Quantico, une série sous influences

La rentrée des séries se poursuit avec le lancement de nouveaux pilotes quasiment chaque jour sur les chaînes américaines. Quantico a-t-elle tenu ses promesses ?

Elle faisait partie des 10 séries attendues de la rentrée. La série prend pour nom le QG du FBI situé en Virginie, où les recrues sont entraînées avant d'intégrer les rangs de la fameuse organisation.

Première scène : l'une des apprentis agents, Alex Parrish (Priyanka Chopra), reprend connaissance à New York, au milieu du pire attentat commis sur le sol américain depuis le 11 septembre. Elle est rapidement accusée d'être le terroriste derrière cette attaque. Parallèlement, des flashbacks reviennent neuf mois plus tôt, quand la jeune femme a débuté son entrainement à Quantico parmi ses petits camarades. Si ce n'est pas elle la coupable, c'est l'un d'eux. 

Publicité

Joshua Safran, l'homme derrière ce pitch accrocheur entre How to get away with murder et Homeland, ne cache pas son admiration pour Shonda Rhimes, la toute puissante showrunneuse qui anime les soirées du jeudi sur ABC avec ses trois hits.

Comme dans Grey's Anatomy (Meredith et Derek), Alex couche avec un homme qu'elle retrouvera, toute étonnée, dans sa formation quelques heures plus tard. Comme dans How to get away with murder, de jeunes gens venus d'univers très différents apprennent à se connaître dans le cadre d'une classe ultra-compétitive. Ils possèdent tous des secrets inavouables, révélés en partie dans le pilote d'une redoutable efficacité. Enfin, comme dans Scandal, la politique et autres sujets sérieux comme le terrorisme sont affleurés.

Publicité

Dans l'ombre de Shonda Rhimes

quantico

Impossible aussi de ne pas évoquer Homeland, la série la plus parano du petit écran US depuis la fin de 24 heures chrono. Et pourtant, sans renier toutes ces inspirations, Joshua Safran, ancien scénariste sur Gossip Girl et Smash, évoque un autre modèle qu'il ne cesse de poursuivre, celui de Buffy contre les vampiresQuantico ne croule-t-elle pas sous le trop plein de références ? Il faudra donner au show encore quelques épisodes avant de se prononcer.

L'intrigue du pilote titille l'intérêt mais à ce stade, les défauts et qualités de Quantico renvoient immanquablement aux séries estampillées Shonda Rhimes. Les ficelles sont grosses, les rebondissements spectaculaires et les flashbacks incessants. Pas le temps de respirer, une nouvelle situation vient changer la donne. Il s'agit de garder le téléspectateur sur la chaîne. On peut choisir de mordre, ou pas, à cet hameçon un peu agressif.

Publicité

Note : 3/5, un des meilleurs divertissements grand public de la rentrée des networks américains, qui doit s'affranchir de l'écrasant modèle Shonda Rhimes pour trouver un ton plus personnel. 

Par Marion Olité, publié le 30/09/2015

Copié

Pour vous :