La saison 2 de Galavant en sept chansons déjà cultes

Ça y est. La saison 2 de Galavant, c'est fini. Pour se remonter le moral, on a fait une petite sélection de ses meilleures chansons.

JOSHUA SASSE, TIMOTHY OMUNDSON, SIMON CALLOW

Cette année encore, le Moyen Âge avait rendez-vous avec Broadway. Entre Valencia et Hortensia, les numéros musicaux ont rythmé cette deuxième salve d'épisodes de Galavant. Avec toujours autant de fraîcheur et d'humour, chansons et chorégraphies se sont enchaînées dans un ballet sans faux pas.

Publicité

Rien d'étonnant quand on sait que c'est à Alan Menken, le compositeur de nombreux films Disney (Raiponce, La Belle et la Bête), que l'on doit ces merveilleux morceaux. Qu'il a été dur de n'en choisir que sept dans la trentaine que comptait cette saison 2. Attention, spoilers !

On commence avec une invitée de marque, Reine parmi les Queens, la pétillante Kylie Minogue a fait un arrêt dans la Forêt Enchantée. Tenancière d'un club gay, elle jette son dévolu sur Galavant, ou plutôt sur son torse viril, et lui ordonne de faire tomber la chemise.

Off with his shirt, une ode aux pectoraux qui rappelle inévitablement la cultissime It's raining men des Weather Girls.

Publicité

Mais Galavant, ça n'est pas que de la gaudriole et des invités de marque. Que nenni. Elle sait aussi merveilleusement bien parler d'amuuuuuur. Attention, pas le cliché habituel du premier baiser inoubliable avec des étincelles dans les yeux et des arc-en-ciel qui sortent des oreilles.

Ici, lorsque le preux chevalier roule un patin à sa princesse, c'est beau, mais il y a comme un léger malaise. "Trop mouillé", "trop de dents"...

Publicité

Autre exemple de la virtuosité avec laquelle Galavant mêle romance et humour, la sérénade Maybe you won't die alone est une tentative désespérée de notre héros pour inciter Richard et Roberta à conclure.

Ce dernier, encore puceau, est pétrifié et empoté. On dit que la musique adoucit les mœurs, pas sûr qu'elle parvienne à libérer celles de notre bon roi.

Publicité

Quelqu'un a commandé un pitoyable concours de testostérone ? Richard et Galavant se disputent et se liguent, chacun de leur côté, avec deux bandes rivales : les Nains et les Géants. Roberta, la voix de la raison, tente de leur ouvrir les yeux sur l'absurdité d'un tel affrontement... ils font tous la même taille !

Un numéro de music-hall dans la prairie auquel se joint l'acteur Nick Frost, dans la peau du chef des Géants. Ça vous rappelle West Side Story et sa guéguerre entre les Jets et les Sharks ? C'est normal.

Deux femmes au tempérament bien trempé qui s'affrontent, ça donne quoi ? Ça donne I Don't Like You, un morceau inspiré des Princess Rap Battles, ces vidéos dans lesquelles des princesses Disney se mettent la misère à coups de flows de hip hop et de répliques incendiaires.

On partage la joie de Gareth : "J'attends ça depuis deux saisons !".

On prend des nouvelles de Richard qui a enfin conclu avec Roberta. Les deux tourtereaux l'ont fait et ils entendent bien partager la nouvelle. Et tant qu'à faire, autant le chanter façon Grease avec, Finally, un gros clin d'œil à la célèbre Summer Nights autrefois interprétée par John Travolta et Olivia Newton-John.

À bien des égards, la saison 2 de Galavant a surpassé la première. Avec une écriture toujours aussi fine et des vannes qui font mouche, elle a aussi et surtout permis au personnage de Richard d'entrer dans la lumière.

Atout incontestable de la série, interprété par le merveilleux Timothy Omundson, l'ancien tyran et ennemi juré de notre chevalier amoureux s'est mué en un aventurier gauche mais touchant. Le héros de cette saison 2, c'était lui.

Et c'est avec cette touchante chanson, dans laquelle il converse avec l'enfant qu'il était, que Richard confirme l'évidence. Il est le personnage qui a le plus évolué de la série et c'est sans doute aussi le plus complexe.

Mélancolique, il se souvient des rêves qu'il avait autrefois : "Deviendrai-je un héros ? Vais-je marier la fille que j'aime ? Est-ce que je toucherai un jour des seins ?".

Cette chanson, et plus largement la saison toute entière, est la manifestation de l'amour que portent les scénaristes de Galavant à Richard. Délaissant un peu leur héros beau et courageux, ils ont misé sur le sympathique et attendrissant loser qui ne demande qu'à être aimé.

Par Delphine Rivet, publié le 04/02/2016

Copié

Pour vous :