TABOO — « Episode 1 » (Airs Tuesday, January 10, 10:00 pm/ep) — Pictured: Tom Hardy as James Keziah Delaney. CR: Robert Viglasky/FX

Pourquoi Taboo est la série la plus noire du moment

Il ne s'agit pas uniquement des yeux de corneille de Tom Hardy. Attention, spoilers.

TABOO -- "Episode 1" (Airs Tuesday, January 10, 10:00 pm/ep) -- Pictured: Tom Hardy as James Keziah Delaney. CR: Robert Viglasky/FX

©️ BBC/FX

Meurtre, violence envers les femmes, exorcisme, inceste... Il s'en passe de belles autour de James Keziah Delaney, le personnage principal de Taboo incarné par Tom Hardy. Il faut dire que le gaillard évolue dans un Londres du XIXe siècle sale, pouilleux et dangereux au possible. James est aussi englué dans la boue des docks que dans cette guerre quotidienne pour l'exploitation d'un bout de terre, situé à la frontière du Canada et des États-Unis. Le Prince régent, les Américains et la Compagnie britannique des Indes orientales redoublent de manigances et de coups bas pour tenter d'éliminer l'héritier de l'équation.

Publicité

De fait, la violence surgit souvent de manière inattendue dans Taboo. Le décor et les personnages sans foi ni loi de la série y sont pour quelque chose, ainsi que les enjeux politiques et économiques qui entourent la baie de Nootka, point commercial ultralucratif. Pour s'en emparer, les protagonistes ne reculent devant rien. À travers leurs états d'âme, leur comportement et leur parcours, la série explore des sujets aussi tabous que l'inceste ou en lien avec le contexte de l'époque, l'esclavagisme en tête. Des thématiques qui font sans aucun doute de Taboo l'une des séries les plus noires du moment.

American Taboo Story

Prenez l'ambiance malaisante de la première saison de True Detective, ajoutez un antihéros aussi révolté qu'Heisenberg et mélangez avec une pincée d'horreur façon American Horror Story. Vous obtiendrez les grandes lignes Taboo. Le Tom Hardy show ne nous embarque pas dans la Louisiane profonde mais dans les recoins les plus reculés de Londres. À l'époque, la capitale britannique est frappée par une recrudescence de la pauvreté, la propagation de maladies comme le choléra et le prince George instaure une politique protectionniste intransigeante pour tenter de régler les dettes considérables du pays.

S'ajoute à ça l'augmentation des taxes, la crise industrielle et la prohibition (les Corn Laws notamment) qui engendrent une véritable guerre des classes au sein de la Grande-Bretagne. Les plus riches entreprises s'engraissent, symbolisées dans la série par la Compagnie britannique des Indes orientales, sorte de GAFA du XIXe siècle, plus opulentes qu'un pays. Les scénaristes de Taboo ont repris tous ces éléments historiques, parfois fidèlement comme l'épidémie de choléra, pour en faire un tableau représentatif de ce Londres décadent et ruiné. En clair, la série ne laisse aucune place à l'humour et se prend très trop au sérieux.

Publicité

taboue

Embourbé jusqu'au cou, bienvenue dans "TaBoue". (©️ FX/BBC)

Les deux réalisateurs du show et Mark Patten, le directeur de la photographie, exposent cette capitale anglaise lugubre au spectateur. Les plans de Taboo, d'une beauté poétiquement macabre, décrivent une noirceur plus intense à chaque épisode. Tout comme dans Marvel's Daredevil (et même avec le meilleur des Retina), il faut maximiser la luminosité de l'écran et passer la scène au ralenti pour profiter de chaque détail.

La plupart des scènes se passent en extérieur, de nuit ou dans des bâtisses obscures. Certains lieux, comme les quais de la ville ou la cave de James, qui se retrouve inondée quand la marée monte, renforcent ce sentiment de fétidité. Les réalisateurs de la série utilisent régulièrement les jeux d'ombre et de lumière, mais l'éclat est désagréable, maussade, étouffant. C'est comme s'ils cherchaient à symboliser à l'écran le désespoir qui traverse la série, aveuglé par les nuages de colère desquels James est prisonnier.

Publicité

Delaney est un antihéros morne et mélancolique hanté par son passé belliqueux en Afrique. Tom Hardy traduit à merveille ce personnage ravagé par la guerre et bien décidé à récupérer son dû, à savoir l'héritage fructueux de son défunt père. Il grogne, arrache le cœur de ses victimes et manifeste des tendances cannibales. Surtout, il ne prend jamais le temps de sourire ou de se féliciter de faire tourner en bourrique ses adversaires. Pire, il enchaîne constamment les catastrophes et symbolise l'exact opposé du rêve américain, même si ses espoirs de réussite sont tournés vers l'Oncle Sam et le territoire de Nootka.

Dans cette ville insalubre, James fait la rencontre de personnages miteux. Teneuse de bordel, mercenaires de petite fortune, orphelins abandonnés... On est pleinement embarqués dans cette vision crue et mature des romans de Charles Dickens. Aucun des protagonistes de la série n'incarne une sorte de lumière au bout du tunnel pour Delaney. Car même l'amour, sentiment qui pourrait le sauver, est un sacrilège : James aime sa propre sœur d'un amour interdit par la bien-pensance et les conventions de la société.

