Outsiders : la guerre des mondes

La chaîne câblée américaine WGN America vient de débuter la diffusion de son tout nouveau drama, Outsiders.

Outsiders, série créée par Peter Mattei et Peter Tolan (Rescue Me) met en scène le clan Farrell, une petite communauté qui vit en autarcie dans les hauteurs d'une montagne sauvage du Kentucky depuis plus de 200 ans. Pour défendre leur terre ainsi que leur mode de vie des "citadins" qui veulent les déloger, ils sont prêts à tout.

Publicité

Au casting de ce drama de 13 épisodes, il y a du beau monde. Dans le clan Farrell, on retrouve David Morse (Treme), Joe Anderson (Hannibal), Ryan Hurst (Sons of Anarchy), Kyle Gallner (American Sniper) et Gillian Alexy (Damages, The Americans) tandis que Thomas M. Wright (Top of The Lake) incarne le shérif local.

Un pilote très riche et des personnages captivants

outsiders-wgn-america

Vivant reclus dans une montagne sauvage difficile d’accès et coupée de la ville qui se situe à ses pieds, les membres du clan Farrell (grande famille ou petite communauté, à vous de voir) organisent la résistance lorsqu’une compagnie d’exploitation de charbon veut les déloger pour tirer profit des terres sur lesquelles ils se sont installés.

Publicité

Alors certes, on pourrait se dire qu’il suffit d’envoyer quelques policiers faire le ménage dans la montagne pour faire fuir cette "bande de sauvages". Mais ce n’est pas si simple. Les Farrell sont violents, tenaces, et ces terres sont tout ce qu’ils connaissent.

Dans le clan, on retrouve la vieille Lady Ray (cheffe de tribu très respectée), mère du bourru Big Foster (David Morse), héritier légitime et père de Lil Foster (Ryan Hurst). Ici, les deux acteurs en imposent, tant par leur interprétation que par leur physique, grand, fort et poilu.

thomas-m-wright-as-sheriff-wade-houghton-in-WGN-Americas-new-series-Outsiders-premiering-Tuesday-January-26-at-9pm-ETPT_FULL

Publicité

Thomas M. Wright, brillant dans la peau du shérif tourmenté qui est chargé de les expulser, semble avoir un passé douloureux avec eux et n’a aucune envie de les confronter :

"You don’t wanna mess with this people. We don’t go up there, and they don’t suppose to come back here" (Il faut pas déconner avec ces gens. On ne va pas là-haut, et eux ne viennent pas ici).

Ajoutez à cela Asa, un ancien membre du clan, qui a voulu tenter l’expérience de la ville et a finalement décidé de revenir pour des raisons encore obscures.

Publicité

À la vue de ce pilote très riche, le clan Farrell ne devrait pas pouvoir continuer très longtemps à se cacher. D’une part, parce que les magnats du charbon souhaitent s’accaparer leur terre, de l'autre parce que le costaud Big Foster a décidé de foutre la pagaille.

Alors que les armes à feu sont prohibées pour éviter d’attirer l’attention de la police, celui-ci fait une virée en ville pour en dérober. Il vole également plusieurs articles dans un supermarché. Ces écarts de conduite annoncent une inévitable rencontre entre les forces de l’ordre et les outsiders de Farrell. Autant dire qu’on a hâte.

Des traits parfois grossiers

ryan-hurst-as-lil-foster-and-gillian-alexy-as-gwinveer-in-WGN-Americas-new-series-Outsiders-premiering-Tuesday-January-26-at-9pm-ETPT_FULL

Dans Outsiders, les personnages et les intrigues sont parfois dessinés de manière un peu grossière. Dans ce pilote, on comprend très vite (un peu trop), la personnalité des personnages.

La relation mère-fils est tout de même un peu caricaturale. La matriarche, cheffe de clan qui souhaite préserver le mode de vie traditionnel des Farrell et le fils, impatient, assoiffé de pouvoir, qui est donc prêt à tout pour obtenir le statut de boss.

D’un côté, les policiers et les patrons de la compagnie de charbon méprisent ces "idiots, incestueux", de l’autre les Farrell, marginaux détestant tout ce qui provient, de près ou de loin, de la ville.

Par ailleurs, la série se veut parfois un peu trop didactique. Au bout d’un moment, on a compris que le shérif les craint et qu’il a peur de les déloger. Il n’arrête pas de répéter ce genre de chose : "They know how to stick together, they are a family, and the harder we try to push, the tougher they're gonna go" (Ils sont solidaires, c’est une famille, et plus on va essayer de les faire bouger, plus ils vont devenir violents)

La guerre des mondes

ryan-hurst-outsiders-wgna

L’un des atouts majeurs de la série est de pouvoir développer son histoire au sein de deux univers très distincts. D’un côté, la ville industrialisée, avec son bruit, son argent et ses policiers, de l’autre, la forêt sauvage avec son calme, ses ressources et ses Farrell. Tout ça dans la même époque et dans le même espace, à quelques kilomètres près.

Cela donne lieu à quelques scènes assez magiques, à la fois sauvages et urbaines. Notamment lorsque plusieurs membres du clan Farrell descendent à toute vitesse de leur montagne en quad et pénètrent dans un supermarché de la ville, toujours sur leurs engins, afin de se servir allègrement. Et quel plaisir de revoir le barbu Ryan Hurst monter sur un bolide.

Contrairement à d’autres séries, souvent cantonnées à un univers précis, obligées de se dérouler dans un décor unique, Outsiders permet de jongler entre deux mondes que tout oppose. Ainsi, la série suit tantôt un dealer de drogues un peu loser à la manière de Breaking Bad, tout en montrant une tribu festoyant autour d’un bon gibier et d’un feu de camp façon Vikings.

Rien d’étonnant quand on sait que Ryan Hurst présentait la série en disant : "C’est Mad Max qui rencontre La Petite Maison dans la Prairie". C’est aussi ce que la série questionne plus en profondeur. Savoir si l’on peut encore, dans nos sociétés capitalistes industrialisées, faire autrement, vivre différemment... si le new way of life est encore possible.

Note : 2,5/5

Par Robin Fougassié, publié le 04/02/2016

Copié

Pour vous :