce dès son rôle initial, quelques années avant de devenir le célèbre antihéros Sawyer dans Lost. En vérité, Josh Holloway a même eu l’honneur d’être le premier vampire tué par Angel dans sa propre série.

L’homme séduisant

© The CW

Publicité

Avec le succès de Buffy, Joss Whedon lance le 5 octobre 1999 le spin-off Angel centré sur le personnage campé par David Boreanaz. Le show est alors diffusé sur la WB, l’ancêtre de la CW. Dans cet épisode pilote baptisé "City of", Angel se réveille à moitié saoul dans un bar miteux de Los Angeles. On peut l’entendre maugréer son chagrin par rapport à un amour perdu, qui n’est autre qu’une certaine Buffy Summers, avant de reprendre ses esprits en discutant avec un homme sympathique.

Là, l’inconnu et deux de ses amis prennent la porte avec deux jeunes filles éméchées, Janice et Laura. Intrigué et inquiet, Angel les suit dans l’allée. Il comprend très rapidement que le trio fait en réalité partie de son espèce et qu’il cherche à se nourrir de sang frais. Ni une, ni deux, Angel décide de protéger les deux jeunes femmes en poignardant les vampires. Et ainsi disparaît Josh Holloway aussi vite qu’il est apparu dans son premier rôle, en interprétant un personnage qui n’a même pas de nom et est crédité en tant que "Good looking guy" (l’homme séduisant)…

Pour l’anecdote, Joss Whedon et son équipe de maquilleurs avaient décidé d’utiliser une nouvelle prothèse pour le visage des vampires dans le pilote. Finalement, la production fut insatisfaite du résultat et décida d’employer les mêmes matières que sur Buffy pour le reste de la saison. Josh Holloway aura au moins eu l’honneur de ne ressembler à aucun autre suceur de sang avant de débarquer sur une île paumée et magique.

Publicité

Fermeture des colonies

© Justin Stephens/USA Network

Après cette très brève apparition et quelques rôles mineurs dans des téléfilms et des séries de network (Les Experts, Walker, Texas Ranger, NCIS), Josh Holloway a auditionné pour la partition d’un certain Jack Shephard. Ironie du sort, c’est en foirant complètement son audition qu’il a obtenu le rôle de… Swayer.

En effet, alors qu’il était remercié par Damon Lindelof et la directrice de casting April Webster, l’acteur a tout simplement donné un violent coup de pied dans une poubelle et a impressionné (si ce n’est terrifié) ses deux futurs patrons, qui lui ont proposé d’interpréter le bad boy des 48 survivants. Une opportunité inespérée pour Josh Holloway, qui comptait abandonner sa carrière d’acteur en cas d’échec. L’anecdote est disponible dans les bonus DVD de la saison 1 de Lost, alors foncez vous refaire un marathon.

Publicité

Malheureusement pour lui, son départ de l’île n’a pas été très prolifique. Exception faite d’une apparition dans Mission impossible : Protocole fantôme, son parcours est en dents de scie. Le procedural Intelligence où il était le héros n’avait duré que le temps d’une saison, tandis que la très sous-estimée Colony vient d’être annulée par USA Network. À ce jour, Josh Holloway n’a aucun projet annoncé mais, après avoir survécu à un crash d’avion, à un ours polaire, à une fumée noire monstrueuse et à l’explosion d’une bombe atomique, rien n’est impossible pour l’acteur.

Par Adrien Delage, publié le 02/08/2018

Copié

Pour vous :