© FX

La gendarmerie canadienne blâme Sons of Anarchy pour la montée en puissance de gangs de bikers

Les groupes de motards sont de plus en plus nombreux en Nouvelle-Écosse.

© FX

Avec la mort de Jackson Teller, on pensait que la tribu des SAMCRO et le garage Teller-Morrow avaient définitivement fermé leurs portes. En réalité, la fin de Sons of Anarchy est loin d'avoir sonné le glas pour la culture des bikers. Au Canada, la police fédérale rencontre des difficultés pour gérer la montée en puissance de gangs de motards dans la province maritime de la Nouvelle-Écosse, où on dénombre 100 à 200 nouveaux groupes d'amateurs du bitume, selon les chiffres de la GRC (Gendarmerie royale du Canada).

Publicité

Les autorités locales pointent du doigt l'influence de la série signée Kurt Sutter, qui a été diffusée entre 2008 et 2014. L'intensification des bandes de bikers s'explique peut-être en partie par l'arrivée de Mayans MC, le spin-off de Sons of Anarchy dont le pilote sera diffusé le 4 septembre prochain sur FX. "Je peux vous assurer que c'est en train de grossir depuis la série phénomène Sons of Anarchy", condamne le chef de la police de la Nouvelle-Écosse, Scott Morrison, lors d'une présentation devant les autorités fédérales rapportée par The Wrap.

Le gardien de la paix reproche à la série de créer une forme d'engouement social et d'idolâtrie, dans le sens où plusieurs individus se prennent d'affection pour ce mode de vie nomade et tentent de former une fraternité digne de SAMCRO. "Les gens regardent le show et se disent : 'Oh, c'est un mode de vie séduisant', poursuit Scott Morrison dans son rapport. Ils se font de l'argent en conduisant des motos sans rencontrer le moindre problème. Mais de l'autre côté, ces individus génèrent des mouvements de violence et des violations de domiciles qui sont beaucoup moins attractifs."

Pourtant, le gang des Teller est né dans la ville fictive de Charming, en Californie, soit à des kilomètres de la côte Atlantique canadienne. Par ailleurs, les célèbres Hells Angels vont fêter leur 35e anniversaire cette année, ce qui peut potentiellement expliquer cet engouement pour les deux-roues et l'asphalte. De plus, les gangs de la Nouvelle-Écosse agiraient principalement dans le but de supporter et accroître la notoriété de ce groupe emblématique de la culture biker. De l'autre côté de l'océan, Gomorra avait subi des reproches similaires après l'explosion des baby gangs napolitains en Italie. À quand l'épisode de Capital sur le rapprochement entre les séries et la thug life ?

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 19/07/2018

Copié

Pour vous :