Quand Taboo s'attaque au plus gênant des tabous

Seulement sous-entendue dans les premiers épisodes, la thématique de l'inceste a subitement pris de l'ampleur dans la série avec l'épisode 6. La faute à une scène particulièrement choquante où le frère et la sœur couchent ensemble de manière, disons-le franchement, bestiale. Comme son titre l'indique, le show n'a pas peur de s'attaquer aux sujets interdits ni même de les brandir devant le spectateur. À l'ultraviolence de The Walking Dead, Taboo a préféré la violation du sacro-saint.

Publicité

Avec l'explosion de Game of Thrones, l'inceste dans les séries est devenue un sujet récurrent. Dans la série d'heroic fantasy, on trouve le couple formé par Cersei et Jaime par exemple, ou encore Daenerys qui est le fruit de deux parents issus d'une même famille. Les Cody d'Animal Kingdom, les mafieux de Boardwalk Empire et American Horror Story ont eux aussi inséré dans leur intrigue une relation interdite. Mais pourquoi l'inceste fascine tant le petit écran ?

aboobed

On vous laisse imaginer la suite. (©️ FX/BBC)

Probablement car c'est une partie de la sexualité qui apparaît le moins souvent dans les séries. Généralement, l'amour est une notion propre, joyeuse, qui mène vers le chemin de la vertu. Dans Taboo, c'est complètement l'inverse. Zilpha est prête à tuer pour pouvoir coucher avec son frère, tandis que James est en partie revenu à Londres pour la reconquérir. Il n'y a rien de sain dans cette relation qui les pousse à devenir esclaves de leurs pulsions. D'ailleurs, le plaisir qu'en retire James est rapidement atténué par les flashbacks de la sorcière africaine qui continue de le hanter, comme si sa conscience venait le condamner pour cet acte contre-nature.

Ensuite, parce que les spectateurs se mettent à la place des personnages et s'en retrouvent dégoûtés. Si l'on compare avec la violence de The Walking Dead, autre sujet choquant, les fans du show zombiesque ont une forme de "compréhension", un niveau de tolérance quant à l'utilisation de la violence. Ils s'imaginent dans le contexte auquel font face les survivants : le monde a été ravagé par l'épidémie zombie, la civilisation retourne à un état primitif ainsi qu'aux besoins primaires des Hommes. Ainsi, il apparaît une forme de pardon, de consentement que le groupe de Rick finisse par tuer des humains quand il s'agit de préserver les siens, et donc son espèce.

Taboo reste un drame historique comparé à la série zombiesque qui prend place dans un univers post-apocalyptique. C'est cette forme de matérialité, de la prise de conscience qu'une notion comme l'inceste puisse exister dans notre réalité qui dérange et choque le spectateur. Et c'est cette vérité terrifiante où l'on se dit "bon, des sœurs et des frères ont forcément couché ensemble dans l'Histoire de l'humanité", qui participe à la noirceur de Taboo. Par sa prohibition dans les textes religieux et législatifs, l'inceste est par définition une notion universelle proscrite. La violence, quant à elle, peut être légitime dans certains cas.

Une touche horrifique pesante

soricieretaboo

©️ FX/BBC

Bien que l'intrigue de Taboo s'ancre dans un contexte réaliste, la série est parsemée de séquences qui virent au surnaturel. James est tourmenté par une sorte de sorcière à la peau blanchâtre tout droit sortie d'un film de la Blumhouse Productions comme s'il avait été envoûté lors de son passage en Afrique. Dans de multiples scènes, il utilise des dialectes et des rituels qui se rapprochent d'un sortilège. C'est notamment le cas dans l'épisode 4, où il couche avec sa sœur par la pensée.

Mixées avec les décors insalubres et les comportements malsains des personnages de la série, ces séquences fantasmagoriques ne font qu'assombrir l'atmosphère de la série. Les scénaristes nous exposent d'ailleurs leur propre version de l'exorcisme quand Thorne essaie de chasser le démon qui hante sa sœur dans le cinquième épisode. Le twist est intéressant, car c'est à travers la violence de son mari et les supplices infligés que Zilpha deviendra une véritable princesse des ténèbres et retournera auprès de son frère, non sans avoir éliminé Thorne au passage. James est d'ailleurs lui aussi vu comme un suppôt de Satan auprès de ses acolytes de Londres qui le surnomment à plusieurs reprises "le diable".

Au fond, le Tom Hardy show transgresse tous les tabous sous-entendus par son titre. C'est à travers l'évolution des personnages qu'on s'aperçoit qu'ils sont prêts à dépasser toutes les limites, quitte à y laisser leur humanité. Si la série intrigue et captive par la présence musclée de Tom Hardy, elle nous perturbe encore plus via le traitement abject de ses thématiques. Outre la scène d'inceste, l'épisode 6 nous le prouve une dernière fois en tuant le personnage de Winter, une jeune enfant innocente. Une fille morte a priori à cause d'un énième vice de l'Homme, l'alcool.

Taboo suscite finalement cette perversité macabre et voyeuriste qui nous pousse à s'intéresser aux sujets les plus répugnants. Taboo traite la noirceur comme une sitcom utilise l'humour : sans inhibition. Si elle reste suffisamment évasive pour ne pas tomber dans le torture porn ou l'érotisme, la série cocréée par Tom Hardy brise le silence de la sexualité archaïque avec noblesse et dignité.

Par Adrien Delage, publié le 15/02/2017

Copié

Pour vous :