À l'origine, Stranger Things aurait dû être une série beaucoup plus violente

Les frères Duffer avaient imaginé une version plus sanglante de Stranger Things dans laquelle Eleven utilisait ses pouvoirs pour massacrer des gens.

eleven

Les seules gouttes de sang aperçues dans la saison 1 de Stranger Things coulaient du nez d'Eleven lorsqu'elle utilisait ses pouvoirs. La plupart du temps, la violence du show fantastique de Netflix était sous-entendue, ou alors la série proposait des scènes équivalentes à des visions cauchemardesques, comme la découverte du cadavre de Barb dans le Monde à l'envers. Après tout, il n'aurait pas été du goût de tous les spectateurs de voir des kids souffrir et se faire découper en deux par le Demogorgon, surtout dans une série divertissante et grand public.

Publicité

Si Stranger Things comprend à certains moments des séquences "choquantes" (répugnantes ou effrayantes conviendraient mieux), elle ne dépasse jamais la limite. Pourtant, les frères Duffer voyaient au départ le personnage d'Eleven comme une brute épaisse capable de tuer des gens de sang-froid. "Le personnage d'Eleven, sa palette de pouvoirs, sa jeunesse… c'était violent — elle n'est pas E.T, raconte Ross Duffer à Vulture. Ce n'est pas une situation heureuse. Elle tue des gens, sauvagement."

Une Joyce bien plus vulgaire

Et son frère Matt d'ajouter : "Le pilote d'origine était beaucoup plus violent. Il n'était pas loin d'être classé 'R-rated'. Le personnage de Winona Ryder s'exprimait genre 'et merde ! Fait chier !' Je trouvais ça inutile. Je n'ai pas le sentiment que nous ayons sacrifié quelque chose en atténuant quelque peu la violence."

Pour rappel, aux États-Unis, une œuvre classée "R-rated" est interdite aux mineurs (adolescents de moins de 17 ans) non accompagnés par des adultes. Avec cette mention, les spectateurs doivent s'attendre à un langage cru et vulgaire, ainsi qu'à des scènes récurrentes de violence ou de nudité.

Publicité

Même si Stranger Things reste relativement accessible, elle présente un univers sinistre dont le caractère inquiétant devrait s'amplifier en saison 2. Pas d'inquiétude toutefois, Eleven continuera à croquer dans ses gaufres tandis que nous nous délecterons d'un bon pop-corn entre ami(e)s en binge-watchant la saison 2. Et ce, sans hurler au scandale comme pour The Walking Dead.

Par Adrien Delage, publié le 23/01/2017

Copié

Pour vous :