Roadies, la série musicale "feel good" de Cameron Crowe

Cameron Crowe, le réalisateur de Presque célèbre, s'intéresse de nouveau à l'industrie musicale avec sa toute première série, Roadies, qui débute sur Showtime le 26 juin. 

Avant d'être le cinéaste de Jerry Maguire, Vanilla Sky ou Presque célèbre, Cameron Crowe a débuté sa carrière en tant que journaliste pour le magazine Rolling Stone. Sa première grosse story l'a conduit à accompagner le groupe The Allman Brothers Band en tournée pendant trois semaines. C'est là qu'il tombe sous le charme des roadies, surnom donné aux techniciens qui œuvrent en coulisses avant l'arrivée des groupes.

Publicité

Cette tendresse pour le "road crew" ne l'a jamais quitté. Après le film semi-autobiographique Presque célèbre (2000), inspiré par ses premiers pas de jeune journaliste émerveillé, Cameron Crowe revient seize ans plus tard déclarer son amour aux roadies.

Cette série tendre et bavarde suit une équipe de techniciens, chargée de la logistique sur les concerts du groupe The Staton-House Band. Parmi eux, les deux boss, Bill (Luke Wilson) et Shelli (Carla Gugino) forment un couple de professionnels attachant, passionnés par leur métier mais quelque peu désabusés par les années d'effort et les sacrifices qu'il demande. Il y a évidemment anguille sous roche entre ces deux-là, qui passent leur temps à se chercher, façon jeu du chat et de la souris.

Les faiseurs de l'ombre

Imogen Poots as Kelly Ann in Roadies (Pilot).- Photo: Katie Yu/SHOWTIME - Photo ID: Roadies_101Pilot_0969

© Katie Yu/Showtime

Publicité

Les jeunes techniciens sont aussi mis en avant, en particulier à travers le personnage de Kelly Ann (l'excellente Imogen Poots, vue dans Green Room et le dernier Terrence Malick, Knight of Cups). La jeune femme a perdu le feeling avec les musicos du Staton-House Band, et hésite à quitter le crew pour reprendre des études.

Visage angélique et casque sur les oreilles, elle nous balade en skate à travers les coulisses de la scène. Les plans qui suivent ses déambulations entre les caissons, les projecteurs et les loges figurent parmi les plus réussis du pilote.

Si on prend plaisir à suivre les hésitations amoureuses et professionnelles de tous ces mélomanes, ce pilote manque en revanche de vision claire pour la suite. Un peu comme Vinyl, récemment annulée par HBORoadies parvient facilement à nous embarquer dans son univers, et Cameron Crowe à nous communiquer son amour pour la musique et tous ceux qui la font.

Publicité

Mais en dehors de l'arrivée d'un businessman mandaté pour rationaliser les coûts (saleté de monde moderne où le profit bouffe tout !), les enjeux dramatiques sont pour le moment plutôt faibles.

Il faudra alors se laisser séduire par l'ambiance "feel good" de cette série cocon, où les personnages les plus potentiellement maléfiques sont un Anglais à l'accent british "so cute" et une groupie trop enthousiaste, qui agit comme un miroir de la Penny Lane de Presque Célèbre. Le cynisme n'a pas sa place dans l'œuvre de Cameron Crowe et c'est assez reposant.

Par Marion Olité, publié le 24/06/2016

Pour vous :