Channel Zero se la joue American Horror Story dans une série de teasers creepy

Au programme de cette saison : une série de disparitions, du cannibalisme, un monstre à cornes de cerf et un boucher vengeur.

Après le cauchemar arty et envoûtant de No-End House, Channel Zero reviendra en 2018 pour une nouvelle creepypasta des familles. La saison 3, baptisée Butcher’s Block, commence doucement mais sûrement à se dévoiler à travers une série de teasers tous plus flippants les uns que les autres. Une technique de communication qui n’est pas sans rappeler le teasing de la saison 7 d’American Horror Story, où une nouvelle bande-annonce sortait chaque semaine afin de brouiller les pistes concernant la thématique horrifique de l’année.

Publicité

Après un premier trailer occulte, la saison 3 apparaît bien plus violente que Candle Cove et No-End House, qui jouaient sur les illusions, l’imaginaire et l’enfance pour nous glacer le sang. Dans les teasers, on voit notamment des scènes de torture, des insectes, du poison, un monstre à cornes de cerf, des jeunes filles pendues, des images subliminales de cannibalisme… Bref, des éléments qui font plutôt référence à l’esprit névrosé et l’atmosphère glauque pensée par Ryan Murphy dans son bébé American Horror Story.

L’intrigue de Butcher’s Block semble toujours aussi perchée, sordide et donc jouissive que les deux précédentes creepypastas. On y suit l’enquête d’Alice Woods, une jeune femme dévouée aux plus démunis, dont sa sœur Zoe, atteinte de schizophrénie. Fraîchement débarquées dans une nouvelle ville, les deux frangines découvrent une bourgade mystérieuse et hantée par le souvenir de Rutger Hauer, un magnat de la viande disparu dans les années 1950 après le meurtre de ses filles.

Intriguées par cette affaire, Alice et Zoe décident de mener leur propre investigation avec l’aide de l’officière de police Louise, une ancienne journaliste passionnée par la taxidermie. En creusant, le trio va découvrir une série de disparitions toutes plus inquiétantes les unes que les autres qui les conduiront à redéfinir les frontières du réel. Une fois encore, on ne sortira pas indemne de Channel Zero.

Publicité

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 20/12/2017

Copié

Pour vous :