© Netflix

Les batailles d’ego se succèdent à Riverdale dans un épisode (littéralement) musclé

Aujourd’hui dans la petite ville de Riverdale : est-ce légitime pour une mineure friquée de devenir cam girl sans aucune raison valable ?

© Netflix

Cette semaine, c’est jour de fête à Riverdale ! Un carrousel so vintage est installé, les familles se pointent accompagnées de leurs sales gosses et, probablement le détail le plus important, Penelope Blossom croque dans une pomme d’amour de la manière la plus suggestive qui soit. Pickens Day, célébration purement fictive créée par et pour la série, est l’occasion de faire honneur aux membres fondateurs de Riverdale qui, comme dans beaucoup (trop) de cas, s’avèrent finalement être des meurtriers de masse, racistes par-dessus le marché.

Publicité

Mais ça, on ne l’aurait jamais découvert sans Jughead, qui semble vriller totalement et se découvre une vocation de social justice warrior après une longue discussion avec le grand-père de Toni. Celui-ci apprend à notre lycéen au bonnet qu’Augustus Pickens, l’homme sans qui la bourgade de Riverdale ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui, a massacré des centaines de membres de la tribu Uktena. Si cette dernière n’existe également qu’à l’écran, on comprend surtout que c’est une énième répétition de l’histoire états-unienne où des Blancs mal intentionnés ont éradiqué des Indiens d’Amérique pour leur territoire.

© Netflix

Tout le gang des Serpents représente donc l’ultime trace de cette tribu et, menés par un Jughead remonté (si si, il a plusieurs fois gonflé ses narines d’énervement), les élèves de l’ex-Southside High organisent une manifestation pour lutter contre la mascarade qu’est Pickens Day. Ça fonctionne globalement bien, jusqu’à ce que le Nicolas Sarkozy de Riverdale (c’est désormais comme ça qu’on désignera Hiram Lodge, aussi bien pour sa taille que pour son ego) balance un speech pour calmer le jeu. Et également faire la promo OKLM de son projet immobilier, dont on ne sait au final pas grand-chose.

Publicité

En parlant de Hiram, ce type est partout. Car oui, en plus d’être le maître de Pickens Day et de mijoter des plans machiavéliques avec sa femme et la mairesse, papa Lodge trouve le temps de se rendre au lycée de sa fille pour s’improviser coach de lutte. C’est d’ailleurs grâce à ce sport carrément homoérotique (en 2018, il est temps d’arrêter de prétendre le contraire) qu’Archie espère se rapprocher de lui. Pour Veronica, mais surtout pour faire plaisir à l’agent Adams qui risque peut-être de lui offrir une place à l’académie de Quantico d’ici à la fin de la saison. Après tout, why not, tout est possible à Riverdale.

Notre rouquin de service enfile donc sa tenue de lutteur en Lycra bien moulante et donne tout sur le tatami du gymnase dans l’espoir de gagner l’approbation du daron des Lodge. Mais son plan pourtant si bien échafaudé (non) fonctionne moyen, étant donné que Hiram méprise Archie pour la simple et bonne raison que son père a osé fricoter avec sa chère Hermione pendant qu’il était derrière les barreaux. Le bon côté des choses, c’est que cette session de lutte gréco-romaine est l’occasion de voir Chuck Clayton, alias l’ex-ambassadeur du slut-shaming de l’école, exhiber ses muscles devant nos yeux ébahis. En clair, le baromètre de testostérone a explosé devant tant d’abdos (et de masculinité fragile, avouons-le).

© Netflix

Publicité

Bon, et Betty dans tout ça ? La jolie blonde continue de vouloir faire une place à Chic, son nouveau frère dont on apprend que le gagne-pain consiste à faire des cam shows devant des inconnus. Alors quand son ancien proprio décide de balancer toutes ses affaires personnelles à la rue, Chic se voit désemparé. Heureusement, Betty vole à sa rescousse et, plutôt que de le motiver à trouver un autre moyen moins gênant pour se faire de la thune, lui offre son ancien ordinateur. Comme ça, il pourra continuer à remuer ses petites fesses devant des sexagénaires libidineux.

Mais ça ne s’arrête pas là puisque Betty et Chic réalisent qu’ils ont pas mal de choses en commun, à commencer par leur manie de s’enfoncer gravement les ongles dans la paume des mains lorsqu’ils sont en colère. Ouais, bon, on a vu mieux pour se rapprocher de sa famille. Tout ça ne plaît pas du tout à papa Cooper, qui le déglingue totalement lors de Pickens Day et va jusqu’à balancer à son épouse, en parlant de Chic : "He has to go, Alice, and you know damn well why" ("Il doit dégager, Alice, et tu sais très bien pourquoi"). Se pourrait-il que Hal ne soit pas le père de Chic ? Et que, par le plus grand des hasards, un certain FP Jones puisse être son véritable géniteur ? Le drama continue, et on est là pour ça.

Ailleurs à Riverdale

Publicité

  • On est d’accord pour dire que Jughead a vandalisé la statue d’Augustus Pickens, hein ? Après tout, à partir du moment où il est capable d’arracher la peau de Penny Peabody pour un vulgaire tatouage, tout est possible.
  • Chic est-il réellement en train de faire un tuto à Betty sur la meilleure manière de devenir cam girl ? Alors qu’elle n’a que 16 ans ? Clairement, personne à Riverdale n’a regardé Hot Girls Wanted : Turned On sur Netflix.
  • Concernant la reconfiguration des Pussycats, on se positionne plutôt #TeamVeronica ou #TeamJosie ?
  • Penelope Blossom propose à Hal Cooper de partager un dessert. Par dessert, on est bien d’accord qu’elle sous-entend de sérieuses faveurs sexuelles ?
  • Concernant l’agent Adams, sommes-nous certains qu’il existe réellement ? Riverdale pourrait nous faire une Fight Club et ce prétendu employé du FBI serait en fait imaginé par Archie, qui a vraisemblablement viré du mauvais côté depuis sa rencontre avec le Black Hood.

Riverdale est diffusée chaque semaine sur Netflix en US+24 dans notre Hexagone.

Par Florian Ques, publié le 26/01/2018

Copié

Pour vous :