© Netflix

La saison 2 de The OA entamera (enfin) son tournage en janvier 2018

Si les astres s’alignent et qu’on croise fort les doigts, peut-être qu’on pourra découvrir cette seconde cuvée avant la fin de l’année suivante ?

© Netflix

Rappelez-vous, fin 2016, Netflix nous avait tous surpris en ajoutant The OA en soum-soum à son catalogue, soit une production originale de la plateforme états-unienne aussi fascinante qu’étourdissante. Volontairement ambiguë, la série de Zal Batmanglij et Brit Marling s’était achevée sur une fin ouverte, laissant notamment l’avenir de son personnage central en suspens. On se souvient de la fusillade ayant eu lieu dans la cantine du lycée, mais surtout de la scène de danse improbable qui nous avait tous subjugués.

Publicité

Depuis la sortie de cette première salve d’épisodes, il y a déjà plus d’un an de ça désormais, aucune nouvelle de l’arrivée de la saison 2. Le tir est maintenant rectifié alors que Brit Marling herself vient d’annoncer le top départ du tournage à compter de janvier prochain. Autrement dit, on n’est pas près de retrouver Prairie et ses acolytes dans l’immédiat.

"Excitée et terrifiée par le plan d’action de ces huit scripts, qui nous ont pris tout l’été et tout l’automne à écrire. Le tournage de la partie II de The OA démarre en janvier 2018. C’est parti…"

Publicité

Son tweet est bien évidemment accompagné d’une photo de Brit en personne, avec les scripts papier des huit épisodes qui vont composer cette seconde saison de The OA. Si l’ordre de disposition de ces scénarios n’est pas dû au hasard, le quatrième volet devrait s’intituler "Syzygy", soit syzygie en français. Ce terme d’astronomie renvoie au cas où au moins trois corps célestes sont en opposition ou en conjonction, un peu comme quand une éclipse a lieu. On l’utilise généralement pour désigner la nouvelle lune ou la pleine lune. En clair, la série la plus mindfuck de Netflix n’en a pas fini avec son trip cosmique.

La première saison de The OA est disponible en intégralité dès maintenant sur Netflix.

Par Florian Ques, publié le 18/12/2017

Copié

Pour vous :