13 REASONS WHY

13 Reasons Why : le lobby conservateur The Parents Television Council demande à Netflix de repousser la diffusion de la saison 2

Ce groupe de pression n’en est pas à son coup d’essai.

© Netflix

Créé dans les années 1990 par un catholique activiste, le groupe conservateur The Parents Television Council a pour occupation principale de donner son avis sur les programmes de télé américains, et surtout ceux qu’il estime être inadaptés à un public jeune. Il communique via des campagnes médiatisées et envoie en masse des lettres à la Federal Communications Commission, l’équivalent de notre CSA, pour l’encourager à censurer tel ou tel programme. D’innombrables séries comme Dawson, Les Simpson, Friends ou Gossip Girl ont été pointées du doigt pour des scènes ou des propos jugés "indécents". Le problème, c’est que ce lobby a acquis au fil des années une vraie puissance de frappe aux États-Unis, trouvant une oreille attentive auprès des chaînes américaines, soucieuses de leur image et de plaire aux parents, qui tiennent la télécommande dans leurs mains.

Publicité

Censé ne s’intéresser qu’aux programmes télévisés, le Parents Television Council a étendu son champ d’action avec l’avènement de la SVOD. Le voilà donc qui somme Netflix de repousser la date de sortie de la saison 2 de 13 Reasons Why (qui n’est d’ailleurs pas connue) jusqu’à ce que "des experts issus de la communauté scientifique aient déterminé que des mineurs pouvaient la consommer en toute sécurité". Le Président du PTC, Tim Winter, poursuit ainsi :

"L’impact de la première saison de 13 Reasons Why, qui a atteint son point culminant avec une scène de suicide choquante d’un personnage adolescent, a été puissant et intense : des millions d’enfants l’ont regardée, la phrase "comment se suicider" a connu une augmentation des recherches sur Google de 26 % et il y a eu des actualités rapportant que des enfants se sont ôté la vie après la diffusion de la série.

Nous ne connaîtrons sans doute jamais l’ampleur et la gravité de son influence, mais on sait que cela a poussé Netflix à commander une étude sur la façon dont le show a positivement impacté la vie des spectateurs – notamment des jeunes."

En plus de cette étude, Netflix a dévoilé il y a quelques semaines une vidéo d’avertissement des interprètes de 13 Reasons Why, qui sera diffusée avant le premier épisode de chaque saison, et dans laquelle sont rappelés les numéros nécessaires pour obtenir de l’aide en cas de détresse. Un site a aussi été mis en place, et la plateforme a promis des after-shows où des professionnels de la santé viendront s’exprimer sur la série en compagnie d’autres intervenants.

Publicité

Toutes ces précautions ne semblent pas suffire au PTC. En plus de demander un décalage de la date de lancement de la saison 2 de 13 Reasons Why et son passage devant un groupe d’experts pour validation, le groupe de pression souhaite que Netflix mette en place une structure tarifaire permettant aux abonnés de se retirer de la programmation adulte ou explicite en échange d’une réduction de prix, que la plateforme travaille avec un fournisseur de services de filtrage pour permettre aux consommateurs de censurer le contenu explicite et qu’elle participe à un symposium national pour "développer et identifier des mesures de protection efficaces pour les enfants et les familles". Ouep. On n’est pas loin de l’épisode "Arkangel" de Black Mirror.

Par Marion Olité, publié le 05/04/2018

Copié

Pour vous :