© ABC

On t’a vu : Quentin Tarantino prendre Sydney Bristow en otage dans Alias

Entre les tournages de Jackie Brown et Kill Bill : Volume 1, le réalisateur américain est venu semer la zizanie au sein du SD-6.

 

Publicité

Nous sommes en janvier 2002. Quentin Jerome Tarantino est âgé de 39 ans et sort d’une décennie prolifique où il a réalisé ses premiers succès populaires (Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Jackie Brown, dans une moindre mesure). Au début des années 2000, il se lance dans l’écriture d’un certain Inglourious Basterds, avant de mettre en pause la production pour se consacrer au diptyque Kill Bill.
 
Entre les tournages des deux volets de la tueuse à gages incarnée par Uma Thurman, J.J. Abrams propose un rôle à Quentin Tarantino dans sa série policière du moment, Alias. Dans le show qui a révélé Jennifer Garner et Bradley Cooper au grand public, le réalisateur incarnera un méchant classe et psychopathe le temps de quatre épisodes. Un antagoniste sadique dont seuls les scénaristes d’Alias avaient le secret.

Publicité

Prise d’otages au SD-6

Dans le double épisode "The Box" de la première saison, Sydney Bristow est au bord de l’implosion. Après avoir découvert que son père était également un agent secret dans le pilote, elle apprend la véritable identité de sa mère. Irina Derevko n’est pas enseignante, mais une espionne au service du KGB. C’en est trop pour la jeune femme, qui contacte Vaughn pour mettre un terme à son double jeu entre la CIA et le SD-6 (Service Disparu 6).

Alors que Sydney s’apprête à tout avouer à son père, le mercenaire McKenas Cole (Quentin Tarantino) et ses sbires s’introduisent dans le SD-6 et prennent en otage ses employés. Avec ses airs de psychopathe assoiffé de sang, Cole commence à interroger Arvin Sloane. L’objectif du criminel est de récupérer un mystérieux artefact contenu dans le coffre du directeur. Et pour cela, il n’hésite pas à le torturer en y prenant du plaisir (tout comme son interprète qui s’éclate dans ce rôle glaçant).

© ABC

Publicité

 
Au fur et à mesure des épisodes, on découvre que Cole et Sloane ont un passif. Les deux hommes sont à la recherche du secret de l’immortalité, préservé dans les bagages du prophète Milo Rambaldi. De plus, on apprend que le bandit est un ancien agent du SD-6, abandonné et laissé pour mort par son service au cours d’une mission qui a mal tourné. Avide de vengeance, il condamne le directeur à un trépas long et douloureux jusqu’à l’intervention de Sydney.
 

Publicité

Badass et impitoyable comme à chaque épisode, l’agente se prend d’abord une raclée avant de rétamer Cole qui parvient à s’enfuir. Quentin Tarantino reprendra son rôle deux saisons plus tard, où il sera accompagné des nouveaux bad guys de la série, à savoir Julian Sark et Lauren Reed. Pour mieux essuyer une seconde et ultime défaite des mains de Sydney Bristow.

Une nouvelle collaboration dans les étoiles

Si Quentin Tarantino a toujours été un habitué des caméos, notamment dans ses propres films, Alias marque sa première incarnation d’un personnage qu’il n’a pas écrit lui-même. Le talent d’écriture de J.J. Abrams et la liberté offerte à sa partition avaient probablement suffi à le convaincre. Bonne nouvelle, puisque les deux hommes se retrouvent près de 16 ans plus tard pour un Star Trek "classé R" aux États-Unis. Le tandem a engagé le scénariste de The Revenant pour l’histoire, mais le reste de la production n’a pas été dévoilé.

En attendant, le réalisateur planche sur son neuvième long-métrage, centré autour de la famille Manson et le meurtre de Sharon Tate, l’ex-femme de Roman Polanski. Le casting annoncé est monstrueux, une distribution que Leonardo DiCaprio a officiellement rejointe. Enfin, l’idée d’un troisième film Kill Bill trotte toujours dans la tête de Tarantino, même si en tant que sériephiles, on aimerait bien une tentative du bonhomme sur le petit écran avant qu’il prenne une retraite définitive.

Par Adrien Delage, publié le 17/01/2018

Copié

Pour vous :