Les débuts fascinants de The People v. O. J. Simpson: American Crime Story

La semaine dernière, FX lançait une nouvelle série, American Crime Story, avec un casting all star et un sujet en or pour sa première saison : l'affaire O.J. Simpson. Trop beau pour être vrai ?

Le récent phénomène autour de Making a Murderer est là pour en témoigner : les grandes affaires criminelles américaines ont toujours suscité une certaine fascination, qui dépasse largement les frontières US. La plus célèbre d'entre elles, l'affaire O.J. Simpson, a enflammé les esprits en 1994. Star du foot américain à la retraite, "The Juice" est un homme du peuple, devenu richissime certes, mais toujours très aimé et admiré par le grand public, qui l'a vu récemment au cinéma dans la saga Y a-t-il un flic ?.

Publicité

Quand son ex-femme Nicole Brown Simpson et son ami Ronald Goldman sont retrouvés sauvagement assassinés dans le quartier riche de Brentwood, Los Angeles, les soupçons se tournent vite vers la star. Sur fond de tension raciale post-affaire Rodney King, l'homme clame son innocence mais refuse de se présenter à la justice quand les preuves l'accablent. 

S'ensuit une course-poursuite spectaculaire, des rumeurs de tentatives de suicide et ce qu'on a appelé "Le procès du siècle". Cerise sur le gâteau : le meilleur ami de l'accusé n'est autre que Robert Kardashian, le père de Kim (14 ans à l'âge des faits). Son ex-femme, Kris Jenner, était amie avec Nicole. Cette histoire va déchirer le clan. 

De l'or en barre

american-sarah-grand

Publicité

Meurtre, passion, célébrités, rebondissements plus fous qu'au cinéma... Il y avait là un sujet en or pour une mini-série prestigieuse. Ryan Murphy et Brad Falchuk ne s'y sont pas trompés, les deux producteurs exécutifs s'emparant de l'affaire O.J. Simpson pour la première saison de leur nouvelle série anthologique, American Crime Story.

Ils n'ont pas non plus lésiné sur le cast "all star" : Cuba Gooding J.R., John Travolta, David  Schwimmer, Sarah Paulson, Selma Blair ou encore Connie Britton se donnent la réplique.

Les projets trop parfaits sont souvent très loin de l'être. Combien de films avec un casting quatre étoiles et un réalisateur génial se sont révélés de cruelles déceptions ? On aurait aussi pu craindre le pire devant l'accumulation de maquillage et de perruques 90's. Sans oublier les effrayants sourcils de John Travolta.

Publicité

Et même s'il n'est pas showrunner sur cette série, Ryan Murphy (producteur et réalisateur des deux premiers épisodes) ne rime jamais avec subtilité.

American star story

american-crime-story-1

Le visionnage du premier épisode de The People v. O. J. Simpson: American Crime Story balaie tous ces doutes en quelques minutes. Certaines compositions sont plus réussies que d'autres : Paulson dans le rôle de la procureur, Schwimmer très empathique en Kardashian et Blair en Kris Jenner sortent d'emblée du lot. Travolta est intéressant dans le rôle de Robert Shapiro, mais son jeu, à l'image de son look, manque de simplicité. 

Publicité

Gooding J.R. fait bien passer le côté "star adulée de tous" de O.J. Simpson, mais il peine à installer l'ambiguïté. Ses crises de colère hérissent le poil davantage qu'elle ne font frissonner. Il a encore le temps - neuf épisodes - pour nous convaincre. Et si le nom de son personnage apparait en titre de cette première saison, il ne porte pas la responsabilité du show sur ses épaules.

Comme American Horrror Story (du même duo de producteurs), American Crime Story repose sur une galerie de personnages. La série colle notamment aux basques de l'excellente Sarah Paulson dans le rôle de Marcia Clark, qui se démène comme un beau diable pour faire juger O.J. Simpson et pour ne pas sombrer dans sa vie privée.

american-crime-story

On nage de toute façon dans un tel cirque médiatique que tous les protagonistes de l'affaire deviennent des stars. Faire appel à des acteurs connus pour incarner des rôles connus (la ressemblance physique n'a aucune importance, les accessoires 90's les identifient) offre une mise en abîme de la célébrité assez intrigante.

Ce premier épisode est d'une redoutable efficacité. Il retrace les faits sans donner dans les effets de manche. On connait tous l'issue du procès, et pourtant le pilote nous accroche comme si on l'avait oubliée. Le succès d'audience du pilote pour la chaîne FX, 5.11 millions de téléspectateurs, témoigne de la fascination qu'exerce encore cette affaire sur les Américains.

Derrière cette affaire "bigger than life", c'est l'histoire de l'Amérique qui se joue sous nos yeux : ses tensions raciales, son rapport complexe à la célébrité et à la justice. The People v. O. J. Simpson: American Crime Story s'annonce définitivement passionnante.

Note du pilote : 4/5 

Par Marion Olité, publié le 09/02/2016

Copié

Pour vous :