Marvel

La série animée Deadpool ne sera pas… du coup Donald Glover balance le script sur Twitter

La star et le créateur d’Atlanta, dont le projet vient d’être étouffé dans l’œuf, répond en dévoilant un faux script avec de vrais morceaux de vengeance dedans ! Savoureux.

© Marvel/Disney

C’est la dure loi de la télévision. Certains pilotes sont commandés pour être filmés et deviennent des séries, d’autres passent à la trappe. Celui de la série animée Deadpool, qui devait être coécrite par Donald Glover et son frère Stephen, n’aura pas eu les faveurs de la chaîne FXX pour cause, disait le communiqué officiel, de "différends créatifs". Il a même été avancé, pendant un temps, que l’agenda bien rempli du chanteur, qui est aussi acteur et scénariste sur Atlanta, était un obstacle à ce projet.

Publicité

Mais l’intéressé a tenu à répondre, et ce, de la meilleure des façons. D’abord, il a souhaité donner "sa" vérité :

"Pour info : je n’étais pas trop débordé pour bosser sur Deadpool".

Publicité

Ensuite, il a fait chauffer son compte Twitter en partageant, dans un thread, ce qu’aurait pu être cette série animée Deadpool. Et spoiler, c’est du génie. Sur une quinzaine de tweets, le voilà donc qui balance, page après page, le script du final. Un épisode qui, on l’imagine, a été écrit en réaction à l’annulation.

Entre deux dialogues (ou plutôt "soliloques", notre super-héros à tendance à aimer s’écouter parler), Glover invoque toutes sortes de références à l’actu, comme la survie du dernier rhinocéros blanc mâle, Sudan (lequel a été abattu par des braconniers entre-temps), la folie Bitcoin ou encore la récente controverse qui touche Facebook.

Publicité

Plus tendu encore, des répliques au vitriol et terriblement méta sur Marvel et la chaîne qui devait commander le fameux script. Son héros désespère et s’interroge sur les raisons qui lui ont valu l’annulation :

"Tous les scénaristes étaient noirs. Et les références étaient plutôt noires aussi. J’ai entendu dire qu’ils ont explosé le budget traiteur en commandant de la bouffe jamaïcaine au moins une fois par semaine."

Publicité

Quant à la Maison des Idées, elle en prend aussi pour son grade : "Tout ce que j’ai dit, c’est que Marvel essayait de vendre des jouets à des gamins de 7 ans et à des pédophiles de 50 ans". BIM. Ce script a beau être une invention de Donald Glover pour avoir le dernier mot sur cette affaire, il montre tout de même ses indéniables talents de scénariste et nous fait surtout regretter que ce projet n’ait jamais vu le jour.

Par Delphine Rivet, publié le 29/03/2018

Copié

Pour vous :