© ABC

En réponse à Trump, Teri Hatcher se confie sur les abus sexuels qu’elle a subis

Choquée par l’absence de compassion de la part du président américain, l’ex-star de Desperate Housewives est sortie de son silence.

© ABC

La semaine passée, les médias américains avaient leurs caméras braquées sur l’affaire Brett Kavanaugh, l'homme qui a été nommé au poste de juge à la Cour suprême en dépit d’accusations de violences sexuelles par Christine Blasey Ford. Si le témoignage de cette dernière semble avoir convaincu un grand nombre de personnes, Donald Trump n’en faisait clairement pas partie. L’actuel président des États-Unis a pris position de la manière la plus déplacée qui soit, se moquant allègrement de Christine Blasey Ford lors d’un discours manquant cruellement d’empathie et de décence. Son intervention n’a pas été du goût de tout le monde.

Publicité

Connue pour son rôle de Loïs Lane dans Loïs et Clark : Les Nouvelles Aventures de Superman avant d’incarner Susan Mayer dans Desperate Housewives, l’actrice Teri Hatcher a vraisemblablement été choquée par les propos de Donald Trump. Puisque elle-même a été victime d’abus sexuels par son oncle alors qu’elle n’avait que 7 ans, le témoignage de Christine Blasey Ford et comment cette dernière a été traitée semble avoir résonné avec sa propre expérience. La preuve avec un post bouleversant qu’elle a partagé via son compte Instagram.

"Voilà ce dont je me souviens :

Son pénis en érection, qu’il caressait alors qu’il était assis derrière le volant de la voiture. 'Tu veux le toucher ?', il m’a demandé. J’ai dit non. Il a pris ma main pour que je le touche quand même. C’était rose. Il y avait des mouchoirs. Je ne savais pas à quoi ils servaient, et puis je l’ai compris. J’avais la tête baissée, je fixais le sol pendant qu’il a abusé de moi. Il m’a dit : 'Tu aimes cette sensation ?'. J’ai dit non. Il m’a dit : 'Un jour, tu aimeras'.

Voilà ce dont je ne me souviens PAS :

L’adresse du lieu où c’est arrivé. Comment je suis arrivée là. Comment je suis rentrée chez moi. Quel jour ou quel mois c’était. Si qui que ce soit avait bu de la bière.

Malheureusement, moi-même et, des années plus tard, l’adolescente Sarah Van Cleemput avons été abusées par le même homme. Elle s’est suicidée. J’ai dû me battre contre mes démons.

Monsieur le Président, je suis une survivante, qui reste à votre disposition pour vous aider à comprendre la façon dont les souvenirs d’un traumatisme fonctionnent. C’est peut-être difficile pour vous de comprendre. Je peux déjà expliquer que 'je ne me souviens pas' est souvent la réponse la plus honnête aux questions relatives aux violences sexuelles. Ça ne veut PAS dire que ce n’est pas arrivé. S’il vous plaît, n’ajoutez pas 'moquée par le président' à la liste des blessures subies par une survivante de violences sexuelles. C’était juste incorrect."

Publicité

En novembre 2014, Teri Hatcher avait pris la parole devant les Nations Unies pour s’exprimer sur les abus sexuels qu’elle a subis. Sarah Van Cleemput, que l’actrice mentionne dans sa lettre ouverte, avait 14 ans lorsqu’elle a mis fin à ses jours après avoir été maintes fois abusée par Richard Hayes Stone, un temps le mari de la tante de Teri Hatcher. Grâce au témoignage de cette dernière devant la justice en 2006, son bourreau s’est vu condamné et a écopé de 14 ans de prison ferme. Il est décédé en 2008 d’un cancer du côlon.

Par Florian Ques, publié le 08/10/2018

Copié

Pour vous :