Soft Kitty, la berceuse de Sheldon dans The Big Bang Theory au cœur d'une bataille juridique

L'inénarrable Sheldon, sur qui repose en grande partie le succès de The Big Bang Theory, va peut-être être privé de sa berceuse, Soft Kitty, pour des raisons légales.

C'est une petite ritournelle que les fans de The Big Bang Theory connaissent bien. Lorsque Sheldon est malade, ou qu'il a besoin de réconfort, sa mère a pris l'habitude de lui chanter cette berceuse, Soft Kitty. Même si, dans les faits, c'est surtout Penny qui s'y colle afin d'apaiser ce gros bébé au QI hors norme.

Publicité

Si cette chanson enfantine est devenue l'un des gimmicks préférés des fans, elle commence à devenir une bonne grosse épine dans le pied pour le service juridique de CBS et du studio Warner Bros. Margaret Perry et Ellen Chase viennent en effet d'intenter un procès contre la série et son studio pour plagiat.

The Big Bang Theory se serait servie d'un poème de leur mère, Edith Newlin, décédée en 2004. Ses ayants droits rapportent que le texte initial, Warm Kitty, publié pour la première fois dans un livre de chansons pour enfants en 1937, est l'original qui a inspiré Soft Kitty.

Difficile, en effet, de passer à côté de la ressemblance entre le poème d'Edith Newlin, "Warm kitty, soft kitty, little ball of fur ; Happy kitty, sleepy kitty purr ! purr ! purr !", et la berceuse de Sheldon "Soft kitty, warm kitty, little ball of fur ; Happy kitty, sleepy kitty, purr ! purr ! purr !". Seuls les deux premiers vers ont été inversés.

Publicité

Pourtant, la société d'édition qui avait édité le recueil de chansons affirme que tout avait été fait en bonne et due forme et que Warner Bros. avait fait des démarches, en 2007 (année de lancement de la série), afin d'acquérir les droits de la chanson. Mais les filles d'Edith Newlin assurent qu'on ne leur a jamais demandé la permission, alors qu'elles sont les héritières légales. Elles estiment avoir été lésées et réclament une rétribution financière pour l'utilisation de la chanson dans la série et souhaitent que celle-ci ne soit plus utilisée.

A l'origine de ce marasme juridique, il y avait pourtant une belle histoire. C'est l'un des scénaristes de la série qui a eu l'idée de l'utiliser car il se souvenait l'avoir entendue étant enfant.

1365640.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicité

Par Delphine Rivet, publié le 30/12/2015

Copié

Pour vous :