© The CW/Netflix

Lili Reinhart, alias Betty de Riverdale, s’exprime sans détour sur le body-shaming dont elle est victime

Après une scène dénudée dans la série, l’actrice de 21 ans a encore subi la pression des body-shamers.

© The CW/Netflix

Les fans assidus de Riverdale, le teen drama qui cartonne sur Netflix à l’international, ne sont pas sans savoir que Betty, son héroïne à la crinière blonde, possède une sorte de deuxième personnalité que les autres personnages s’amusent à appeler "Dark Betty". Dernièrement, son alter ego a fait des siennes dans une scène en particulier, où la jeune lycéenne est amenée à se déshabiller sur une estrade devant tous les clients d’un bar miteux (ça a plus de sens dans le contexte du show, vous vous en doutez).

Publicité

Malheureusement pour Lili Reinhart, son interprète, ce passage en lingerie fine lui aura valu l’attention clairement non désirée des grossophobes. En effet, plusieurs usagers des réseaux sociaux ont partagé un montage où l’on voit Betty en sous-vêtements d’un côté, et la mannequin des catalogues vêtue du même ensemble de lingerie de l’autre. Les silhouettes des jeunes femmes ne sont pas les mêmes, et certains internautes n’ont pas hésité à le faire remarquer, avec plus ou moins de désobligeance.

Lassée d’être victime de body-shaming et de répondre à ce diktat de la beauté résolument toxique, l’actrice de Riverdale a pris la parole dans un post Tumblr bien senti :

Publicité

Traduction : "Alors.

J’ai vu cette image partout sur mon Instagram pendant ces deux dernières semaines, avec des légendes comme 'Lili vs. la mannequin', 'Qui l’a mieux porté ?' ou encore 'Laquelle est la plus sexy ?'. Ça a été plutôt difficile d’éviter ça et je pense qu’il est temps que je dise enfin quelque chose à ce propos.

Ça me déçoit. Cette photo est postée par des comptes de fans. Les mêmes comptes de fans qui adorent parler des amitiés géniales entre les filles du show, de girl power, du féminisme inspirant de Veronica, de body-positivisme, et j’en passe. Et c’est la connerie la plus hypocrite que j’ai jamais vue.

Ceci est un sondage. Une compétition. Une comparaison entre deux corps. C’est un terreau de jugements et de négativité. 'Betty est grosse', 'Cette tenue ne la met pas en valeur', 'La mannequin le porte largement mieux'. C’est la manière parfaite de nourrir cette idée insensée que c’est normal de placer deux femmes sur un piédestal pour les comparer.

Je me suis demandé tellement de fois comment on pouvait apprendre à aimer notre corps. Comment en tant que société, publiquement comme dans la vie privée, pouvons-nous accepter que tout corps est magnifique et qu’il ne devrait pas y avoir de type de corps considéré comme mieux qu’un autre ? C’est si facile de dire qu’on doit accepter nos formes, que tout le monde est beau. Mais devoir le mettre en pratique, c’est tout de suite plus compliqué. C’est facile de convaincre les autres qu’on pense de cette façon, mais ça ne veut rien dire si vous n’y croyez pas réellement.

Je n’ai pas le corps de cette mannequin. J’en ai pleinement conscience. Je n’ai pas de 'thigh gap', ni de bras ou d’abdos dessinés. Je ne suis pas cette femme, et que personne ne me dise que je dois lui ressembler. Et les gens qui commentent cette photo et donnent leur avis… sont ceux qui se comparent eux-mêmes au mannequin également. C’est tellement facile de souligner les 'défauts' des autres, pas vrai ? Parce que ça nous fait nous sentir mieux vis-à-vis de nous-mêmes quant à nos complexes.

Ça me dérange de voir toutes ces jeunes femmes qui se proclament féministes participer à quelque chose qui en est l’exact opposé. À vous, je vous le dis : vous êtes le problème, vous comprenez ? Vous encouragez l’idée que cette mannequin représente ce à quoi toute femme devrait ressembler et que ce n’est pas acceptable de ressembler à quoi que ce soit d’autre.

C’est pour ça que les troubles alimentaires existent. C’est pour ça que les jeunes adolescentes se suicident à cause de leurs problèmes d’image. C’est pour ça que les gens tombent dans la dysmorphophobie. C’est pour ça qu’il n’y a clairement pas assez de mannequins grande taille dans l’industrie. J’espère que tout ça va vous faire réfléchir avant de ressentir le besoin de commenter le poids ou l’apparence d’une autre femme à l’avenir."

Par Florian Ques, publié le 27/12/2017

Copié

Pour vous :